Londres : de retour dans l’arène

Après seulement 48h passées à Paris suite au tournoi de Palma et à son cruel dénouement, Maxime est rapidement reparti pour Londres. Comme c’est désormais la tradition, le tournoi final du Grand Chess Tour se déroule en effet dans la capitale anglaise. Maxime y a l’ambition minimale de conserver sa deuxième place au Grand Chess Tour 2017, et l’espoir de venir titiller la première place du champion du monde Magnus Carlsen ; seuls les deux premiers du Tour bénéficient d’un bonus financier, respectivement de $100.000 et $50.000. Sur le plan sportif, l’idée est également de refaire le plein de confiance avant d’aborder l’année 2018.

Classement du GCT avant Londres
Classement du GCT avant Londres

On constate sur le classement que seul Maxime (31 pts) est en mesure de menacer le leadership de Magnus (34), tandis qu’Aronian (25) semble trop loin pour se mêler à la lutte.
Dès leur arrivée à Londres, les joueurs ont été conviés au désormais traditionnel tournoi Pro-Biz, qui oppose des couples formés d’un pro et d’un homme d’affaires. Comme la première ronde, cette animation était accueillie dans les prestigieux locaux de Deep Mind, le bras armé « Intelligence Artificielle » de Google.

Les nulles se suivent, mais ne se ressemblent pas

Incontestablement, le fait marquant du début de tournoi aura été l’absence de résultat décisif, puisqu’il aura fallu attendre la dernière partie de la ronde 4 pour enfin voir un « 0-1 » s’afficher à l’écran. Les 19 premières parties avaient toutes été nulles, provoquant de très nombreux commentaires dans la presse spécialisée. Pour Maxime, mais comme pour beaucoup de ses collègues également, les nulles se sont suivies, mais sans forcément se ressembler, jugez plutôt.

So-Mvl dans les locaux de Google (photo Spectrum Studios)
So-Mvl dans les locaux de Google (photo Spectrum Studios)

Ronde 1, nulle insipide avec les noirs contre un Wesley So qui n’a vraiment rien tenté. Mais ronde 2, terrible mêlée tactique face à Nakamura, qui a eu le courage de rentrer dans les grandes variantes du terrible Dragon. Dans une ligne sur le fil du rasoir, l’Américain ne s’est pas souvenu du coup « normal » 17…Dc8, et a opté pour 17…Ca5, après quoi l’avantage blanc est indéniable, même si la position reste d’une complexité extrême. Maxime a alors forcé les événements tactiquement avec 20.Cxc6 suivi de 21.Fxf7+. Comme il l’indiquera par la suite, en début de variante, il n’avait pas anticipé que les noirs pouvaient contrer 25.Thd1, qui semble gagnant, par 25…Ff8! 26.bxc3 Tb8+ 27.Ra1 Fa3 qui force la nulle. Du coup, il a dû transposer dans une finale de Tours par 25.Txg7, que les noirs ont su annuler de façon convaincante. Un exemple qui montre le niveau de précision requis puisque s’il avait anticipé cette défense 25…Ff8, Maxime aurait fait un autre choix que 20.Cxc6 (20.Cb3 ou 20.Cdb5 semblaient prometteurs).

Le début d’une partie ultra-complexe contre Nakamura (photo Spectrum Studios)

Ronde 3, Adams-Mvl. Les deux joueurs sont d’accord pour éviter toute discussion théorique, et Maxime prend un petit avantage avec les noirs. Mais comme souvent, les limites de la nulle ne sont pas franchies, et le n°1 anglais parvient à forcer une transposition en finale de Tours avec un pion de moins certes, mais pas de gain !

Un echaînement ardu

Ronde 4, c’est le grand choc contre Magnus… Avec les blancs, Maxime reste fidèle à la Giucco Piano, et malgré le développement massif de la théorie de cette défense récemment, les deux joueurs sont “out of book” dès le 8e coup ! Grâce à une série de coups précis, et notamment 10.dxe5 ou 18.Td1, Maxime prend l’ascendant, qui se concrétisera quelques coups plus tard par un pion de plus, pas complètement compensé par la paire de Fous du champion du monde. Ce dernier aurait continué à souffrir si Maxime avait choisi 29.Cfd4 (au lieu de 29.Cb4), suivi de l’échange d’une paire de Tours et du transfert de l’autre Cavalier en e3, comme il l’a lui-même signalé au commentateur officiel. Sans cela, l’avantage blanc s’est rapidement évanoui.

The big matchup (photo Spectrum Studios)
The big matchup (photo Spectrum Studios)

Enfin, ronde 5, face à un Aronian qui a décidé de jouer pour le gain avec les blancs, Maxime obtient une position d’ouverture prometteuse, grâce notamment à un sacrifice de pion (12…e4!) lui permettant de dominer les cases noires centrales, puis de continuer par l’énergique 14…f5!. Alors qu’on le croyait piégé et sorti de sa zone de confort, Aronian confiera par la suite qu’il était familier avec cette position, mais qu’il ne se souvenait pas des détails ! Malheureusement, une nouvelle fois en position favorable, Maxime a laissé filer l’occasion ; à sa décharge, il faut dire que le nombre d’options disponibles était très important, et que rien n’allait vraiment de soi.
5 parties, 5 nulles, derrière un Caruana qui fait la course en tête à +2. Tout est encore ouvert pour le classement final du Grand Chess Tour. Reprise des hostilités après la journée de repos du jeudi 7 décembre. Lors de cette ronde 6, Maxime aura les blancs contre le leader Caruana.

Passages dans les mediaLa présence de Maxime sur les deux importants tournois consécutifs de Palma et de Londres n’a pas empêché la presse nationale de continuer à couvrir son actualité. A commencer bien sûr par le reportage pour le 20h de TF1, tourné au Grand Prix FIDE de Palma. La radio n’a pas été en reste, avec la multi-diffusion sur France Info le jeudi 30 novembre de l’émission « Mise à jour ». Dans la presse écrite, on retrouve notamment un long portrait d’une page dans le journal économique et politique belge « L’Echo », ainsi qu’une petite interview dans les pages culture du Figaro.fr

Site officiel : http://www.londonchessclassic.com/

Les parties de Maxime