Grand Prix de Moscou : le bilan

La journée de repos m’a permis de décompresser avant les parties cruciales qui m’attendaient. Après un long trajet dans les habituels embouteillages moscovites, nous sommes arrivés pour le fameux match de football. Coéquipier de Jon Ludvig Hammer et de notre maître à jouer Paco Vallejo, nous avons déjoué les pronostics et remporté la majorité de nos matchs !

La reprise du tournoi le lendemain, contre un des co-leaders Ding Liren, s’annonçait cruciale. Liren m’a joué une idée pratiquement inconnue, même s’il s’est avéré plus tard que j’avais analysé ce coup 11.e3!?. Mais je pensais simplement être en terrain inconnu, et j’ai répondu avec la suite naturelle, menant tout droit à un sacrifice de qualité très intéressant de sa part, lui permettant d’obtenir d’excellentes chances pratiques. Mais au moment où la situation semblait désespérée, un coup de défense assez irréel mettant toutes mes pièces en prise, 31…Txf4!!, m’a permis de forcer Liren à se diriger vers une finale de Tours que j’ai annulée sans difficulté.

Cette fois, j’étais sûr de ma prépa

Si je comptais utiliser ma partie suivante contre Teimour Radjabov pour essayer de recoller à la tête, mon choix d’ouverture s’est avéré être un échec cuisant. Je n’aurais peut-être pas dû changer de ligne au dernier moment ! La position finale m’offrant très peu de perspectives, j’ai décidé de proposer nulle et d’attendre encore ma chance dans le tournoi ; bien sûr, je savais que je prenais un risque mais de toute façon, ce n’était pas aujourd’hui que j’allais faire la différence…

Le lendemain, je jouais le solide Evgeny Tomashevsky, et nous nous sommes dirigés vers le duel théorique sur la Grunfeld 3.Fg5, que nous avions débuté 2 ans plus tôt, lors d’un match très serré de Coupe du Monde (Bakou 2015). Cette fois-ci, j’étais extrêmement sûr de ma préparation, que j’ai pu débiter. La position, bien qu’extrêmement complexe, se dirigeait vers la nulle, jusqu’à ce qu’une imprécision d’Evgeny me conduise dans une finale avec une qualité de plus pour un pion. Les pions étant sur la même aile, il lui semblait que la nulle serait inévitable, mais j’ai réussi à remarquer la mauvaise position des pièces blanches et la faiblesse du pion h4, tant que les Blancs ne pourraient pas jouer le coup consolidateur g3.

Une mauvaise nouvelle m’attendait

Mon avantage s’est ensuite accentué, puis est probablement devenu décisif, mais en pensant rentrer dans une finale gagnante, j’ai laissé Evgeny s’échapper après quelques grands coups défensifs de sa part, lui permettant d’entrer dans une finale F+P contre T+P théoriquement nulle ; il l’a défendue sans coup férir, malgré le fait qu’il jouait uniquement sur son incrément. Une deuxième mauvaise nouvelle m’attendait le soir même, puisque l’appariement de la dernière ronde m’annonçait que j’affronterais le deuxième leader, Shakh Mamedyarov, mais en doublant les noirs ! Bien évidemment, dans une situation confortable puisqu’il avait également fini dans le groupe de tête au premier Grand Prix de Sharjah, Shakh n’a pris aucun risque ; la nulle a donc été conclue en un temps record…

Je devrai sans doute remporter Majorque…

Pendant ce temps, Liren l’emportait avec les noirs contre Boris Gelfand, pour finir donc seul vainqueur du Grand Prix de Moscou !

La nouvelle bête surpuissante de Maxime !
La nouvelle bête surpuissante de Maxime !

Le classement après les deux premiers Grand Prix FIDE montre un Shakh leader détaché avec 280 points. Liren, suite à sa grande performance moscovite, est à 240 points, tandis qu’après deux parcours extrêmement similaires, Alexander Grischuk et moi-même partageons la 3e place avec 211 points. La situation est donc claire avant mon dernier Grand Prix à Majorque, fin novembre, puisque je serai probablement dans l’obligation de remporter le tournoi, peut-être en solitaire, pour obtenir un des deux tickets convoités pour le tournoi des Candidats 2018. Mais avant cela, j’aurai également ma chance à la Coupe du Monde, en septembre à Tbilissi.

Et tout cela, avec un ordinateur flambant neuf !

Mes parties au Grand Prix de Moscou à rejouer ci-dessous.