Un week-end bien chargé

C’était la reprise de la Bundesliga le week-end dernier, le fameux championnat d’Allemagne par équipes étalé sur sept week-ends dans la saison. Une reprise programmée un 21 octobre… C’est-à-dire exactement un mois après la terrible séance de départages contre Aronian en demi-finale de la Coupe du Monde, et précisément le jour de mon 27e anniversaire. Autant dire qu’en prenant le train pour Baden-Baden ce vendredi matin, mes sentiments étaient mitigés. Fallait-il y lire le bon, ou le mauvais présage ?

L’impressionnante armada de Baden-Baden… même pas au complet !
L’impressionnante armada de Baden-Baden… même pas au complet !
Apparié contre le Russe Inarkiev avec les noirs dans le premier match face à la forte équipe de Schwabisch Hall, j’ai joué une ligne de la Najdorf que je n’avais pas revue récemment, et qui comporte une part de risque. J’ai donc dû improviser un petit peu !

Une conclusion pas assez clinique

Heureusement, il n’a pas très bien réagi, et a même dépensé près de 57 minutes pour jouer 22.Dc1, qui ne sera pourtant pas le coup de l’année ! (voir diagramme)

Du coup, j’ai pu intercaler 22…Tc8 sans lui laisser le temps pour g5, et la situation s’est rapidement dégradée pour lui face à mon jeu à l’aile-Dame. En gros manque de temps, il a commis l’erreur décisive avec 32.Db3+?, alors que seul 32.Dc2 pouvait résister encore, même si son Cb6 enfermé n’incite pas à l’optimisme. Plutôt que se résigner à une finale sans espoir après 33.Dxb4, Inarkiev a choisi de me laisser pénétrer Dame et Tour sur la première rangée, pour une attaque décisive. Si le gain n’a jamais été remis en question par la suite, disons que j’aurais pu finir la partie de manière plus « clinique », tout d’abord avec la ligne forcée 37…bxc4+! 38.Dxc4 De3+ 39.Dc3 Dxc3+ 40.bxc3 gxf3 41.Fg2 Txh1 42.Fxh1 f2 43.Fg2 Cd5! (la finesse que j’avais oubliée et qui lève toute ambiguïté). A la place, j’ai choisi 37…gxf3, qui laisse 38.Dh2. Même si ça reste gagnant, sur l’échiquier, c’est un peu désagréable de devoir calculer des lignes chaotiques, alors qu’on avait l’impression de pouvoir simplement promouvoir le pion g. Par exemple, si je joue 53…Dg3 au lieu de 53…Dc1, ce qui était ma première idée, les blancs ont 54.De3 et si je fais une deuxième Dame, les blancs ont un joli perpétuel après 54.De7+!.

D’une manière générale, il n’est jamais si facile de se remobiliser quand votre adversaire se met à résister opiniâtrement dans une position désespérée, alors qu’il n’avait pas fait preuve de ces ressources dans le milieu de jeu.

Interview après la victoire contre Inarkiev
Interview après la victoire contre Inarkiev

Au final, c’était une assez bonne partie, dans le milieu de jeu de laquelle j’ai trouvé de bons coups. J’aurais simplement dû laisser encore moins de chances à mon adversaire.

Réveillé à 5h30

Le lendemain, je me suis heurté à la difficile problématique des parties de 10h du matin ! Je me suis réveillé trop tôt, puis trop tard… Après Inarkiev, j’étais bien fatigué, et je me suis endormi assez tôt (pour mes standards !). Du coup, réveillé d’abord à 5h30, puis recouché, mais sans avoir pris le temps de me préparer pour Peter Leko, que j’ai retrouvé face à moi à 10h. Je me suis rapidement planté dans l’ouverture, et pour couronner le tout, j’ai choisi le mauvais 19.Te4? (voir diagramme), oubliant qu’après 19…g5, je ne pouvais pas jouer 20.Chf5 à cause de 20…Fg6 qui laisse mes pièces dans une situation délicate.

Du coup, j’ai dû revenir 20.Cf3, et Peter a eu l’occasion de prendre l’avantage de deux façons par 20…f5! 21.Txe5, et soit il prend la qualité par 21…Cxe5, soit il prend la pièce pour 3 pions par 21…g4 22.Txf5 Txf5 23.Cxf5 gxf3. Ensuite, je crois qu’il pouvait également conserver l’avantage avec 23…Dxd1+ (au lieu de 23…Cxe6) 24.Txd1 Ff7! 25.Cc5 b6.
Une partie à oublier, dans laquelle je me suis retrouvé tout de suite moins bien avec les blancs ; finalement, je m’en sors plutôt pas mal !
L’essentiel reste que notre remarquable formation de Baden-Baden, qui n’avait même pas aligné son équipe-type (Aronian et Caruana étaient absents !), a commencé la saison comme elle avait terminé la précédente… par deux victoires !

Long train runninghttps://www.youtube.com/watch?v=tnD0eVdHJfI

A force de m’y rendre depuis plusieurs années, je commence à bien connaître la ville de Baden-Baden. Etienne Bacrot encore mieux, puisqu’il joue pour le club depuis 12 ans ! Nous avons également l’habitude de faire ensemble le trajet depuis Paris. C’est pourtant ensemble que nous avons réussi l’exploit de nous tromper de train au changement à Karlsruhe, prenant un direct pour Offenburg. C’est un aimable contrôleur allemand qui nous en a avisés, sans nous punir pour autant, qu’il en soit ici remercié ! Une perte de temps finalement sans grande conséquence, puisque la première partie était programmée le lendemain, et qui ne nous a même pas empêchés d’être à l’heure pour le rendez-vous avec l’équipe avant le dîner…

Site de la schachbundesliga : http://schachbundesliga.de

Les parties de Maxime dans la schachbundesliga :