Coupe du Monde : une semaine russe

Demi-finales de la Coupe du Monde d'échecs

Fini le temps des surprises ! Plus on avance dans la compétition, et plus les favoris sur le papier ont tendance à prendre le dessus. Dès les 1/8e de finales, 7 des 8 joueurs les mieux classés se sont qualifiés pour le tour suivant; le fantasque Ukrainien Ivanchuk, qui a sorti Giri, constitue l’exception qui confirme la règle…

Pour Maxime, cette semaine au cours de laquelle étaient programmés les 1/8e puis les 1/4 de finale, avait pourtant tout d’un piège. Malgré l’élimination de Magnus Carlsen dans sa partie gauche de tableau, celle-ci restait incontestablement plus relevée que la partie droite. Deux grosses pointures russes se profilaient à l’horizon. Tout d’abord Il fallait se coltiner le n°9 mondial Alexander Grischuk, membre de longue date de la super élite mondiale, et redoutable en parties rapides (3 fois champion du monde de blitz, quand même !). Le combat dura 6 parties et fut à la hauteur des attentes.

Un autre russe l’attendait…

Avec les blancs, Maxime opta pour une attaque directe, et la partie bascula rapidement dans un océan de complications, qui déboucha sur une finale de Tours nulle. Grischuk offrit ensuite une nulle rapide avec les blancs, misant plutôt sur les parties rapides. La première série de parties de 25’ ne suffit pas non plus à départager les deux joueurs, et c’est même Maxime qui dût faire preuve d’une grande ingéniosité défensive avec les noirs pour résister à la jolie construction stratégique du Russe. Le sort du match allait donc se décider à une cadence très rapide, entre deux spécialistes du genre. Maxime remporta la première partie de 10’, et de façon magistrale. Certes, l’ordinateur indique la ressource 29…Cxh3+!? (au lieu de 29…Tge6?), qui restait la seule façon pour Grischuk de continuer la lutte. Toutefois, ce n’était pas la fin de l’histoire car dans la deuxième partie, il aura fallu à Maxime une bonne dose de sang-froid pour sauver une finale marathon Fou + pion vs Tour + pion, dont la compréhension parfaite reste l’apanage de l’ordinateur. Mais après 94 coups de souffrance, le billet pour les ¼ de finales était validé ; un autre Russe l’y attendait…

Tout comme Grischuk, Peter Svidler, c’est aussi du lourd, avec un palmarès qui parle pour lui… Désormais quadragénaire, il compense le poids des ans par des connaissances et une expérience massives.

Rendez-vous pour les départages

Là encore, les deux parties classiques se conclurent par la nulle, sans que Maxime ait pu s’exprimer pleinement. Avec les noirs, il fit preuve de sa résilience habituelle dans les positions difficiles, avec notamment le sacrifice de pion 28…Cd6!, et alla chercher un demi-point arraché de haute lutte. La partie blanche aurait pu s’avérer très intéressante, après que Maxime a gagné la bataille de l’ouverture dans la nouvelle variante à la mode de la Giuco Piano. Mais le renoncement à une attaque directe prometteuse (21.b4?!) laissa les blancs avec un pion de moins et une compensation à démontrer. Le Russe n’insista toutefois pas, et proposa un rendez-vous le lendemain pour les départages.

Début de la partie décisive du ¼ de finale (photo site officiel)
Début de la partie décisive du ¼ de finale (photo site officiel)

Et lors de ceux-ci, la musique ne fut pas la même… Maxime mit une pression d’enfer avec les blancs, qui ne porta certes pas ses fruits face à la longue défense millimétrée de Svidler. Mais les réserves du Russe étaient entamées, et il ne parvint pas à garder le même niveau dans sa partie blanche, qui alla rapidement de mal en pis pour lui. Après le coup 21…Rc7! célébré par les commentateurs, l’avantage était clairement dans le camp des noirs; Maxime ne laissa pas passer l’occasion d’assurer sa place dans le dernier carré.

Ce lundi 18 septembre, c’est la première journée de repos depuis le début de la Coupe du monde. Maxime reprendra le combat mardi à 13h (Heure Française), face à Levon Aronian. L’autre demi-finale opposera Wesley So à Ding Liren.

Le véritable enjeu sportif de ces demi-finales sera évidemment la qualification directe pour le Tournoi des Candidats 2018, dont on sait désormais qu’il aura lieu à Berlin du 10 au 28 mars.

Paris 2024

C’est officiel depuis le vote de Lima (Pérou) du 13 septembre, Paris accueillera bien les JO 2024. Pour montrer que l’ensemble du mouvement sportif français soutient l’événement, le champion de tennis paralympique Michael Jeremiasz et Maxime ont disputé une partie amicale, juste avant qu’ils ne s’envolent, l’un pour Tbilissi, l’autre pour Lima avec la délégation française.

Symboliquement, handisport et sport « de l’esprit » s’associent donc aux sports traditionnels pour célébrer Paris 2024…


Site officiel : http://tbilisi2017.fide.com
Les parties de Maxime à la Coupe du Monde :

Coupe du Monde : Maxime in, Carlsen out

MVL (photo Anastasia Karlovich)

Comme souvent, mais sans doute encore plus que d’habitude, la Coupe du Monde n’aura pas été avare en surprises. En effet, de nombreuses têtes de série ont été sorties prématurément, à commencer par Magnus Carlsen lui-même, par le vice-champion du monde Karjakin, et par les anciens champions Kramnik et Anand. Ajoutons à cette liste Caruana, Mamedyarov et Nakamura, et ce sont pas moins de 7 joueurs du Top 11 mondial qui n’auront pas dépassé les 1/16e de finales. Les 4 rescapés sont Wesley So, Aronian, Grischuk… et Maxime !
En 1/8è de finale, Maxime retrouvera Alexander Grischuk, pour ce qui sera sans doute la tête d’affiche de ce tour. Il est certain que ce match sera disputé, entre deux joueurs habitués au plus haut niveau mondial, et tous deux redoutables en parties rapides. D’ailleurs, les 8 parties classiques qui les ont opposés, dont 7 disputées entre 2015 et 2017, se sont toutes soldées par la nulle !

Une gestion professionnelle

Avant d’en arriver là, Maxime a dû disposer d’un autre Russe, Boris Grachev, en 1/32e de finale. Une victoire construite lors de la première partie avec les blancs, grâce à un jeu très agressif contre la sous-variante de la Sicilienne choisie par Grachev. Sacrifiant un pion dès le 5è coup (5.e6!) dans cette ouverture peu orthodoxe, Maxime mit la pression d’entrée. Ironie du sort, le Russe lâcha immédiatement 3 pions pour se dégager et générer du contre-jeu, mais sans grand succès ; certes, ses pièces avaient gagné en liberté, mais au prix de la disparition pure et simple des pions e6, c5 et b7, ce qui était un tribut un peu trop élevé ! La phase de concrétisation ne posa pas de problèmes majeurs, pas plus que le match retour d’ailleurs, au cours duquel la Grünfeld fit le job, et permit à Maxime d’égaliser relativement facilement, et de remporter le match 1,5-0,5.

Début du tie-break  (photo Anastasia Karlovich)
Début du tie-break (photo Anastasia Karlovich)

Au tour suivant, Maxime fut apparié contre le moins bien classé des 32 joueurs restant en lice. Certes un avantage sur le papier, mais ce type de situation reste toujours difficile à appréhender. D’ailleurs, le jeune américain Lenderman, ancien champion du monde junior, a tenu la dragée haute à Maxime, obtenant deux parties nulles dans les parties classiques sans qu’il y ait grand-chose à redire. Même si tout ne fut pas parfait, Maxime montra néanmoins sa supériorité dans les 2 parties de 25’ du tie-break. Tout d’abord en initiant de grosses complications avec les noirs (17…d5!?), face auxquelles l’Américain finit par céder ; puis en ne donnant aucune prise avec les blancs dans une partie où la nulle suffisait.
Une gestion professionnelle du tournoi qui permet à Maxime, contrairement à nombre de ses collègues, de rester encore en vie…

Sapé comme jamais (https://www.youtube.com/watch?v=4bPGxLxogvw)

C’est malheureusement un incident hors l’échiquier qui a suscité le plus de commentaires dans cette première moitié de Coupe du monde. Au lendemain de sa victoire face à Vishy Anand, le jeune GMI canadien Anton Kovalyov a été averti par l’arbitre que son bermuda ne correspondait pas au dress code attendu. L’organisateur s’est mêlé de la discussion, qui s’est vite envenimée. Excédé par les propos tenus, Kovalyov a décidé de jouer le coup le plus radical ; abandonner la Coupe du monde et quitter Tbilissi sur le champ !

Site officiel : http://tbilisi2017.fide.com
Les parties de Maxime à la Coupe du Monde :

Tbilissi : Coupe du Monde 2017

Coupe du Monde 2017

La Coupe du Monde d’Echecs, organisée chaque année impaire, a une particularité majeure. Compétition à élimination directe, elle ressemble comme deux gouttes d’eau à un tableau de Grand Chelem au tennis, comme le montre l’extrait ci-dessous. Aucun autre tournoi majeur n’offre un tel spectacle, avec son lot de rebondissements et de surprises, inhérents au système, et qui font la joie des amateurs à travers le monde. Malgré son caractère plus aléatoire, cette formule a les faveurs de certains joueurs du Top mondial, à commencer par celles du n°1 Magnus Carlsen, qui prend un risque inédit en venant dans l’arène à Tbilissi, mais a le mérite de mettre en conformité ses paroles et ses actes !

Extrait des appariements
Extrait du tableau des appariements

Juste avant de venir à Tbilissi, Maxime avait bénéficié d’un warm up intéressant, sous la forme d’un match de parties rapides online, contre le champion du monde junior en titre, Jeffery Xiong. Remporté 19-12, ce premier tour du Speed Chess Championship s’est déroulé de la façon suivante. 5,5-5,5 dans la portion en 5 minutes, 6-3 dans la portion en 3 minutes, et 7,5-3,5 dans le bullet en 1 minute. Maxime rencontrera Grischuk en 1/8e de finale de cette originale compétition sur Internet, au mois d’octobre.

Un joli sacrifice de fou

Mais revenons en Géorgie pour faire un petit point sur le premier tour, qui a renvoyé à la maison la moitié des compétiteurs, soit 64 d’entre eux. Maxime s’est imposé contre le MI tadjik Khusenkhojaev (2455), non sans avoir connu une petite frayeur lors de la première partie avec les noirs. Une ligne ambitieuse pour éviter les positions plates (9…e6 et 11…axb5), suivie dans la foulée d’un sacrifice de pion osé, il n’en fallait pas plus pour devoir justifier une quelconque compensation pour le matériel. Maxime joua peut-être alors le meilleur coup de la partie, en proposant nulle à un moment judicieux. Sans doute la perspective d’éteindre toute initiative noire et de valoriser son pion était-elle en balance avec le plaisir d’encaisser un demi-point face au n°2 mondial ? Toujours est-il que le Tadjik accepta l’offre, reportant le débat sur la deuxième partie ; laquelle deuxième partie tourna très vite à l’avantage de Maxime, qui profita d’un placement inopportun de la Dame noire en c8 pour lâcher un joli et décisif sacrifice de Fou (19.Fxh6!).

Immergé dans ses pensées | Photo : Anna Karlovitch
Immergé dans ses pensées | Photo : Anna Karlovitch

Au deuxième tour, Maxime sera opposé au Russe Boris Grachev (2654), 97e joueur mondial. Dans sa partie de tableau, on notera l’élimination précoce du n°1 ukrainien Pavel Eljanov, 27è joueur mondial, ½ finaliste de la précédente édition, et potentiel adversaire du Français en 1/16e de finales.
Les deux autres français ont connu des fortunes diverses. Etienne Bacrot et Laurent Fressinet ont tous deux disputé les parties de départage, mais seul Etienne s’en est sorti, face au Brésilien Fier. C’est fini pour Laurent, qui a cédé face au Slovène Lenic dans les parties rapides.
La première partie des 32e de finale aura lieu ce mercredi 6 septembre à 13h (HF). Maxime aura les blancs contre Grachev.

Happy birthday (https://www.youtube.com/watch?v=inS9gAgSENE)

Au lancement de la première ronde à Tbilissi, il manquait un des 128 joueurs. En effet, le jeune GMI d’origine ukrainienne Yaroslav Zherebukh, en attente de la fameuse « carte verte » américaine, n’a pas été autorisé à quitter le territoire des USA. Du coup, son adversaire Alexander Onischuk l’a emporté par forfait… le jour même de son 42e anniversaire. Happy birthday !

Site officiel : http://tbilisi2017.fide.com
Les parties de Maxime lors du tournoi speedchess :


Les parties de Maxime à la Coupe du Monde :