Grenke Classic : rondes 1-3

Implanté à Baden-Baden depuis sa création en 1978, le groupe Grenke est un géant des services financiers, qui a commencé à sponsoriser les échecs en Allemagne dans les années 1990. Il concentre désormais son aide autour du club de Baden-Baden lui-même et, depuis 2013, permet la tenue d’un grand festival de Pâques, qui réunit plus de 1.500 joueurs !

Depuis l’édition 2017 du Grenke Classic, le tournoi débute à Karlsrühe, dans la même salle que les gigantesques opens, avant de se poursuivre dans une atmosphère plus feutrée à la Maison de la Culture de Baden-Baden. C’est le premier tournoi de top niveau de l’année pour Maxime, et il a plutôt bien commencé, avec 2.5/3. C’est donc en position de co-leader qu’il aborde le court transfert (env. 40 kms) vers Baden-Baden du mardi 3 avril, l’occasion de l’unique journée de repos du tournoi.

Avec 1500 joueurs, selfies et dédicaces sont inévitables (photo Grenke Chess).
Avec 1500 joueurs, selfies et dédicaces sont inévitables (photo Grenke Chess).

Retour sur ces trois premières rondes :
Ronde 1 : Naiditsch (2701)-Mvl : ½-½
Le GMI azéri et camarade de club de Maxime n’a jamais été un adversaire facile pour lui. L’année dernière, également lors de la première ronde, Maxime s’était fait surprendre et avait perdu avec les blancs. Cette fois encore, Arkadij a su poser des problèmes avec l’Attaque Torre, le Français se montrant sans doute un peu trop ambitieux à l’aile-Roi avec …g5 puis …f5. Grâce à un très intéressant sacrifice de pièce (14.Cxd5!?), Arkadij a initié de grosses complications tactiques, culminant avec un contre-sacrifice de qualité de Maxime (22…Txe4+!).

22…Txe4+! obligatoire en fin de variante, sinon c’est un pion de moins net.
22…Txe4+! obligatoire en fin de variante, sinon c’est un pion de moins net.

Comme souvent en pareil cas, une sorte d’équilibre dynamique a été trouvé, l’avantage restant objectivement du côté blanc, mais avec des chances pratiques pour les noirs, d’autant qu’Arkadij manquait de temps. Du coup, la partie s’est conclue par un échec perpétuel juste après le contrôle de temps.

Ronde 2 : Mvl-Anand (2776) : 1-0
L’ancien champion du monde prend Maxime par surprise avec la Sicilienne Taimanov, une ouverture qui ne fait pas du tout partie de son répertoire habituel ! Mais Maxime avait bien fait ses devoirs avec le coup très rare 10.a3. Les deux joueurs sortent de la théorie au coup suivant, mais pas de leur préparation, même si Maxime semble avoir mieux anticipé avec le malin 12.Fa4!?, qui pose beaucoup de problèmes pratiques. Après une longue réflexion de 33 minutes, Anand rentre avec 12…Cxe4 dans la ligne critique, qui semble maintenir la pression blanche à un niveau acceptable. Mais imperceptiblement, Maxime progresse, d’abord en échangeant les Dames dans de bonnes conditions, puis en gagnant de l’espace simultanément sur les deux ailes (26.g4, 27.a4). Sous la pression, l’Indien commettra une faute qui permettra aux blancs d’infiltrer une Tour en d6.

27…Tc5?, une erreur lourde de conséquences.
27…Tc5?, une erreur lourde de conséquences.

Désormais dans une situation très délicate, Anand détériorera rapidement sa position et abandonnera finalement dix coups plus tard. Comme il l’expliquera dans l’interview de fin de journée, « quand les choses commencent à mal tourner. Vous perdez complètement le fil, vous n’aimez pas ceci, vous n’aimez pas cela, et finalement vous choisissez le pire coup ! ».

Ronde 3 : Yifan Hou (2654)-Mvl : 0-1
Une drôle d’ouverture pour cette dernière partie à Karlsrühe, avec un double fianchetto réciproque débouchant sur une sorte de Hérisson où les noirs ne touchent à aucun de leurs deux pions centraux ! Après l’échange ultérieur des pions c et d, la position devient symétrique, mais reste fluide et ouverte, avec seulement une paire de tours échangée. Mais la jeune Chinoise commet deux imperceptibles imprécisions de suite (25.De3 et 26.Cd3), après quoi Maxime peut lancer une expansion à l’aile-Dame et gagner un avant-poste en c3 pour son Cavalier. Du coup, ce sont désormais les noirs qui luttent pour l’initiative, et au lieu d’accepter une finale égale par 32…Fxe4, Maxime invente l’impressionnant sacrifice de pion 32…Fa6!.

Après 32…Fa6! au lieu de 32…Fxe4, Hou ne comprendra pas que 33.Ff3 est absolument forcé.
Après 32…Fa6! au lieu de 32…Fxe4, Hou ne comprendra pas que 33.Ff3 est absolument forcé.

Débordée, la n°1 mondiale ne trouvera pas la seule défense, et en sera rapidement punie.

A l’analyse avec les commentateurs Jan Gustafsson et Peter Leko (photo Grenke Chess).
A l’analyse avec les commentateurs Jan Gustafsson et Peter Leko (photo Grenke Chess).

Avec deux victoires et une nulle à son crédit, Maxime partage donc la première place avec Nikita Vitiugov. Un demi-point derrière, on trouve le groupe des trois poursuivants, et non des moindres puisqu’il s’agit de Carlsen, Caruana et Aronian !
La quatrième ronde aura lieu ce mercredi 4 avril à partir de 15h, et Maxime, avec les noirs, devra justement contenir les assauts du champion du monde Magnus Carlsen !

Maxime en grande discussion avec Rustam Kasimdzhanov, le coach de Caruana (photo Grenke Chess).
Maxime en grande discussion avec Rustam Kasimdzhanov, le coach de Caruana (photo Grenke Chess).

Site officiel : http://www.grenkechessclassic.de/en/
Les parties de Maxime

Party time
Une partie de la nuit précédant le transfert vers Baden-Baden s’est transformée en exutoire pour joueurs compulsifs ! Avec tout d’abord les inévitables blitz à 4 (bughouse), dans lesquels se sont illustrés, outre Maxime, Fabiano Caruana, Rustam Kasimdzhanov, Levon Aronian et Jules Moussard. Pour les plus motivés, quelques séances de Time’s up et de tarot ont suivi, et on y a retrouvé quelques dignes représentants des participants francophones au Festival, dont les deux Maxime (Mvl et Lagarde), Jules Moussard, Etienne Bacrot, Adrien Demuth, Quentin Loiseau, Pierre Barbot, ainsi que Fiona Steil-Antoni.