Gibraltar, un roc pour les échecs !

Après la traditionnelle coupure de début d’année, il était temps de reprendre la route… Et quelle meilleure destination que Gibraltar, une escale devenue traditionnelle pour moi puisque c’est la cinquième fois que je m’y rends sur les six dernières années ! L’hôtel Caleta, propriété de l’organisateur du tournoi Brian Callaghan, devient donc pour une dizaine de jours un lieu incontournable pour les joueurs d’échecs, « the place to be ». Et le plateau réuni pour la quinzième édition (24 janvier-2 février) en imposait vraiment, avec la présence de trois membres du top 10 mondial, et de douze joueurs au-dessus des 2700 Elo.

En ce qui me concerne, le plus important était la présence de nombreux autres français puisqu’une quinzaine d’entre eux avaient fait le déplacement, dans un esprit de franche camaraderie et surtout de saines engueulades au détour des parties de tarot du soir ! Si la première moitié de tournoi ne permet généralement pas de s’assurer la victoire finale, elle peut la faire perdre, à l’instar de la première semaine du Tour de France. Par ailleurs, avec l’épopée d’un certain Roger Federer à l’Open d’Australie, ponctuée de matchs haletants, mes premières matinées s’avérèrent chargées, le match de tennis du jour se terminant parfois quinze minutes avant d’aller jouer ! Dans l’ensemble, j’ai évité les écueils sur mon chemin, malgré une grosse frayeur ronde 2 contre un jeune joueur israëlien, Nitzan Steinberg, qui réalisera une norme de Grand-Maître ; heureusement, il força la nulle alors que des possibilités plus prometteuses s’offraient à lui ! Après avoir bien rebondi avec les pièces noires, puis remporté un thriller contre le Polonais Kacper Piorun, je me suis retrouvé avec 3.5/4, une marque confortable.

Le rocher de Gibraltar
Le rocher de Gibraltar / Par RedCoat — Travail personnel, CC BY-SA 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3010043

Suite à une nulle tranquille contre l’Anglais David Howell avec les noirs, j’ai profité de deux blancs consécutifs pour passer l’accélérateur. D’abord contre l’Indien Abhijeet Gupta, puis contre le n°1 britannique Michael Adams, contre lequel j’ai produit sans conteste ma meilleure partie du tournoi ; à noter que ces deux victoires ont été acquises contre la défense Berlinoise, qui pose tant de soucis aux pièces blanches ces derniers temps… Me voilà donc partageant la tête du tournoi avec le jeune espagnol David Anton, le très dangereux Chinois Yu Yangyi, et la terreur de Gibraltar, l’Américain Hikaru Nakamura, double vainqueur du tournoi en titre. La tête de série numéro 1 Fabiano Caruana n’étant quant à elle plus dans la course au titre, après être tombée ronde 6 face à Nigel Short.

La fin de tournoi se profilait, et il me fallait à l’évidence une victoire sur les trois dernières parties pour être quasiment garanti d’accéder aux tiebreaks pour la victoire ; mais avec la perspective d’avoir deux fois les pièces noires, la tâche ne s’annonçait pas aisée. En effet, dès la première partie de ce sprint final, contre David Anton, je n’obtins jamais la moindre chance de gain, et dût donc me contenter d’une nulle logique. Arrivèrent alors les caméras de Canal +, venues filmer la fin du tournoi, dans le cadre d’un reportage sur ma vie de sportif qui sera diffusé dans les semaines à venir.

La ronde 9 contre Yu Yangyi allait clairement être décisive puisqu’avec les blancs pour la dernière fois, je me devais de mettre une pression maximale. Cependant, surpris par son choix d’ouverture, je ne réussis pas à prendre un réel ascendant et après une réaction précise de sa part, dût me contenter du partage du point. La dernière ronde contre le très expérimenté Boris Gelfand, parmi les meilleurs joueurs du monde depuis 25 ans, ne me permit pas de lui poser de problèmes, et c’est au contraire moi qui ai été contraint de fournir l’effort défensif très précis pour résoudre ceux posés par le vétéran israélien.

Au final, je suis certes déçu de ne pas m’être mêlé aux tie-breaks pour le titre, contrairement à l’année passée ou à 2013, et de devoir me contenter de la 4e place. Le départage sera d’ailleurs  remporté par Hikaru Nakamura, qui réalise donc une impressionnante passe de trois à Gibraltar !

Mais j’ai réalisé malgré tout un tournoi solide, qui me permet de reprendre ma marche en avant au classement mondial, après une fin d’année 2016 en demi-teinte.

Ci-dessous, mes parties dans ce tournoi.