Dortmund : le bilan

Après mes nulles des rondes 1 et 2, et une première journée de repos bien remplie (voir encadré ci-dessous), j’avais évidemment dans l’idée de profiter des deux blancs de suite qui m’attendaient. Contre la défense Française de Bluebaum, je dois gérer une situation pleine de subtilités dans les ordres de coups. Je ne la maîtrise pas au mieux, et je me retrouve à jouer g4, pas spécialement une bonne idée ; je suis rapidement neutralisé, et mon adversaire annule sans difficulté. Le lendemain contre Wang Yue, pas de surprise, c’est une Petroff, la nouvelle marotte des Chinois ! Je suis bien dans ma prépa, et au 9e coup, je sais que je peux garantir un très léger avantage avec 9.Cc3 ; mais je choisis quand même 9.Df3, qui permet certes aux noirs d’égaliser, mais uniquement en choisissant une suite très précise de coups. Pas de chance, Wang la déroule, et transpose dans une finale égale…

Kramnik résiste

Le surlendemain, c’est avec les noirs face à Kramnik que j’aborde le sprint final des 3 dernières rondes. Je savais que je pouvais m’attendre à n’importe quoi dans n’importe quelle position, et je n’ai donc quasiment pas préparé cette partie (voir encadré ci-dessous – bis !). Je pense que j’ai bien joué l’ouverture, notamment avec …a5, puis …Te8 et …Cc6, obtenant une position dynamique. Malheureusement, je n’ai jamais pu menacer de prendre son Fou enfermé en f4 dans des conditions idéales. Je ne pensais pas pouvoir gagner malgré la pièce en plus pour deux pions, le centre de pions blancs étant trop solide. Du coup, j’ai sacrifié la Tour en e3, sachant que je ne prenais pas le risque de perdre. Mais Vladimir a trouvé la bonne série de coups de défense et après le 40e, la partie s’est orientée vers une nulle forcée. Juste après, j’avais le sentiment d’avoir raté quelque chose, mais l’analyse a montré qu’il n’en était rien.

Une petite séance d’autographes avec « big Vlad »
Une petite séance d’autographes avec « big Vlad » | Photo : Georgios Souleidis [ Dortmund Sparkassen

Ronde 6 : contre la Caro-Kann de Fedoseev, l’ouverture semble bizarre, mais il y a énormément de subtilités qui restent immergées. Le jeune russe était d’ailleurs accompagné du théoricien et ancien champion du monde FIDE Alexander Khalifman, qui aurait tout aussi bien pu passer incognito, tant son visage imberbe le rendait méconnaissable ! J’obtiens tout de même une position un peu plus agréable à jouer dans le milieu de jeu, jusqu’à ce qu’il commette la faute 24…e5?. Je pensais gagner en ligne après le gain du pion e5 et la longue suite tactique en conséquence. J’aurais peut-être dû prendre le temps de comprendre clairement qu’au lieu de 39.Fc5?, l’entrée en jeu du Roi par h2-g3 aurait sans doute garanti le gain. J’avais vu sa petite astuce tactique 39…Fe5+!, mais j’avais cru à tort que je gagnerais le pion c6 en force. La suite de la finale reste supérieure pour moi, mais pas suffisamment pour espérer gagner sur un jeu précis.

Il a fallu resserrer les boulons

6 nulles de suite et la perspective d’une dernière ronde avec les noirs… Que faire ? Heureusement, Andreikin avait préparé une suite baroque, mais agressive, contre ma Sicilienne. J’ai joué le jeu et j’ai immédiatement choisi de prendre des risques et de sacrifier un pion. Risque payant puisqu’après que mon pion arrive en d3, j’étais sûr d’avoir assez de contre-jeu. Du coup, j’ai pu mettre une pression continue, au temps comme sur l’échiquier, jusqu’à ce qu’il craque avec le coup perdant 31.g4?. A la fin avec une tour en plus, il a quand même fallu resserrer les boulons car les pions blancs étaient avancés et accompagnés du Roi ! Ce n’était pas aussi trivial que ça en avait l’air…
Mon bilan du tournoi est mitigé, avec tout de même une bonne deuxième moitié. Il y aura quelques corrections à apporter sur certaines ouvertures blanches, car dans quelques jours à Saint-Louis, pour la Sinquefield Cup, il est clair que les participants la joueront plus serré…
Départ pour les USA dimanche 30 juillet, première ronde le mercredi 2 août à 20h, heure française !

D’allemagne (https://www.youtube.com/watch?v=PaBoKBMTnHA)

Dortmund n’est pas une ville particulièrement animée pour les visiteurs, et les organisateurs avaient prévu 2 journées de repos pour seulement 7 rondes. Et contrairement à d’autres tournois, à Dortmund, repos, c’est repos ! Pas d’exhibition, pas de visite touristique, pas de de jeux fermiers, rien… Du coup, binge watching dans la chambre d’hôtel : les 21 épisodes de la série Designated survivor, saison 1, soit 14 heures de visionnage en 2 journées !

Site officiel : https://www.sparkassen-chess-meeting.de
Les parties de Maxime :