Sur la bonne voie ?

Winner !

Après la déception des Grands Prix Fide, j’avais pris le temps de décompresser, pour changer, pour recharger mes batteries. Donc, j’étais un peu dans l’inconnu en arrivant à Bucarest, dans le sens où je ne savais pas ce que ça allait donner sans préparation spécifique. Paramètre important également, la Fide venait d’annoncer que le Grand Chess Tour 2023 qualifierait les 2 premiers pour les Candidats 2024, donnant à l’édition 2022 un intérêt supplémentaire ; conserver sa place dans le circuit pour l’année suivante !

A ce sujet, je vais quand même dire deux mots. D’un côté, c’est une bonne chose dans la mesure où ça donne un enjeu supplémentaire au Tour ; c’était un peu le problème des saisons précédentes, cette déconnexion du circuit Pro avec le cycle de championnat du monde. Cependant, si l’on conservait en 2023 le format actuel à 9 joueurs « permanents du Tour », on aurait à mon sens trop peu de candidats aux deux premières places ; d’autant que si Carlsen et son challenger participaient, ce chiffre tomberait à 7 ! Donc clairement pour moi, il faudrait instaurer en 2023 des tournois de qualification, et évidemment augmenter le nombre de « permanents du Tour ».

Ronde 1 : MVL-DOMINGUEZ 1/2

Une assez bonne entrée en matière car je pense avoir plutôt bien manoeuvré et obtenu un petit avantage contre sa Petrov. Peut-être que je n’ai pas assez cru en mes chances, notamment dans la position finale ; mais je pensais avoir laissé filer une partie de mon avantage et je craignais même de me retrouver moins bien si je poussais trop.

Ronde 2 : SO-MVL 1/2

Une partie qui signe l’arrivée du Gambit-Dame Accepté dans mon répertoire, même si je l’avais déjà utilisé en Rapide. Je me suis dit que c’était le bon moment ; évidemment, ça fait plusieurs mois que cette option était dans l’air… Je n’ai pas eu énormément de problèmes à la sortie de l’ouverture. Malgré tout, on sent quand même mon manque d’expérience de ce type de positions, qui sont symétriques et presque égales, mais qu’il faut jouer de façon très précise pour complètement égaliser ; il y a souvent deux ou trois coups assez subtils à trouver.

So-Mvl, Ronde 2.

Par exemple, un de ces coups subtils, ça aurait été ici, d’éviter de jouer 21…Tg5?! qui aurait pu me valoir quelques problèmes si Wesley n’avait pas opté pour la répétition après 22.Df3 Td5, mais choisi 22.Df4 (menaçant 23.Ta5 ou 23.Txa6) 22…Cd5 23.Df3, et la Tour n’est pas à l’aise en g5. A la place, j’aurais dû revenir en d8 avec la Tour (21…Tdd8), ce qui n’est pas forcément trivial, non ?

L’hôtel Sheraton de Bucarest où avait lieu le tournoi et où étaient logés les joueurs (Photo : www.hrs.com).
L’hôtel Sheraton de Bucarest où avait lieu le tournoi et où étaient logés les joueurs (Photo : www.hrs.com).

Ronde 3 : MVL-MAMEDYAROV 1/2

Une nulle assez rapide due au fait qu’à la sortie de l’ouverture – une Caro-Kann que je n’avais guère anticipée – j’ai opté pour un plan avec une manoeuvre Cd2-c4 que j’ai interrompue en cours de route, la position en résultant ne me plaisant pas trop.

Ronde 4 : MVL-CARUANA

L’Espagnole ouverte, et notamment l’Attaque Dillworth (11…Cxf2) faisait partie des options contre lesquelles je m’étais préparé.

Mvl-Caruana, Ronde 4.

Ici, je m’attendais surtout à 15…Dd6 ou 15…Fg4, les coups principaux de la position, mais il m’a surpris avec 15…Dd7.

Evidemment, j’ai compris son idée sur l’échiquier ; avec la Dame en d6, les blancs jouent 16.Fe3 et empêchent 16…Fg4? à cause de 17.Fxh7+! Rh8 (17…Rxh7 18.Cg5+) 18.De1 Fxf3 19.Dh4. En revanche après 15…Dd7, si les blancs jouent le normal 16.Fe3 (comme ils le font sur 15…Dd6), alors 16…Fg4 est possible, puisque la Dd7 protège le Fou.

Du coup, j’ai réagi différemment par 16.Fg5, en sachant que je prenais le risque qu’il soit toujours dans sa prépa, même si j’espérais que 16.Fg5 justement, ne soit pas le coup principal. Malheureusement, il a continué à blitzer ses coups : 16…Tae8 17.Dd2 d4! ; une réplique jouée a tempo, ce qui fait d’autant plus mal que ce n’était pas un coup auquel je m’attendais ; je pensais qu’il ne toucherait pas à son centre…

Enfin, après 18.Cg3, il a commencé à réfléchir, et a joué 18…h6 19.Fh4 (mais pas 19.Dd3? Ff5 20.Cxf5 e4!) 19…dxc3.

Mvl-Caruana, Ronde 4.
Mvl-Caruana, Ronde 4.

Ici, mon idée initiale était 20.Dxd7 Fxd7 21.bxc3 g5 22.Cxg5 hxg5 23.Fxg5 avec qualité de moins mais une grosse compensation, certainement suffisante pour l’égalité. Finalement j’ai quand même opté pour 20.Dxc3, même si les deux réponses 20…b4 et 20…Cd4 posaient question. 20…Cd4 21.Cxe5 Dd5 22.Cg6 Cxc2 23.Dxc2 Dd4+ 24.Rh1 Tf7! (mieux que 24…Tf2 25.Ce2!) était une ligne que j’avais du mal à évaluer. Quant à l’autre option 20…b4, elle amenait des problèmes différents. Tout d’abord 21.Dc5 Cd4 22.Cxe5? Dd5! et les noirs gagnent du matériel. Les échanges immédiats en d4, 21.Cxd4 Dxd4+ 22.Dxd4 exd4 me paraissaient également favorables aux noirs. Restait 21.De3, que je pensais jouer à l’origine, mais qui était basé sur une faute de calcul : 21…Cd4 22.Fg6? Txf3! (coup-clé que j’ai vu pendant qu’il réfléchissait, mais que je n’avais pas anticipé avant de jouer 20.Dxc3) 23.gxf3 Tf8! et les noirs ont trop de menaces. Du coup, j’aurais certainement choisi ma variante « back up », à savoir la finale avec la qualité de moins qui suit 21.Dd3 Dxd3 22.Fxd3 g5 23.Cxg5 hxg5 24.Fxg5, avec charge à moi de prouver que les compensations sont suffisantes.

En tout cas, ce qui est sûr, c’est que son 20…Txf3? m’a vraiment pris par surprise. Évidemment, la toute première réaction, c’est de se demander si on n’a pas gaffé quelque chose ! Après 21.gxf3 Cd4 22.Fd1! (forcé et peut-être raté par Fabiano), je me suis quand même demandé quelle pouvait être son idée. 22…Tf8 23.Ce4 Fc4 24.Rg2?! (24.Ff2! était beaucoup plus simple) 24…Tf4! 25.Fe1 (j’avais vu ses pièges basés sur un diabolique sacrifice de Dame en h3 ; 25.Fg3? Dh3+! 26.Rxh3 Ff1# ou 25.Ff2? Dh3+! 26.Rxh3 Ff1+ 27.Rg3 Cf5#). Évidemment, la position fait un peu peur visuellement, mais ce qui m’a rassuré, c’est que je n’ai vu aucun moyen de renforcer l’attaque pour lui. Sur 25…Fd5 je peux revenir par 26.Fg3, et sur 25…Df5, qu’il a finalement joué après une longue réflexion, j’ai pu tout désamorcer par 26.Cd2 e4 27.Fg3 exf3+ 28.Rf2! et c’est rideau.

Mvl en pleine réflexion (Photo : Grand Chess Tour).

Ronde 5 : NEPOMNIACHTCHI-MVL 1/2

Ian a tenté de me surprendre dans l’ouverture avec un ordre de coups très original mais après réflexion, j’ai compris que ça allait transposer dans des positions de la Sicilienne 3.Fb5+ que je connaissais déjà.

Après que j’ai confortablement égalisé, Ian s’est mis à chercher des moyens de continuer la partie. Mais ce n’était pas ce que requérait la position, et il a fini par se retrouver moins bien.

Nepomniachtchi-Mvl, Ronde 5.
Nepomniachtchi-Mvl, Ronde 5.

Le pion d5 est plus vulnérable que son homologue en d6 et mes pièces lourdes sont plus actives. Mais là, j’ai fait la faute de jouer un petit peu trop facile. Je sais que c’est quelque chose qui reste assez récurrent chez moi ; souvent lorsque j’ai l’avantage, je ne prends pas les dix minutes nécessaires pour me poser la question de savoir quelle est la suite la plus précise.

Ici notamment, au lieu de 27…a4 28.g3 a3, que j’aurais pu repousser à plus tard, j’avais l’opportunité de commencer par 27…h5! avant qu’il puisse m’empêcher de mettre mon pion en h4 ; avec un pion en h4, puis l’autre en a3, je pense que la défense noire aurait été beaucoup plus ardue, et il est bien possible que ce détail eusse pu faire la différence.

Quelque chose de similaire s’est produit dans la position finale :

Nepomniachtchi-Mvl, Ronde 5.

Sans trop réfléchir, j’ai accepté la nulle par perpétuel après 41…Th1+?! 42.Rg1 Tg1+, passant totalement à côté de la possibilité 41…Te1!, qui aurait déjà forcé les blancs à trouver le seul coup 42.Td2 ; en effet si 42.Txe1? Dxe1, la menace …De2 gagnant le pion a2 ne peut être parée qu’en abandonnant f2. Et si 42.De3? Txe2 43.Dxe2 Db2!, encore une fois les noirs prennent a2 ou f2 et gagnent facilement. Après 42.Td2, la Tour a été forcée à une passivité totale, et même si la position blanche reste solide, ce sont les noirs qui ont tout loisir de continuer à poser des problèmes.

Ronde 6 : MVL-ARONIAN 0-1

J’ai pris la décision de jouer 1.d4 pendant la journée de repos qui précédait cette partie. J’ai donc eu pas mal de temps pour regarder les lignes sur les ouvertures favorites de Levon. Mais le problème quand on joue contre un spécialiste, c’est qu’il connaît ses schémas sur le bout des doigts. Et il se trouve en plus que je n’avais pas anticipé l’ordre de coups qu’il a choisi dans la variante de Vienne du Gambit-Dame.

Mvl-Aronian, Ronde 6.
Mvl-Aronian, Ronde 6.

Du coup, après réflexion, j’ai décidé d’éviter le grand coup 12.Rf1 dans cette position, qui est l’une des tabiya de la variante. En effet, je ne l’avais pas revu depuis trop longtemps… Après le rare 12.Re2 Db2+, ma première intention était de jouer 13.Re3 et de me contenter de la nulle après 13…Dc3+ 14.Re2. Mais j’ai vu la possibilité 13.Dd2 Dxd2+ 14.Rxd2 gxf6 15.Tac1 0-0 16.Tc7? (16.Re3 ou 16.Thd1 maintenaient une compensation suffisante pour le pion) et je pensais ne jamais être moins bien. Mais c’était compter sans la suite 16…Td8 17.Re3 Cb6 avec l’idée …f5! et les noirs prennent un clair ascendant, profitant notamment du fait que les blancs ne peuvent jamais abandonner le contrôle de d5.

Après 17…Cb6, j’ai compris le problème et c’était un peu la panique. Je n’ai pas bien défendu cette position difficile et j’ai rapidement perdu…

Ronde 7 : RAPPORT-MVL 0-1

Une partie intéressante avec une transposition dans l’ouverture assez surprenante, voire improbable, passant d’un Gambit-Dame Accepté à l’une des grandes lignes de la Méran populaire dans les années 90 ! Ayant eu l’occasion de jouer cette variante avec les blancs dans un lointain passé, je savais au moins qu’elle était censée être ok pour les noirs, même si je ne me rappelais plus de tous les détails.

De toute façon, c’est un type de position qui nécessite beaucoup de calcul, et petit à petit, j’ai résolu tous les problèmes posés.

Rapport-Mvl, Ronde 7.
Rapport-Mvl, Ronde 7.

Ici, j’ai trouvé 27…Cd7! et je me suis dit que j’étais peut-être déjà un peu mieux, notamment parce que je voyais 28.Tee1 Cf8, challengeant son seul atout dans la position.

C’est le moment qu’a choisi Richard pour faire ce qui restera sans doute comme la gaffe de l’année : 28.Cd5?? Cxe5, oubliant qu’après 29.Cxe7+ Txe7, les blancs ne matent pas par 30.Td8+ parce que le Fou planqué en a5 contrôle cette case !

Sur la scène (Photo : Grand Chess Tour).
Sur la scène (Photo : Grand Chess Tour).

Ronde 8 : MVL-DEAC 1/2

J’ai choisi une petite ligne marginale contre la variante 6…Fd6 de la Petrov.

Mvl-Deac, Ronde 8.

Ici, je connaissais son coup nouveau 12…Ca6, et je savais que c’était mieux pour les blancs, mais je ne me souvenais plus comment – un grand classique à haut niveau 🙂 . Après 13.Ce5 Dc7, j’ai choisi 14.Cc3 qui m’a donné un tout petit plus. Les noirs doivent être très précis mais il a vraiment bien joué et trouvé les moyens de me neutraliser. D’ailleurs, Deac a été particulièrement solide pendant tout le tournoi, terminant à un très honorable 50%. A noter une particularité assez singulière chez le jeune roumain : sa propension à se retrouver en zeitnot, et à systématiquement se lever après chaque coup, même avec 30 secondes à la pendule, et quelle que soit la complexité de la position !

Ronde 9 : FIROUZJA-MVL 0-1

Je savais que je n’avais pas besoin de jouer pour le gain à tout prix parce que lui allait de toute façon le faire 🙂 . C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je ne m’attendais pas du tout à 4.g3 contre la Grunfeld.

Après, cette partie a un peu tourné au jeu du chat et de la souris ; je ne souhaitais pas prendre trop de risques mais je voulais lui laisser des options, surtout que je voyais bien qu’il prenait beaucoup de temps.

Firouzja-Mvl, Ronde 9.
Firouzja-Mvl, Ronde 9.

La première illustration de cette de cette approche se trouve ici, au sortir de l’ouverture. Je savais que je pouvais jouer 13…Db6 suivi de …c5, avec sans doute une structure symétrique et une égalisation confortable pour les noirs. Mais j’ai choisi l’autre break 13…e5!?, qui laisse plus de tension dans la position.

Firouzja-Mvl, Ronde 9.

Le deuxième moment crucial, c’est quand je fais le choix de 27…Te3!? dans cette position. Evidemment, 27…Cc3 était normal, avec une position qui reste sensiblement égale. Mais je sentais que mon coup 27…Te3!? pouvait le faire vriller alors qu’il commençait à manquer de temps. Il a réagi par le très naturel et humain 28.Txc6, même si les machines préfèrent le timide 28.Tb2, forçant le sacrifice de qualité 28…Tc3 (28…Tee8 29.Cc4 n’est pas vraiment ce que l’on veut !) 29.Ce4 c5 30.Cxc3 Cxc3 avec l’idée …c4, et la position n’est pas si claire en pratique.

Vu la frustration que j’ai pu déceler sur son visage, je pense qu’après 28.Txc6 Tc3 29.Cc4 Txb3 30.e4 Te8, il a calculé la suite 31.Cd6 Te6 32.Td1 Cf6 avec l’intention de jouer 33.Tc7?, avant de se rendre compte que ça perdait sur 33…Txd6! 34.Txd6 Ce8. Ca explique à mon sens cette autre erreur 33.e5? et le fait qu’il n’ait pas trouvé les coups qui maintenaient plus ou moins l’équilibre, 33.Td4 ou 33.Tc5.

Firouzja-Mvl, Ronde 9.
Firouzja-Mvl, Ronde 9.

Finalement mon pion b passé lui a coûté une pièce et j’ai obtenu une finale que je crois objectivement gagnante. En revanche, elle pose de gros problèmes de conversion aux noirs, et offrait donc de réelles chances pratiques de nulle au camp en défense. Il faudrait une analyse plus pointue pour déterminer si ma conversion a été propre et si Alireza a raté de meilleures options…

La fin de partie entre les deux français (Photo : Grand Chess Tour).
La fin de partie entre les deux français (Photo : Grand Chess Tour).

Ayant rejoint in extremis So et Aronian à 5.5/9, nous avons donc disputé tous les trois un tie-break pour déterminer le vainqueur.

Tie-break 1 : SO-ARONIAN 1-0

Tie-Break 2 : MVL-SO 1-0

Tie-break 3 : ARONIAN-MVL 0-1

Quinze minutes après la fin de ma partie contre Alireza, nous étions donc à nouveau sur le pont, pour ma part sans avoir eu du tout le temps de préparer quoi que ce soit ; et à peine le temps de décompresser, en remontant quelques minutes dans ma chambre. Je n’avais pas trop de pression cependant, car je savais que les points du Tour seraient partagés (10 chacun) ; l’enjeu des 10.000 $ supplémentaires n’était pas prioritaire pour moi, et honnêtement, mon objectif était surtout d’inscrire une ligne de plus à mon palmarès.

Mes deux parties de tie-break ont été des combats tactiques de très haute intensité, il y a eu beaucoup de moments incroyables, je vais juste en sélectionner un par partie.

Mvl-So, Tie-break 2.
Mvl-So, Tie-break 2.

Ici, j’ai trouvé l’idée difficile (et courageuse 🙂 ) de passer le Roi à l’aile-Dame via e1 et d2. 35.Re1! Te6+ 36.Rd2 et après de nombreuses autres péripéties, j’ai fini par valoriser mon pion de plus.

Aronian-Mvl, Tie-break 3.
Aronian-Mvl, Tie-break 3.

J’ai sacrifié sans hésiter le Cavalier par 25…Ce4!, car j’ai perçu intuitivement qu’il y aurait une compensation terrible. Après de nombreuses aventures là encore, j’ai fini par gagner au temps dans une position qui était redevenue gagnante à ce moment-là (exactement comme contre So d’ailleurs !).

Dans ces deux tie-breaks, en dépit de l’issue heureuse, j’ai senti que la fatigue d’une partie longue m’affectait. Notamment, et c’est un signe très clair, je ne maîtrisais plus rien à la pendule ; d’habitude, j’ai une horloge dans la tête et en 10+5, jamais je ne me retrouve à jouer des coups avec seulement 1 seconde ; là ça m’est arrivé deux coups de suite !

Classement du Grand Chess Tour après le premier tournoi (image GCT).
Classement du Grand Chess Tour après le premier tournoi (image GCT).

Finalement, les choses ont tourné en ma faveur et je suis très heureux d’avoir démarré ce Grand Chess Tour 2022 comme je l’avais terminé en 2021, à savoir par une victoire en Classique !

Je reprendrai le circuit le 20 juillet avec le tournoi Rapide/Blitz de Zagreb, mais en attendant, place au Norway Chess qui débute le 30 mai avec ses attractions habituelles, notamment la partie Armaggedon en cas de nulle ; mais aussi ses nouveautés 2022, à savoir le retour des semi-retraités Anand, Topalov et Wang Hao !

Les parties de Maxime

Rey Enigma est un youtubeur espagnol dont on ne connaît pas l’identité. Il se présente toujours habillé d’une combinaison à carreaux noirs et blancs qui simule un échiquier et masque intégralement son visage. Il utilise un modificateur de voix dans ses apparitions publiques. Seules 6 personnes au monde connaissent sa véritable identité et il utilise des protocoles très stricts pour conserver son anonymat. A ses débuts, il défiait les badauds dans les parcs de Madrid mais rapidement, il a pu se mettre en scène avec certains des meilleurs joueurs du monde, allant jusqu’à défier Karpov dans la version espagnole de la célèbre émission « Spain’s got talent » ; l’occasion pour lui de battre le record de la partie d’échecs la plus suivie de l’histoire !

Rey Enigma était présent au Grand Chess Tour de Bucarest afin d’y rencontrer Kasparov. La veille de l’ouverture du tournoi, il a défié le champion du monde de blitz MVL en 1-1. La partie s’est déroulée à la terrasse d’un bar de la capitale roumaine, et vous pouvez la suivre ici :

La partie Rey Enigma- MVL :

La vie continue

Berlin

Le Grand Prix FIDE, avec ses deux places qualificatives pour le Tournoi des Candidats du mois de juin, constituait mon objectif majeur de l’année 2022. J’avais donc mis en place une préparation spécifique pour aborder dans les meilleures conditions les deux tournois de Belgrade et de Berlin. Même si je me suis senti particulièrement affûté, notamment à Belgrade, force est de constater que le résultat n’a pas été à la hauteur de mes ambitions…

Retour sur les moments-clé de cette compétition :

BELGRADE

Ronde 1 : MVL-PREDKE 1/2

Une partie très importante dès le début, puisqu’elle m’opposait au joueur théoriquement le plus faible du groupe avec les blancs. Je me suis emmêlé les pinceaux à la fin de l’ouverture et je me suis rapidement retrouvé assez mal à cause d’une grosse faute de calcul.

Mvl-Predke, Ronde 1
Mvl-Predke, Ronde 1.

Ici, j’ai joué 19.dxe5? (19.exd5 était nécessaire), je me suis levé et j’ai immédiatement réalisé qu’il y avait 19…dxe4! que je n’avais pas du tout considéré, me focalisant uniquement sur 19…Cxe4 et 19…Cxe5. Un début catastrophique, mais aussi un avertissement sans frais puisque Predke n’a pas su accroître son avantage.

Ronde 2 : MVL-MAMEDYAROV 1/2

Deuxième partie blanche, et deuxième embrouille dans l’ouverture, cette fois une Espagnole ouverte des plus tendues.

Mvl-Mamedyarov, Ronde 2.
Mvl-Mamedyarov, Ronde 2.

La partie a basculé en faveur des noirs, mais l’Azéri m’a laissé m’en sortir en optant pour 24…d2? 25.Txe2 d1=D+ 26.Txd1 Dxd1+ 27.Cf1 Dxe2 28.Dxg5+ Rf7 29.Df5+ Rg8 et nulle, car le Roi noir peut certes traverser l’échiquier, mais pas échapper au perpétuel ! En effet, si 29…Re7 30.De5+ Rd7 31.Dd5+ Rc7 32.Dxc5+ Rb7 33.Dd5+ Rb6 34.Dd6+. A la place, il pouvait garder ses deux pions passés en l’état et commencer par 24…gxh4 25.Cxe2 Ta7! ; pendant la partie, je n’avais pas imaginé que ce coup pouvait être si fort. Si 26.Tad1 c4 ; si 26.Cf4 Tf7!, idem 26.Dxc5 Tf7, et dans tous les cas, la menace potentielle des deux pions passés liés en 6è est plus forte que leur utilisation immédiate !

Après une nulle solide avec les noirs contre Yu Yangyi, j’ai eu l’occasion de renouer avec la Najdorf contre Predke.

Maxime détendu après une partie (photo : World Chess).
Maxime détendu après une partie (photo : World Chess).

Ronde 4 : PREDKE-MVL 0-1

Predke-Mvl, Ronde 4.
Predke-Mvl, Ronde 4.

Dans cette sous-variante avec Fg5/Df3 sans f4, je savais que le schéma normal était de jouer …Dc7 et …Cbd7. Mais j’ai choisi d’improviser avec 8…Da5!? 9.h4 (9.Fd2 Dc7 serait à mon avantage) 9…Fd7. Ici, j’ai passé beaucoup de temps à évaluer les conséquences de 10.e5 dxe5 11.Cxe6!? qui me semblait être la suite critique pour les blancs. Voici par exemple une variante que j’ai vue sur l’échiquier ; 11…fxe6 12.Fxf6 gxf6 (obligé, on verra plus loin pourquoi) 13.Dxb7 0-0 14.Txd7 (mais pas 14.Dxa8? Fc6 15.Da7 Fc5! – un coup qui n’existerait pas si on avait pris du Fou en f6 au 12e coup !) 14…Cxd7 15.Dxd7 Fc5 avec un jeu très incertain.

J’ai été plutôt soulagé de voir Predke opter pour 10.Fc4 Cc6 11.Fb3 car j’avais conscience d’avoir obtenu une Najdorf très saine après 11…h6 12.Fe3?! (mieux valait échanger d’abord en c6) 12…Ce5!.

Predke-Mvl, Ronde 4.
Predke-Mvl, Ronde 4.

Plus tard dans la partie, il m’a à nouveau surpris en n’optant pas pour la suite qui me semblait une nouvelle fois critique, et qui consistait encore à sacrifier en e6 : 24.Fxe6!? fxe6 25.Txe6. Ici, j’avais prévu 25…Cd5!? (25…Cg8 est possible aussi) 26.Cxd5 Txe6 27.Cc7+ Rf7 28.Ce5+ Texe5 29.Dxg4 Fe4 et malgré le déficit matériel, les noirs semblent avoir une très forte attaque, même si la machine reste stoïque et démontre une nulle forcée pour les blancs après 30.Tf1+!.

J’ai joliment conclu cette partie, dont j’étais assez content. Au niveau du calcul, je me sentais plutôt bien affûté à Belgrade…

Ensuite, j’ai ensuite dû concéder la nulle face à la Petroff de Yu Yangyi, malgré un petit avantage persistant, mais finalement insuffisant, avant d’aborder la dernière ronde des poules, où je devais tenir avec les noirs contre Mamedyarov.

Ronde 6 : MAMEDYAROV-MVL 1/2

J’ai décidé de renoncer à la Grünfeld et de me reporter sur le Gambit-Dame, une ligne que j’avais déjà jouée au Championnat d’Europe des Nations contre le Grand-Maître turc Dastan.

Fidèle à lui-même et en accord avec l’enjeu, Mamedyarov a choisi une suite très aigue avec roques opposés, nous obligeant vraiment à jouer au coup par coup.

Après quelques péripéties, nous sommes arrivés à la position suivante :

Mamedyarov-Mvl, Ronde 6.
Mamedyarov-Mvl, Ronde 6.

Ici, j’aurais pu opter pour le naturel 28…Dd4 29.Dxd4 Fxd4, mais les blancs conservaient un léger plus dans la finale. Et j’ai trouvé quelque de chose de plus forçant et de plus élégant 🙂 . 28…Tac8 29.h4 De3! 30.Te2 Tc1+! 31.Txc1 Dxd3+ 32.Ra1 Da6! – la pointe finale, les blancs ont un tempo à leur disposition, mais ils n’ont pas d’autre choix que de répéter : 33.Rb1 Dd3+ et nulle.

Déterminé ! (Photo : Fide).
Déterminé ! (Photo : Fide).

1/2 Finale aller : RAPPORT-MVL 1-0

Une partie où je suis totalement passé à travers, notamment après avoir complètement sous-estimé la position blanche dans l’ouverture. Pas grand-chose à dire…

1/2 Finale retour : MVL-RAPPORT 1/2

Je m’attendais à ce que Richard répète la solide défense Petrov, qu’il avait déjà jouée dans le tournoi. Et le fait est qu’il m’a vraiment surpris dans le début, avec ce choix de la Steinitz différée, sacrément osé dans une situation où la nulle suffit ! Il n’empêche que son choix s’est avéré payant puisqu’il est parvenu à égaliser. Néanmoins, il m’a laissé des chances en jouant de manière imprécise le début de la finale, jusqu’à ce que nous arrivions dans la position suivante après le contrôle de temps :

Mvl-Rapport, ½ Finale Retour.
Mvl-Rapport, ½ Finale Retour.

Ici, j’ai trouvé le bon coup 43.Td3! et j’étais à peu près sûr d’être gagnant. Malheureusement après 43…T2h6, j’ai fait un premier pas dans la mauvaise direction avec 44.Ta7, même si ce coup est aussi gagnant. 44.b3! tout de suite était un choix plus pratique, forçant 44…Cd6 (44…Ca5? 45.Tb6+ Ra3 46.b4+) et maintenant 45.Ta7, profitant du fait que le Cavalier ne peut pas s’activer via b5 à cause de 46.Ta4 mat ; et si 45…c4 46.bxc4 Rxc4 47.Td7! Cb5 48.Cg4 gagne. Après 44.Ta7, Richard a trouvé la défense la plus résiliente 44…Tb8! 45.b3 Ca5 46.Cg4 Cxb3.

Mvl-Rapport, ½ Finale Retour.
Mvl-Rapport, ½ Finale Retour.

Ici, je pensais que les deux coups candidats 47.Txg7 et 47.Cxh6 étaient gagnants tous les deux. Même si tout calculer dans ce genre de position reste assez difficile, j’aurais dû comprendre que 47.Cxh6! réduisait considérablement les options noires : 47…gxh6 (j’avais vu que l’intermezzo 47…c4 48.Td6! ne marchait pas) 48.Tdd7 et là, je me suis imaginé qu’après 48…Rc3, il pouvait exister des scénarios où la Tour noire se sacrifie sur les deux pions de l’aile-Roi tandis que le pion c me coûtera une Tour ; scénario certainement pas très réaliste ! Du coup, j’ai choisi 47.Txg7?, mais je n’avais pas anticipé l’excellent repositionnement de la Tour noire par 47…c4 48.Td1 Thh8 49.Cxe5 Thc8!, après quoi certes tout se joue au tempo près, mais je crois que les blancs n’ont plus de gain !

Les demi-finalistes à Belgrade (photo : World Chess).
Les demi-finalistes à Belgrade (photo : World Chess).

Avec 7 points au compteur du Grand Prix, je savais qu’il me faudrait sans doute m’imposer à la dernière étape de Berlin pour espérer me qualifier aux Candidats.

BERLIN

Ronde 1 : PREDKE-MVL 1-0

Predke-Mvl, Ronde 1.
Predke-Mvl, Ronde 1.

Une entrée en matière encore une fois calamiteuse avec ce coup horrible 14…0-0?. Mon adversaire a répliqué instantanément 15.g4!, la réfutation qu’il connaissait. Les blancs veulent simplement ouvrir la colonne h par h4, sans que les noirs ne puissent la fermer par …g4. Le plan est quasiment imparable, ma position est spontanément devenue désastreuse, et de surcroît, je n’ai opposé qu’une maigre résistance.

Ronde 2 : MVL-SHANKLAND 1/2

Sam m’a surpris en jouant une sous-variante de la finale Berlinoise qui me semblait stratégiquement risquée. Mais il avait vraiment bien préparé son coup et a été très précis jusqu’au bout ; c’était un pari osé et ça a bien marché pour lui.

Ronde 3 : SO-MVL 1/2

Grâce enfin à une bonne préparation, j’ai su neutraliser les ambitions de Wesley dans la Grunfeld avec Fg5. Les blancs ont conservé jusque dans la finale un très léger avantage, mais plus symbolique qu’autre chose.

Interview d’après-match avec le futur vainqueur à Berlin (Photo : World Chess).
Interview d’après-match avec le futur vainqueur à Berlin (Photo : World Chess).

Ronde 4 : MVL-PREDKE 1-0

Predke s’est avéré être incroyablement préparé sur son Espagnole Zaïtsev : et pas sur de longues variantes tactiques, mais sur une idée générale de l’organisation de ses pièces.

Mvl-Predke, Ronde 4.
Mvl-Predke, Ronde 4.

Ici, au lieu du mécanique et standard 12…Ff8, il a joué 12…Dd7 13.d5 Ca7. Les noirs vont poursuivre par …c6, puis …Fd8 et …Cc8-e7, et enfin …Fc8 suivi de …Db7 et du clou du spectacle, …Fb6 ; au lieu de se morfondre en f8, le Fou vient s’échanger contre son homologue en e3 !

Mvl-Predke, Ronde 4.
Mvl-Predke, Ronde 4.

Toute la manœuvre est splendide en réalité, et Predke a récité son concept jusqu’au bout sans aucune hésitation ! C’est vrai que ça semble bizarre de choisir une ligne vraiment pas forçante et de jouer juste sur le regroupement de pièces dans un type de position où l’avantage d’espace est censé favoriser les blancs…

Du coup, j’ai été obligé de prendre beaucoup de risques, et c’est ce que j’ai fait ! 21.Dd2 Rh7 (je me doutais qu’il n’autoriserait pas 21…Fb6 22.Fxh6!?, même si ce sacrifice est sans doute objectivement douteux : 22…gxh6 23.Dxh6 Ch7 [23…Cg6? 24.Cf5] 24.Ce2 [24.Dxd6 f6!] 24…Rh8! et les noirs devraient graduellement repousser l’attaque) 22.f4!?, là encore autorisant 22…exf4 (Predke a préféré jouer le solide 22…Cg6) 23.Fxf4 g5. Mon idée était 24.e5 initiant de massives complications tactiques, mais je n’étais pas sûr de moi à 100% ; toujours est-il que je me suis dit : « ok, charge à lui de s’amuser à calculer ça ! »

Après beaucoup d’autres péripéties, nous sommes parvenus à la position suivante :

Mvl-Predke, Ronde 4.
Mvl-Predke, Ronde 4.

En zeitnot, Predke a paniqué par 37…Tb2?, craignant que la percée en e5 ne permette au Fb1 de faire des ravages. De mon côté, j’avais déjà anticipé la suite 37…Txf1 38.Txf1 Cf6 39.e5 dxe5 40.Ff5 et la partie continue, même si objectivement les noirs ne risquent plus rien après 40…Dc7!. Dans la partie, après 37…Tb2? 38.Cf8+ Rg8 39.Ce6, la position noire devient difficile, mais Predke a abrégé ses souffrances avec 39…Txb1? 40.Txb1 De7 41.Rh3 Da7 42.Tf3! 1-0, la Dame noire est totalement impuissante…

La scène à Berlin (Photo : World Chess).
La scène à Berlin (Photo : World Chess).

Ronde 5 : MVL-SO 0-1

Pour cette partie décisive, j’ai décidé pendant la journée de repos qui précédait de jouer 1.d4. Je me suis dit que Wesley allait passer sa journée à peaufiner sa Berlinoise, et que ce serait donc le meilleur choix pratique 🙂 . Sans cette journée de repos, je serais resté sur 1.e4.

J’ai choisi de contrer la Nimzo-Indienne par la variante 4.f3, même si je savais que Wesley aurait une ligne précise prévue, ne serait-ce que parce qu’il avait joué la Nimzo contre Shankland à la première ronde… Mais mon espoir, c’était qu’il se soit gavé de Berlinoise et que je lui amène une toute autre position que celle attendue 🙂 .

L’effet de surprise a plutôt bien marché, surtout avec mon coup 10.g4, qui a suscité une très longue réflexion de sa part.

Mvl-So, Ronde 5.
Mvl-So, Ronde 5.

Malheureusement, après 10…h5 11.Cg3 g6, je n’ai pas pris assez de temps pour jouer 12.Fxc4?!. A la place, la machine suggère 12.h4, que je n’ai pas du tout envisagé, mais en revanche, j’ai tout de suite regretté de ne pas avoir joué 12.Fe2, pour jouer l’attaque, avec par exemple le plan 0-0 suivi de g5 et f4. C’était à l’évidence un meilleur choix pratique, qui ne lui laisse pas un planoncret et facile comme dans la partie.

En effet, après 12.Fxc4?! Fxc3+ 13.bxc3 Da5, je pensais que j’aurais du jeu, et j’étais d’ailleurs tout à fait disposé à sacrifier le pion g4 s’il le fallait. Mais la continuation de la partie 14.Dd3 Cb6 15.Fb5+ Fd7 16.Fxd7+ Cbxd7 17.g5 h4! (un coup très important que j’avais raté de loin) montre que les noirs ont en réalité déjà largement résolu tous leurs problèmes.

Wesley a ensuite très bien joué et il n’y a rien à dire. Je ne peux pas regretter ce choix dans l’ouverture, je l’ai pris en connaissant les risques, mais en sachant aussi qu’une nulle ne me serait certainement pas favorable.

Ronde 6 : SHANKLAND-MVL 1/2

Seul un miracle aurait pu me laisser en course pour la qualification à l’issue de cette dernière ronde. J’ai pu placer une idée nouvelle dans la variante hongroise de la Grunfeld, mais l’Américain, malgré quelques grosses sueurs, a su déminer tous les pièges et à trouver le dénouement sous forme d’échec perpétuel. Une fois n’est pas coutume, c’est moi qui ai récité de bout en bout !

Ultime partie du Grand-Prix contre Shankland (Photo : World Chess).
Ultime partie du Grand-Prix contre Shankland (Photo : World Chess).

D’une manière générale, j’ai fait trop d’erreurs dans ces tournois du Grand Prix. Pour l’anecdote, avec la place de finaliste de Nakamura à Berlin, même une victoire finale en Allemagne ne m’aurait pas qualifié pour les Candidats !

Malgré la déception, la vie continue, et les choses sérieuses reprendront pour moi le 5 mai, avec le début du Grand Chess Tour 2022 à Bucarest…

Les parties de Maxime :

Les parties de Maxime à Belgrade :

Les parties de Maxime à Berlin :

En janvier, Maxime est devenu ambassadeur du projet Immortal Game, (LIEN https://immortal.game) une plateforme d’échecs en gestation qui surfe sur les évolutions techniques de ces derniers temps.
Basée sur la blockchain, cette plateforme proposera un jeu d’échecs aux règles strictement inchangées, mais « enrichi » de quelques pièces NFT qui permettront d’accomplir des « quêtes » parallèles (« ne pas roquer », « garder tel pion en vie », « réaliser une prise en passant » etc…) rapportant des points supplémentaires. Ainsi, les incitations pour les joueurs à accomplir leurs quêtes modifieront légèrement la façon de concevoir la stratégie de la partie.
Immortal Game est pour l’instant en phase de test Alpha, et sa version publique devrait être lancée dans le courant de l’année.

Quiz !

Quiz

Depuis son titre mondial de Blitz à Varsovie le 30 décembre dernier, Maxime n’a pas renoué avec la compétition. Son retour est programmé pour le 1er mars, date de début du deuxième tournoi du Grand Prix FIDE à Belgrade.

Maxime consacre essentiellement les deux premiers mois de l’année 2022 à sa préparation, laissant le site mvlchess.com orphelin quelques semaines.

En attendant de retrouver ses analyses des compétitions, voici un petit quiz sur Maxime.

10 questions pour savoir si vous le connaissez bien ; certaines sont faciles, d’autres un peu moins.

A vous de jouer !

1. 
En quelle année est-il devenu GMI ?
2. 
Avant de devenir professionnel, Maxime a étudié 3 ans :
3. 
Combien de coups a duré sa plus longue partie classique ?
4. 
Combien de titres de champion du monde Maxime a t-il remporté ?
5. 
Contre lequel de ces champions n'a t-il jamais joué en partie officielle ?
6. 
L'ouverture favorite de Maxime contre 1.e4 est
7. 
Suite à son titre de Champion du Monde de blitz, Maxime a dû se teindre les cheveux en quelle couleur ?
8. 
Quel club de football français supporte t-il
9. 
De quel club d'échecs n'a t-il jamais fait partie ?
10. 
Avec un pic Elo à 2819.3, quelle place occupe-t-il dans la liste des meilleurs joueurs de tous les temps ?

Champion du monde !

World Champion !

Je me suis préparé assez sérieusement pour le championnat du monde Rapide & Blitz, qui est un de mes tournois favoris ; préparation d’ouvertures et parties d’entraînement bien sûr, mais aussi prépa physique et mentale. Le départ pour la Pologne – à la place du Kazakhstan initialement prévu, ce qui m’a permis de passer à -5° au lieu de -25° 🙂 était programmé tôt le 25 décembre au matin. Et du coup, pas de Noël familial…

A l’aéroport, j’ai rencontré Samy Shoker, le Grand-Maître franco-égyptien que je n’avais pas vu depuis longtemps, et qui est maintenant basé en Nouvelle-Calédonie, après avoir passé quelques temps en Ouzbékistan. J’ai aussi retrouvé d’autres Français sur place à Varsovie, notamment le GMI franco-algérien Bilel Bellahcène et la GMIF Nino Maisuradze.

L’organisation s’est plutôt bien passée au début, ce n’est que plus tard que les choses se sont gâtées – cf. mes tweets 🙂 . Je me suis mis rapidement dans le bain en revoyant les ouvertures que j’avais prévu de jouer, notamment la Française et le Gambit-Dame accepté, qui ont d’ailleurs donné des résultats en demi-teinte.

TOURNOI RAPIDE

La compétition se déroulait dans l’enceinte du stade PGE Narodowy, qui accueille les matches de l’équipe nationale polonaise de football.

Le premier jour a très mal commencé, avec une grosse faute de calcul contre Durarbayli (2615), ce qui m’a forcé à prendre la nulle au bout de quinze coups avec les blancs. Même si j’ai finalement fait 3.5/5 ce jour-là, ça a quand même été assez compliqué dans le jeu.

Victoire à l’arraché contre le jeune prodige ukrainien Samunenkov, 12 ans (photo : Fide).
Victoire à l’arraché contre le jeune prodige ukrainien Samunenkov, 12 ans (photo : Fide).

Le deuxième jour, j’ai perdu d’entrée de jeu contre Volokitine (2677), une partie qui montre que je n’étais pas dans le coup :

Mvl-Volokitin, Rapide Ronde 6.
Mvl-Volokitin, Rapide Ronde 6.

Parce que perdre cette position, avec dix minutes contre une, en oubliant que les noirs menacent de prendre en d4 (18.Tb1? Cxd4!), il fallait le faire !

J’ai quand même fini cette deuxième journée à 2/4, en ratant notamment un joli gain contre Ponkratov (2641) :

Ponkratov-Mvl, Rapide Ronde 9.
Ponkratov-Mvl, Rapide Ronde 9.

Au lieu de reprendre en g2, le Russe a joué le coup intermédiaire 36.f6?, qui aurait dû être réfuté par l’esthétique 36…g5! 37.Txg5 (37.Dxg5 Tg6) 37…Fd5! et les blancs ont une pièce nette de moins et plus d’attaque.

Le troisième et dernier jour du tournoi Rapide, c’était déjà beaucoup mieux. J’ai réalisé 3/4, avec deux bonnes victoires contre Puranik (2604) et Petrossian (2573), et une opiniâtre défense à la dernière ronde contre Fedoseev (2704).

Mvl-Fedoseev, Rapide Ronde 13.
Mvl-Fedoseev, Rapide Ronde 13.

Ici, j’ai joué 16.Td1? et après 16…Fa4!, les noirs ont pris l’ascendant. A la place, la machine montre instantanément que les blancs avaient un coup à leur disposition, certes contre-intuitif : 16.Dg5!, avec l’idée 17.Cc4, même sur 16…f6. Le genre de coup introuvable en Rapide, et que je ne pourrais imaginer qu’en exercice, ou en partie classique éventuellement.

Clairement, cette fin de tournoi Rapide m’a fait croire à une montée en puissance, en dépit du résultat final plutôt médiocre (17e avec 8.5/13).

Du coup, j’ai décidé de disputer quelques parties d’entraînement, afin de préparer au mieux les deux journées de blitz à venir. En mon for intérieur, je savais que j’étais capable de jouer la gagne, sur la base de mes résultats précédents, et notamment de mon titre de vice-champion du monde 2015, après avoir eu 1.5 point d’avance à 4 rondes de la fin 🙂 .

Avant de passer au tournoi Blitz, un petit mot de félicitations pour l’Ouzbek Abdusattorov, vainqueur surprise du championnat du monde de Rapide à seulement 17 ans. L’Ouzbekistan va devenir une puissance échiquéenne à prendre en considération, parce que de son côté Sindarov – qui a tout juste 16 ans – finira 8e du tournoi blitz…

Le Narodowy Stadium à Varsovie.
Le Narodowy Stadium à Varsovie.

TOURNOI BLITZ

Après une victoire inaugurale contre Krasenkov (2576), j’ai dû me contenter du demi-point face à Vastrukhin (2376) :

Vastrukhin-Mvl, Blitz Ronde 2.
Vastrukhin-Mvl, Blitz Ronde 2.

Un type de position instructif, j’ai eu le même genre contre Kravtsiv quelques rondes plus tard. Même si elle est objectivement très avantageuse, voire gagnante, cette position avec un pion de moins est beaucoup plus facile à jouer en défense. Autant en partie longue, j’aurais pu presser, autant en blitz je n’ai pas trouvé les ressources. Les blancs n’ont pas de faiblesse autre que leur pion de moins, et leur plan est clair : ne rien faire 🙂 et laisser les noirs s’arracher les cheveux pour progresser. De mon côté, je dois trouver quelque chose, tout en surveillant toujours mes pions b7 et e4, et en empêchant également l’échange des pions de l’aile-Dame : c’est juste très difficile.

Ensuite, gain contre Cheparinov (2664), non sans avoir connu une belle frayeur :

Mvl-Cheparinov, Blitz Ronde 3.
Mvl-Cheparinov, Blitz Ronde 3.

Ici, je devais me contenter de 28.Fd2. A la place, j’ai joué le naturel 28.Fxc7?, qui perd pourtant de manière incroyable : 28…Da1+ 29.Re2 Rh6! (et pas 29…Dxb2? comme joué par le Bulgare, car après 30.Fxd6, le pion d s’avérera décisif tandis que le Fou revient défendre les cases noires autour du Roi) 30.f3 (de loin, j’avais vu 30.Fxd6 Fh5 31.Ff4+, oubliant complètement 31…g5!) 30…Dg1! et l’attaque sur cases noires est décisive.

A la ronde 4, j’ai connu mon premier coup d’arrêt contre Vidit (2727).

Vidit-Mvl, Blitz Ronde 4.
Vidit-Mvl, Blitz Ronde 4.

Ici, au lieu du normal 18…Tc8 avec égalité, j’ai cru être malin en optant pour la séquence 18…Fxf3? 19.Dxf3 Ce5 20.Fxe5 Dxe5. Je pensais qu’en attaquant le Fd3, en menaçant …Db2, voire même …Fd6, ma position était saine. En réalité, après le simple 21.Cd4!, la position noire devient très difficile, voire quasiment perdante en pratique : la colonne c, la faiblesse de la case c6 et du pion a6 sont terribles.

Cette séquence montre quand même certaines lacunes de ma part sur une ouverture nouvelle comme le Gambit-Dame accepté 🙂 . Il est certain que je n’ai pas le même niveau de connaissances et de compréhension dans ce type de position que dans celles issues de la Grunfeld…

Contre Antipov (2615), j’ai été victime d’un aveuglement en finale après une partie technique que j’avais pourtant bien maîtrisée.

Mvl-Antipov, Blitz Ronde 5.
Mvl-Antipov, Blitz Ronde 5.

Ici, au lieu de 64.Fd2, je pouvais directement jouer 64.Fe2! Fe6 65.Fa6+ Rd8 66.Rb7 et l’édifice noir s’écroule. Un gain simple que j’ai réussi à totalement occulter plusieurs fois, obnubilé que j’étais par le clouage du Cd7.

Après une victoire contre Dudin (2474), j’ai eu un long débat théorique sur la Najdorf contre Sychev (2550), qui a fini par tomber au temps dans une finale difficile.

Ce qui m’amène à une remarque générale sur le niveau d’ensemble. Clairement, les joueurs, y compris en milieu de tableau, avaient fait beaucoup de progrès en blitz. On sentait qu’il y avait eu énormément de pratique en ligne et que presque tout le monde était prêt à jouer des grandes lignes théoriques, sans aucun complexe ! Et en plus, il y a eu moins de gaffes commises dans l’ensemble ; pour moi c’est évident si l’on compare par exemple aux dernières éditions de 2019 ou 2018.

Après un gain contre Timofeev (2572) qui a trop voulu échanger de pièces pour faire nulle dans une position égale, il y a eu le premier gros tournant pour moi, avec cette défaite incroyable contre Amin Bassem (2680).

Mvl-Amin Bassem, Blitz Ronde 9.
Mvl-Amin Bassem, Blitz Ronde 9.

J’étais content de la partie. Je pensais qu’elle était assez bien maîtrisée. Et je me disais que cette finale devait être complètement gagnante. Malheureusement, je n’ai pas trouvé la ligne forcée 64.Ff6! Rf5 65.Fe5 Rg4 66.Rxe4 Rxh4 qui gagne un tempo net par rapport à la partie : 67.f5 gxf5+ 68.Rxf5 Rh3 69.Rg5 h4 70.f4 Rg3 71.f5+ et rideau.

A la place, j’ai joué 64.Rxe4? directement, et après 64…Rxh4 65.f5 gxf5+ 66.Rxf5 Rh3 67.Rg5 h4 68.f4 Rg3 69.f5 (sans échec !) 69…h3 70.Fe5+ Rg2 71.f6 h2 72.f7 h1=D 73.f8=D Dc1 j’ai décidé d’essayer encore un petit peu : 74.Ff4 Dc2 75.Da8+ Rf2 76.Da7+ Re2 77.De3+ Rf1 jusqu’au hara-kiri incompréhensible 78.Fg3?? b2 79.Df3 Rg1 80.Ff4 Dg2+ 0-1. Une pilule bien difficile à avaler…

Toujours sous le coup de cette défaite, j’ai perdu à nouveau, et cette fois en 26 coups, contre Maghsoodloo (2701). Pourtant, j’étais nettement mieux au sortir de l’ouverture avec les noirs !

Heureusement, il restait encore deux rondes dans cette première journée, et j’ai eu l’opportunité de doubler les blancs et de les remporter toutes les deux, me permettant de « rester en vie » dans le tournoi ; d’abord contre Matlakov (2674), puis contre Zvjaginsev (2599).

Vue aérienne des premiers échiquiers (Photo : Fide).
Vue aérienne des premiers échiquiers (Photo : Fide).

En arrivant pour la deuxième journée de blitz, nous avons appris que plusieurs joueurs avaient été testés positifs au Covid, dont Nakamura. Je pensais vraiment qu’on allait arrêter le tournoi, mais de nombreux joueurs étaient convaincus que les organisateurs et la Fide allaient tout faire pour que cette dernière journée aille à son terme. C’est ce qui s’est finalement passé, avec simplement une heure de retard par rapport au programme.

Très clairement, le protocole Covid dans les compétitions de la FIDE va devoir être retravaillé dans le sens d’une plus grande fermeté, car il y a eu beaucoup de flottements et de situations non adaptées, par exemple – mais pas seulement – dans les bus mis à disposition des joueurs…

Du coup, j’ai débuté par une mauvaise partie contre Gelfand (2663), après avoir fait un peu n’importe quoi dans l’ouverture. J’ai quand même obtenu une finale de Dames avec 3 pions contre 4 sur la même aile, et au moment où j’avais un choix pas facile à faire, j’ai vérifié ma pendule et j’ai constaté que la sienne était à 0:00 🙂 . « Merci pour le cadeau, Boris, je vais essayer d’en profiter ! ».

Après une nulle rapide contre Giri (2772) où nous avons effectué 20 prises en 21 coups 🙂 , j’ai rencontré l’Ouzbek Sindarov. Une partie ultra-complexe issue d’une variante à la mode de l’Espagnole ouverte a finalement débouché sur la position suivante :

Mvl-Sindarov, Blitz Ronde 15.
Mvl-Sindarov, Blitz Ronde 15.

Ici, les noirs devaient jouer 38…Dh1+ 39.Rg3 De1+ et la position reste très compliquée à jouer. A la place, Sindarov a choisi 38…Dd3+? 39.Rh2 e3, qui ne va pas à cause de 40.De5! e2 41.Ff8, forçant 41…Dg6 42.Dxe2 et les blancs sont gagnants.

Après une nulle contre Kravtsiv (2604) où je n’ai pas pu gagner une finale de Tours avec un pion de plus, j’ai joué la première partie vraiment décisive contre Aronian (2772), qui menait à ce moment-là le tournoi avec deux points d’avance sur moi.

Et cette partie n’a pas démérité en termes d’intensité, l’avantage passant d’un camp à l’autre de bout en bout !

Mvl-Aronian, Blitz Ronde 17.
Mvl-Aronian, Blitz Ronde 17.

C’est Levon qui fera la dernière faute ici, mais il jouait depuis un moment déjà sur l’incrément de deux secondes par coup. Nécessaire était le contre-jeu par 54…d4 55.a6 (55.Ta3 Tg2+) 55…d3! et le combat continue dans la finale. Mais Levon a opté pour 54…Ta1?, après quoi les blancs ont un gain technique trivial par 55.Ta3 Tf1 56.a6 Tf8 57.a7 Ta8 58.Rc3 Rf7 59.Rd4 et le Roi noir est trop loin.

D’une manière générale dans ce tournoi de blitz, j’ai retrouvé ma qualité première, à savoir mettre une grosse pression à la pendule ; c’est par exemple ce qui s’est passé dans la partie suivante contre l’Etau Maroczy du nouveau prodige indien Erigaisi (2629), avec une prestation propre par ailleurs.

On arrivait alors dans le money time, et à trois rondes de la fin, j’ai été apparié avec les blancs contre Dubov (2749) qui menait à ce moment-là avec un demi-point d’avance sur Aronian et moi.

L’ouverture s’est mal passée et à ma surprise, Dubov m’a proposé nulle dans la position suivante :

Mvl-Dubov, Blitz Ronde 19.
Mvl-Dubov, Blitz Ronde 19.

Evidemment, je n’avais pas envie d’accepter et j’ai failli continuer par 19.Tb4, mais vu la position, je me suis dit que ce serait beaucoup plus raisonnable de le faire 🙂 .

Il restait encore deux rondes derrière, et de toute façon, je crois qu’il faut accepter que les choses ne se soient pas passées comme prévu…

J’ai ensuite fait une nulle sérieuse contre Artemiev (2700), lors de l’avant-dernière ronde, permettant un large regroupement en tête, avec le retour de Duda, et une remontada exceptionnelle d’Alireza !

Avec 6 joueurs à 14 points avant la dernière ronde, j’ai eu l’honneur d’être sous-apparié contre Carlsen (2856), qui était tout seul à 13.5. A l’évidence, nous étions tous deux en situation de must win.

L’ouverture ne s’est pas trop bien passée car j’ai oublié un fort coup pour les noirs. Néanmoins, le type de position qui en a résulté, quoique certainement favorable aux noirs objectivement, était en réalité parfaitement adapté à ma situation !

Mvl-Carlsen, Blitz Ronde 21.
Mvl-Carlsen, Blitz Ronde 21.

Ici, Magnus a réfléchi vraiment très longtemps, 1’17” soit une éternité à cette cadence. La preuve qu’il n’était sans doute pas à l’aise… Pour moi, le coup évident était 21…bxa4!, qui avait l’avantage de dévier une de mes pièces. 22.Tgxa4, on n’a vraiment pas envie ! 22.Taxa4 Db1 non plus… Reste 22.Fxa4, que j’aurais joué à contre-coeur. A la place, le champion du monde a finalement opté pour 21…Dxh3?, qui me laisse beaucoup trop d’options, dont une qui gagne immédiatement – à la surprise générale ! En effet si 22.Dd5!, les noirs ne peuvent plus protéger f7 sans perdre la Ta8 ; et ils ne peuvent strictement rien faire non plus avec leur Dame et leurs deux Cavaliers sur mon Roi ! Malheureusement, je n’ai pas vu ce coup de retrait et j’ai joué 22.Tg3? instantanément, laissant les noirs reprendre le dessus.

Soumis à une grosse pression au temps, Magnus finira par craquer et me laisser organiser une attaque de mat avec Dame et Fou !

Les 20 premiers au classement final du Championnat du Monde de Blitz (Image : chess-results.com)

TIE-BREAK

Deuxième partie du tie-break… (photo Fide).
Deuxième partie du tie-break… (photo Fide).

Duda et Firouzja ayant eux aussi remporté leur partie, nous avons terminé tous les trois à 15 points. C’est moi qui avait le meilleur Buchholz, mais le règlement prévoyait un tie-break entre les deux premiers au départage, éliminant malheureusement Alireza de la course au titre. Après une fin de tournoi en trombe dont il a le secret, celui-ci termine tout de même à une excellente 3e place.

J’ai donc affronté le Polonais Duda, qui jouait à domicile, pour le titre. La première série de deux parties a été jouée de façon très sérieuse de part et d’autre et s’est soldée par deux nulles logiques. Pas d’Armaggedon à Varsovie, le règlement prévoyait maintenant une mort subite, le titre allant au premier vainqueur, celui qui était devant au départage ayant l’avantage de commencer avec les blancs. J’ai donc eu l’occasion de frapper le premier !

Mvl-Duda, Blitz Tie-break 3.
Mvl-Duda, Blitz Tie-break 3.

J’ai répété la même ligne de l’anti-Marshall que dans notre premier blitz, jusqu’à la position du diagramme ; principalement parce que j’aimais bien la position que j’avais obtenue. Dans le premier blitz, j’avais joué 17.d4 exd4 18.Cxd4 Fd7 19.Dc2, mais après 19…De8!, les noirs avaient résolu tous leurs problèmes. Dans la courte pause de quelques minutes avant la partie, j’ai gambergé je me suis dit que 17.Dc2!? serait très intéressant : je menace 18.Fxe5 ; sur le naturel 17…Fg4?! comme dans la partie, j’avais anticipé 18.d4! exd4 (18…Fxf3 19.dxc5! est peut-être ce que Duda a oublié) 19.Cxd4 Fd7, et j’ai un tempo net de plus, ce qui m’a permis de prendre un bel avantage après 20.Cb5 Fxb5 (20…Ta6 est meilleur, mais guère « humain ») 21.axb5 Fxc3 22.Dxc3.

Sur le plan pratique, 17.Dc2!? était donc un excellent choix, même si j’ai vu après coup que la machine préfère quand même 17.d4 parce qu’elle considère que les noirs sont ok après 17.Dc2!? Ce6! (le remède anti-d4) ; j’avais vu ce coup, mais je n’étais pas convaincu que les noirs veuillent avoir leur Cavalier en e6 et bloquer le Fc8.

C’est pas la bonne coupe, mais le titre est là ! (Photo Fide).
C’est pas la bonne coupe, mais le titre est là ! (Photo Fide).

Ce titre mondial vient à point pour clôturer une année 2021 en demi-teinte, avec notamment un premier semestre très difficile (Tata Steel cauchemardesque, la déception des Candidats, Bucarest raté, et des tournois en ligne très poussifs). Heureusement, j’ai su me reprendre à partir de l’été, notamment en remportant Zagreb et la Sinquefield Cup, et pour finir, ce titre mondial en blitz !

Janvier et février seront très light pour moi, la priorité étant maintenant à la préparation des tournois du Grand Prix Fide, qui offriront les deux dernières places qualificatives pour le Tournoi des Candidats de juin.

Pour ma part, je disputerai le 2e tournoi (à Belgrade à partir du 1er mars) et le 3e (à Berlin à partir du 22 mars).

Les parties de Maxime au championnat du monde Rapide :

Les parties de Maxime au championnat du monde Blitz :

Kool & the GHang – Celebration

Les premiers jours de 2022 ont vu Maxime être largement sollicité par les médias, la rançon de la gloire pour un champion du monde fraichement couronné ! Les réactions officielles ont également été à la hauteur de l’événement, surtout avec un autre français sur le podium mondial… Maxime et Alireza ont été invités dès le lendemain par l’Ambassadeur de France à Varsovie, tandis que les ministres de tutelle Jean-Michel Blanquer et Roxana Maracineanu envoyaient leurs félicitations publiques, avant que le Premier Ministre Jean Castex ne leur emboîte le pas.

On notera également que le Président de la République Emmanuel Macron n’a pas été en reste, mais lui se sera contenté d’un message privé au nouveau champion du monde 🙂 .

Petite déception au Grand Swiss

Grand Swiss logo.

Je me suis préparé pendant environ deux semaines pour le Grand Swiss à Riga et le Championnat d’Europe qui suivait, même si cette préparation a été interrompue par quelques parties disputées en Bundesliga à la mi-octobre avec mon club de Baden-Baden. Je tenais le 1er échiquier lors de ce rassemblement à Berlin qui venait clôturer la saison 2019-2020 avortée 🙂 , et mon score de +2 =3 a contribué à donner un nouveau titre national à l’équipe.

Champion d’Allemagne ! (photo : schachbundesliga).
Champion d’Allemagne ! (photo : schachbundesliga).

Grand Swiss Riga

Je suis arrivé le 25 octobre en Lettonie, quelques jours après la mise en place d’un confinement dans le pays, en raison du fort nombre de cas de Coronavirus dans la population. Ce désagrément, ainsi que les difficultés de voyage pour certains, ont provoqué quelques forfaits parmi les participants au Grand Swiss. En raison de ce confinement strict, je ne pouvais pas sortir de l’hôtel après 20h. Les parties se déroulant en journée, je ne sortais que très peu à l’extérieur. En gros, j’allais et revenais de la salle de jeu à pied, et c’était à peu près tout ! Même quand je finissais tôt, je rentrais à l’hôtel et j’allais à la salle de sport jusqu’à 19h30. Dans cette situation, la possibilité de faire du sport était indispensable. On ne pouvait pas se promener dans le centre-ville, il manquait le côté chaleureux de se mêler aux gens et d’avoir un minimum de contact avec la population locale.
Heureusement, ce manque évident a été contrebalancé par l’ouverture dans l’hôtel d’un lounge pour les joueurs. Celui-ci est vite devenu un lieu incontournable de la vie quotidienne du tournoi. C’était ouvert 24h/24 🙂 , ce qui a donné lieu à des scènes conviviales, avec des discussions animées, mais aussi des challenges amicaux, des puzzles d’échecs, des blitzs etc… J’y restai jusqu’à minuit pour me détendre. Évidemment, je faisais également les pauses qui s’imposaient pour me préparer contre mon adversaire du lendemain 🙂 .

Ronde 1 : Niemann-MVL: 0,5-0,5

J’ai commencé le tournoi avec une nulle sans histoire contre le jeune GMI américain spécialiste mondial du puzzle rush !

Ronde 2 : MVL-Tabatabaei 1-0

Dans la 2e partie, contre Amin Tabatabaei, nous nous sommes retrouvés à jouer la finale de la Berlinoise. Comme contre Xiong lors de la Sinquefield Cup, j’ai pris mon temps pour décider quelle ligne exacte je jouerai finalement. D’ailleurs ça a donné exactement la même partie 🙂 , avec un pion en f6, le Cavalier qui va en g5, la prise de contrôle de la colonne h.

Mvl-Tabatabaei, Ronde 2.
Mvl-Tabatabaei, Ronde 2.

Ici, mon adversaire devait absolument jouer 16…g6 (au lieu de 16…Fe7? 17.Rg3, et c’est déjà perdu car les noirs n’ont plus le temps de faire 17…g6 à cause de 18.f6 Fb4 19.Ce4 avec une position écrasante), mais il a dû avoir peur de 17.g5 et que le Fou h4 soit enfermé ; ce qui ne marche jamais puisque sur Td4, les noirs auront toujours …Fe1.

Ronde 3 : Donchenko-MVL : 0,5-0,5

J’avais eu une partie similaire contre Mamedyarov. J’ai fait l’erreur de ne pas répéter cette partie qui avait été rapidement nulle. En effet, je voulais garder quelques chances. Ceci ne s’est pas avéré être une bonne idée et mon adversaire a pris la nulle avec un pion de plus, mais il y avait sans doute moyen pour lui de me poser quelques problèmes supplémentaires.

Ronde 4 : MVL-Demchenko 1-0

Je savais que mon adversaire du jour jouait beaucoup de lignes mineures contre l’Espagnole, et je les avais regardées avant la partie. 13.Ff4 aurait été plus précis que le coup de la partie (13.Fg5). J’ai néanmoins obtenu une belle initiative jusqu’à 18.e6 fxe6 19.dxe6.

Mvl-Demchenko, Ronde 4.

Là, le coup critique était 19…Cxe6 20.Ce5 Fxe5 21.Txe5et maintenant 21…c5!, que nous avons raté tous les deux et qui permettait de continuer par …Cd4. Et là, ce n’aurait pas été clair, contrairement à la partie, où j’ai pris un ascendant décisif après 19…Dc6? 20.Te4 Ced5 (20…g5 21.Txf4! gxf4 22.Dd3) 21.Cxd5 Cxd5 22.Tg4!.

Ronde 5 : Firouzja-MVL 0,5-0,5

Je n’ai pas été mis en difficulté dans cette partie contre mon nouveau compatriote.

Firouzja-Mvl, Ronde 5.

J’ai même cherché à prendre l’avantage, mais de la mauvaise façon, ce qui fait que je me suis retrouvé un tout petit peu moins bien après 21…Tfd8 22.Ce4 Cf4 23.Ta2 d5 24.cxd5 Txd5 25.Td2. J’aurais pu jouer 21…d5! tout de suite, ce qui était mieux car après 22.cxd5 Tfd8 23.Ce4 (23.Cc4 Cf4 24.d6 b5) 23…Txd5, mon cavalier reste en d3.

Après, j’ai été très précautionneux en défense, et la position s’est aplanie. J’aurais peut-être pu continuer un peu à la fin, mais je ne voyais pas de chance de gain réaliste. J’ai donc décidé d’en rester là et de me concentrer sur la suite du tournoi.

Ronde 6 : MVL-Ponkratov 1-0

J’ai joué une variante de la Française d’avance impliquant un sacrifice de pion. Malgré un faible nombre de coups total, ce fut une partie très compliquée, avec beaucoup de contenu. Au début, les noirs ont joué tous les bons coups, notamment 12…g5!.

Mvl-Ponkratov, Ronde 6.

Mais au 15e coup, dans une position où nous n’avions déjà plus énormément de temps, les noirs ont fait la faute avec 15…h5?.Je suppose que mon adversaire a regardé le critique 15…Cxd4, mais quelque chose ne devait pas lui plaire. Pressé par le temps, il a joué cette erreur 15…h5 au bout de 20 minutes. 16.Cf6+ Fxf6 16.exf6 Cg8 17.Df3 Th6 18.Dxd5 Cxf6 19.Dg5 Cg4 a suivi.

J’ai été assez clinique ensuite avec 21.Cc3! Dd8 (sur 21…Dxd4, il y a 22.Cd5! Dxf2+ 23.Rh1 et mat forcé) 22.Dxd8+ Rxd8 (les noirs auraient peut-être pu résister un peu avec 22…Txd8, mais le résultat n’en aurait sans doute pas été altéré) 23.Ce4 e5 24.f3 Cxd4 25.fxg4 hxg4 26.Cg5 1-0.

Après cette première moitié du tournoi et avant la journée de repos, j’avais donc fait le travail avec les blancs, et je ne m’étais jamais retrouvé en danger avec les noirs. J’étais en tête ex-aequo.

Masqué et avec la chemise siglée MVL! (Photo : Fide).

Ronde 7 : Sasikiran-MVL 0,5-0,5

Une Najdorf compliquée et théorique à souhait ! J’ai été contraint de répéter les coups à la fin. Je sais que certains me l’ont reproché, mais je ne regrette pas cette décision. J’ai préféré prendre la nulle car sa position était trop solide et je ne voyais pas comment me créer des chances ; en revanche, je voyais très bien comment je pouvais en créer pour lui 🙂 .

Ronde 8 : MVL-Shirov 0,5-0,5

Très certainement le tournant du tournoi. J’ai beaucoup réfléchi avant la partie pour décider de ce que j’allais jouer contre cette ligne spécifique de l’Arkhangelsk qu’affectionne Shirov, mais mon choix s’est avéré être un échec. J’avais pourtant en mémoire que le type de position que j’ai obtenu était bon pour les blancs, mais en fait il n’en est rien. J’ai pu m’en apercevoir après le 26e coup noir.

Mvl-Shirov, Ronde 8.

Ici, si je joue 27.Dc3 ou 27.Da7pour attaquer le pion c7, les noirs ont 27…Te8! qui est fort, car 28.Dxc7?? est impossible à cause de 28…Te1+.

Après 27.Dg3, je m’attendais à ce que mon adversaire joue 27…Tc8 et que l’on fasse nulle rapidement, mais il a préféré échanger les Dames par 27…Dxg3. Ce n’était certainement pas le meilleur choix sur le plan pratique. Après un jeu précis de ma part, j’ai réussi à me créer quelques chances dans une finale de pions.

Mvl-Shirov, Ronde 8.

Malheureusement, j’ai commis une très grosse faute (47.h4?) parce que, tout comme Shirov d’ailleurs, je ne me suis pas rendu compte du potentiel de cette finale. Je m’en veux de ne pas avoir simplement commencé par 47.Rb4 Rb6 48.Rc4, car les noirs auraient eu des décisions incroyablement difficiles à prendre pour sauver cette finale, qu’il serait difficile d’analyser ici car son apparente simplicité recèle en réalité de très nombreuses finesses.

Ronde 9 : Anton-MVL 0,5-0,5

Une partie où mon adversaire avait décidé de jouer le jeu, ce qui nous a permis d’avoir des chances réciproques, avec un contenu très riche : j’ai sacrifié deux pions, mais les blancs ont pris des risques en les rendant pour créer une attaque à long terme sur mon Roi.

Une partie hyper intéressante qui s’est arrêtée brutalement car j’ai été contraint de forcer la nulle par répétition.

Ronde 10 : MVL-Caruana 0,5-0,5

Une partie décisive. La menace d’un gambit Marshall était inattendue, mais j’ai quand même pu lui poser des problèmes avec l’anti-Marshall 8.a4. Mais j’ai fait des petites erreurs de calcul dans cette partie ; même si elles se sont avérées sans conséquences, elles ont été un peu déstabilisantes pour moi. Par exemple, en jouant 23.Fa5 quelques coups plus tôt, j’avais oublié que 26…Db4! était possible ici.

Mvl-Caruana, Ronde 10.

J’ai tout de même conservé un petit avantage par la suite, mais Fabiano a très bien joué. 27.Td1 Tb7 28.Cc4 Txa7 29.Dxa7 Db3 30.Te1 Dxd3 31.Dxe7 Dxc4 32.Dxd6 Dd4. Ma deuxième erreur stratégique a évidemment été 33.Dxe5?, puisque j’ai simplement oublié 33…Dxe5 34.Txe5 f6! qui force une nulle rapide, après qu’il ait bien défendu pour empêcher les petites chances que je pouvais encore avoir.

Cela dit, si j’avais joué 33.Txe5, il aurait sans doute répliqué par 33…Ta8!.Avec la Dame noire en d4 plus forte que son homologue en d6, je n’ai pas imaginé avoir de véritables chances non plus dans cette ligne.

Ronde 11 : Yu Yangyi-MVL 0,5-0,5

Une partie all-in. D’ailleurs mon adversaire, joueur habituel de 1.d4, a choisi de jouer contre la Najdorf avec 6.h3.

Une mutuelle erreur d’évaluation a conduit à la nulle.

Yu Yangyi-Mvl, Ronde 11.

Pendant la partie, nous ne nous sommes pas rendu compte que 27.Tf2 (au lieu de 27.Fxe5?) était fort. Après 27…Cc4, j’ai l’air d’avoir des menaces et on n’a pas l’impression que ce soit si agréable à jouer pour les blancs. Mais en réalité, après 28.g5 Ch5 (28…Cd5? 29.Fd3 +-) 29.Fc1!, le potentiel de nuisance de la paire de Fous devrait poser problème aux noirs.

La partie a continué par 27…Dxe5 28.Te2 Ce4 29.Dd5 Df4. J’ai réfléchi avant de jouer 29…Df4 et mon adversaire a donc eu le temps de voir qu’aprèsle naturel30.Tde1? Cc3+! 31.bxc3 Tb8+ 32.Ra1 Txe2 33.Fxe2 Dg3 34.Dd2 Dc7! 35.Fc4 (forcé) 35…Dxc4 36.Dd4 Dc6, il aurait été du mauvais côté de la nulle ! Malheureusement, il a préféré le solide 30.Ra1 et il n’y a plus grand-chose à faire.

Bravo à Firouzja et à Caruana, qui ont gagné leur billet pour les Candidats. Quant à moi, il faudra que j’aille chercher une des deux places restantes lors des Grand Prix FIDE qui se dérouleront en février-mars 2022.

A noter que le Grand Swiss de Riga s’est conclu par un tournoi de blitz en la mémoire de Tal en sa ville natale. Malgré mon statut de favori au Elo blitz, j’ai dû me contenter d’une modeste 1 »e place…

Tête de série au Mémorial Tal de blitz (Photo : Fide).

Championnat d’Europe par équipes

C’était un plaisir d’être de retour en équipe de France, avec une composition new-look. Outre Alireza Firouzja et l’indéboulonnable Etienne Bacrot, j’ai retrouvé deux joueurs que je connais très bien, Maxime Lagarde et Jules Moussard ; c’était cependant la première fois que je les côtoyais en équipe nationale. Même si Maxime avait déjà été sélectionné en 2019, lui et Jules se retrouvaient dans une situation nouvelle, au sein d’une équipe amenée à jouer les premiers rôles. Ceci explique peut-être certaines mauvaises décisions de leur part en début de tournoi. A leur décharge, il n’est jamais évident de rentrer dans ce nouveau rôle.

L’ambiance au sein de l’équipe était bonne, tout s’est vraiment très bien passé. Nous étions suivis en permanence par un caméraman. Il nous filmait discrètement, et chaque jour la Ffe diffusait une vidéo sur la vie du groupe : http://echecs.asso.fr/Actu.aspx?Ref=13656

Alireza et moi étions prêts à joueur au 1er comme au 2e échiquier, peu importait l’ordre. Notre capitaine, Sébastien Mazé, a finalement décidé qu’Alireza jouerait au 1er. Lui et moi avons finalement disputé l’ensemble des parties.

Ronde 1 : Autriche-France 1-3

Un premier match tranquille contre l’Autriche, où j’ai gagné ma partie blanche contre Dragnev (2548), et l’équipe a remporté le match sans trop trembler.

Ronde 2 : France-Croatie 2.5-1.5

Match contre une équipe dangereuse. Ma partie noire contre Brkic (2599) a suivi une grande ligne théorique de la Najdorf, où j’ai pris la décision discutable de donner le pion d6, ce qui n’était pas nécessaire. Heureusement, après avoir beaucoup réfléchi, mon adversaire a décidé d’éviter toute complication et de rendre le pion d pour faire nulle.

Grâce à la victoire d’Etienne Bacrot, l’équipe a remporté son 2e match, signant là un bon début de tournoi.

Ronde 3 : Hongrie-France 2.5-1.5

C’est là que les problèmes ont commencé… Alireza a fait le travail au 1er échiquier en battant Erdos au terme d’une jolie partie. Mais aux 3e et 4e échiquiers, il y a eu des retournements de situation : au moment où j’ai signé la null parce que je n’avais plus rien avec les blancs contre Berkes (2676), l’équipe n’était pas en danger. Alireza et Maxime pressaient un peu, Etienne devait faire nulle.

La situation s’est retournée en dix minutes tandis que je revenais à l’hôtel. En voyant la tête de Sébastien Mazé et de Jules Moussard et en regardant rapidement les positions, j’ai compris…

Concernant ma partie, j’ai manqué un peu de chance. 17.c4 semble me donner un bon avantage car sur17…Cc6 immédiatement, il y a 18.Cd5!.

Mvl-Berkes, Ronde 3.

Berkes a opté pour 17…c5, avec l’idée que si le Cavalier noir arrive en d4, c’est nulle tout de suite. J’aurais pu jouer la manœuvre Ch4-f5, mais ça m’a semblé un peu léger, et je voulais obtenir une position plus tranchante. Après 18.Tad1, les noirs ont encore dû trouver quelques coups un peu bizarres, notamment 18…h6 19.Cd5 Tac8 et tout semble tenir au millimètre. J’ai continué par 20.Cxf6+ Dxf6 21.Td7 et j’avais en tête la position qui est survenue après 21…b6 22.Ted1 Cc6 23.T1d6 Te6 24.Dd3 (24.Td5n’apporte pas grand-chose) 24…Cd4 25.Txe6 Dxe6 26.Td5.Sur 26…f6, j’avais envisagé 27.Ch4 suivi de Cf5 qui pouvait être fort, mais après 26…Te8!, je n’ai pas eu d’autre choix que 27.Cxe5 f6 28.Cg4 Dxe4 29.Dxe4 Txe4 30.Ce3. Certes je reste un tout petit peu mieux, mais c’est en fait assez facile à tenir. Après une série de coup précis, mon adversaire est donc parvenu à faire nulle.

Cette première défaite a évidemment constitué une grosse déception.

Ronde 4 : France-Turquie 2.5-1.5

Un match pour se refaire, où nous l’avons emporté sur les deux premiers échiquiers. Malheureusement, Etienne a perdu à partir d’une très bonne position.

Pour ma part, j’ai profité du fait que mon adversaire (Dastan, 2572) n’avait pas joué depuis un an et demi. Je pense qu’il doit être étudiant et n’est pas un joueur professionnel. Ca s’est vu car il a pris beaucoup de temps pour prendre ses décisions. Il jouait des bons coups puis il a commencé à prendre des risques en allant prendre un pion à l’aile-Dame sans poursuivre de façon logique par le grand roque. A sa décharge, il ne lui restait que 2 minutes à ce moment-là !

Ronde 5 : Arménie-France 2.5-1.5

Malheureusement, Maxime et Jules ont perdu pied sur les deux derniers échiquiers alors qu’ils étaient très bien. Les difficultés ont commencé pour moi avec cette partie blanche contre Martyrosian (2624).

Mvl-Martyrosian, Ronde 5.
Mvl-Martyrosian, Ronde 5.


Dans la position finale, j’ai répété les coups parce que je n’ai pas vu la force de 26.h4!. Après 26…Fe6 27.Txd8+ Rxd8, simplement 28.a3. Les noirs n’ont pas 26…Re7 à cause de 27.Cf5+ Fxf5 28.Txf5 qui leur promet une finale de Tours bien délicate. Et surtout, ils n’ont pas non plus 26…Tg6 27.Cxf7+ Re7 puisqu’il y a maintenant 28.Cg5. Et après un coup neutre, par exemple 26…b6, le plan aurait été 27.Tf4 (mais pas 27.Cf5? tout de suite à cause de 27…Tg4) suivi de 28.Cf5, avec un avantage tangible.

Dernière ronde contre l’Azerbaïdjan : l’équipe de France au complet (Photo : Ecu).
Dernière ronde contre l’Azerbaïdjan : l’équipe de France au complet (Photo : Ecu).

Ronde 6 : France-Grèce 3-1

Un match qui arrive après la journée de repos, alors que l’on a déjà deux défaites au compteur. Clairement, on est maintenant en mode all in 🙂 .

Les blancs ont apporté les deux points de la victoire. De mon côté, j’ai réussi à obtenir des petites chances avec les noirs contre Banikas (2592), que j’ai malheureusement gâchées avec un coup imprécis à la fin.

Ronde 7 : France-Georgie 2.5-1.5

Nous savions qu’il s’agirait d’une rencontre compliquée et piégeuse contre des joueurs largement sous-évalués. Comme souvent, le match a été gagné au 1er échiquier par Alireza 🙂 . Les autres ont fait trois nulles sans trop de relief, dont la mienne avec les noirs contre Sanikidze (2458).

Ronde 8 : Russie-France 1.5-2.5

Un match décisif et une victoire de prestige, apportée par Maxime Lagarde. Il avait pourtant été missionné pour jouer de façon solide avec les blancs contre Esipenko, mais il a finalement obtenu un petit quelque chose et a créé des problèmes que son adversaire n’a pas résolus en zeitnot réciproque. Etienne et Alireza, qui m’encadraient, étaient tous deux sous pression avec les noirs, et mes coups d’œil à droite et à gauche ne me rassuraient pas vraiment. Car de mon côté, j’avais obtenu une petite pression typique de l’Italienne contre Dubov (2714), même si ce n’était sans doute pas grand-chose au final. Je continuais quand même la partie au cas où ça ne tourne pas bien chez Maxime. Et quand il a finalement gagné, j’ai proposé nulle. Mais du coup, c’est vrai que c’était assez intense mentalement de suivre attentivement les autres parties en même temps que jouer la sienne.

Ronde 9 : France-Azerbaïdjan 2.5-1.5

Contre l’Azerbaïdjan, c’est à nouveau Alireza qui a été décisif, en venant à bout d’un Mamedyarov qui en a d’abord trop fait pour éviter la nulle, puis qui a su s’extirper d’une position très dangereuse pour transposer dans une finale de Tours dont j’étais sûr qu’elle allait être nulle. A ce moment, j’étais tranquillement dans ma chambre en train de me reposer, et j’ai vu que …Tf3 était le seul coup pour annuler. Du coup, je suis redescendu à toute vitesse dans le hall pour pousser Mamed à la faute 🙂 . Et ça a marché !

De mon côté, j’avais depuis longtemps annulé avec aisance ma partie noire contre Radjabov (2763). J’aurais même dû poursuivre dans la position finale, dans laquelle j’étais sans doute déjà un petit mieux.

Une superbe victoire finale pour conclure le tournoi, même si nous ratons l’or pour quelques points d’un système de départage assez improbable. Nous nous contenterons donc de cette belle médaille d’argent derrière l’Ukraine.

Médaille d’argent (Photo : Ecu).

Au final, l’équipe de France a montré qu’elle était hyper compétitive sur le plan international, évidemment boostée par l’arrivée d’Alireza. Il faut le féliciter pour sa contribution majeure à notre résultat, et pour cette 2e place mondiale qu’il occupe désormais après un trimestre de feu.

De mon côté, j’ai manqué un peu d’énergie, et en parvenant à mettre plus d’intensité, j’aurais pu poser plus de problèmes à mes adversaires, notamment en seconde moitié de tournoi. Certes, ma performance aura été très solide, et je reste maintenant sur une série en cours de 29 parties longues sans défaite.

Prochaine étape pour moi, le championnat du monde Rapide & Blitz, qui reprend ses droits après une interruption Covid en 2020. Comme d’habitude, il aura lieu entre Noël et le Jour de l’An, cette fois-ci à Nursultan, la capitale du lointain Kazhakstan.

Les parties de Maxime en Bundesliga :

Les parties de Maxime à Riga :

Les parties de Maxime au Mémorial Tal :

Les parties de Maxime au Championnat d’Europe par équipes :

Maxime répond souvent en interview qu’il aime et suit beaucoup de sports, mais que c’est sans doute le tennis qui tient pour lui la place de n°1. Avant de partir à Berlin pour la Bundesliga, c’est donc avec plaisir qu’il s’était rendu le 8 octobre à La Roche-sur-Yon, à l’invitation des organisateurs de l’Open de Vendée de Tennis / ATP Challenger. A cette occasion, Maxime a pu passer un peu de temps avec le futur vainqueur de l’épreuve, le Tchèque Jiri Vesely. Un temps de partage qui les aura aussi vu échanger quelques balles sur le court, puis jouer une ou deux parties d’échecs devant les caméras. Voici d’ailleurs une rapide interview croisée des deux joueurs :

Top