A Bienne, presque à domicile

Dixième ville de Suisse avec ses quelque 50.000 habitants, Bienne, qui est à la jonction de la Suisse alémanique et de la Suisse romande, organise depuis des décennies son Festival d’Echecs de juillet. Ce tournoi tient une place particulière pour Maxime, parce qu’il en apprécie sincèrement l’organisation et l’environnement, mais aussi parce qu’il s’y est déjà imposé à cinq reprises !

Une petite simultanée avant la cérémonie d’ouverture (Photo: Simon Bohnenblust / Biel Chess Festival).
Une petite simultanée avant la cérémonie d’ouverture (Photo: Simon Bohnenblust / Biel Chess Festival).

Le tirage au sort lui ayant octroyé le n°1, Maxime a eu le privilège de commencer en doublant les blancs. Après une nulle animée contre Svidler, il décida de puiser dans son stock de sous-variantes (4.Ff4) pour contrer la Défense Pirc choisie par le champion du monde Magnus Carlsen. Dans un milieu de jeu sans les Dames ressemblant furieusement à une défense Française, on semblait s’orienter vers une nulle rapide après l’échange de toutes les pièces mineures…

Mvl-Carlsen, ronde 2 ; au lieu de 32.Th6, Maxime a opté pour 32.Tgh4?.
Mvl-Carlsen, ronde 2 ; au lieu de 32.Th6, Maxime a opté pour 32.Tgh4?.

Dans la position du diagramme, 32.Th6! suivi de 33.Tf6 devait assurer la nulle grâce à la double fonction de défense du pion f4 et de pression sur f7. En revanche, après 32.Tgh4? Tg8!, les noirs ont pris l’avantage, avec une position qui a oscillé pendant plus de 25 coups à l’extrême limite de la nulle et du gain noir !

Mvl-Carlsen ; une finale à 4 Tours d’une complexité folle.
Mvl-Carlsen ; une finale à 4 Tours d’une complexité folle.

Il faudra sans doute de longues analyses pour connaître la vérité de cette finale qui, dans de nombreuses variantes, recèle des finesses dignes des plus belles études. Coup de chapeau aux deux joueurs pour cette finale d’anthologie…

Ouch, 0.5/3 !

En mars, dans sa présentation du tournoi des Candidats, Maxime expliquait pourquoi Mamedyarov était un joueur qui ne lui convenait guère… « Il m’a rarement réussi en parties lentes ; la raison principale est que nous aimons tous les deux le jeu dynamique, mais qu’il est plus souvent parvenu à obtenir des positions dans lesquelles il se sent à l’aise. Dans plusieurs parties, j’ai perdu pied dans ce type de positions compliquées ». Il ne changera certainement pas d’avis après la partie de la troisième ronde, qui porte son score en parties classiques contre l’Azéri à -5. Maxime a en effet perdu pied après un combat difficile, marqué par une préparation théorique de haut vol de Mamedyarov.

Mamedyarov-Mvl, ronde 3 ; 9.h3!, une nouveauté à l’apparence anodine, mais qui contient de nombreuses idées cachées.
Mamedyarov-Mvl, ronde 3 ; 9.h3!, une nouveauté à l’apparence anodine, mais qui contient de nombreuses idées cachées.

Avec seulement 0.5/3, les choses étaient bien mal engagées…

Début de la partie contre Navara (Photo: Simon Bohnenblust / Biel Chess Festival).
Début de la partie contre Navara (Photo: Simon Bohnenblust / Biel Chess Festival).
Navara-Mvl, ronde 4 ; 21…Tac8, un coup esthétique qui force la nulle.
Navara-Mvl, ronde 4 ; 21…Tac8, un coup esthétique qui force la nulle.

C’est sans doute la raison pour laquelle Maxime n’a pas forcé le destin contre Navara le jour suivant. Dans la position du diagramme, au lieu de continuer une partie très complexe après 21…Cg4!?, il a préféré la très élégante répétition de coups issue de la variante forcée 21…Tac8 22.exf6 Txc6+ 23.Rb3 Td3+ 24.Ra4 Fd6 25.Tb3 Td5 26.Tb5 Td3.

Svidler surestime sa position

Ronde 5 contre le local de l’étape, Nico Georgiadis, Maxime a empoché sa première victoire, somme toute assez facilement, le Suisse oubliant le simple coup 19.Db1, attaquant les pions h7 et b6 simultanément.

Vue partielle de la salle de jeu : comme à Wijk aan zee, tout le monde joue dans la même salle (Photo: Simon Bohnenblust / Biel Chess Festival).
Vue partielle de la salle de jeu : comme à Wijk aan zee, tout le monde joue dans la même salle (Photo: Simon Bohnenblust / Biel Chess Festival).

Dans ce tournoi à double ronde, dirigé de main de maître par le très francophone GMI suisse Yannick Pelletier, la ronde de repos a été placée au bout de 6 des 10 rondes. Maxime a donc profité de l’opportunité de scorer à nouveau avant la trêve, ce qui est toujours agréable. Le Russe Peter Svidler a été puni pour avoir surestimé sa position…

Svidler-Mvl, ronde 6 ; 20.e5?! est un peu trop ambitieux.
Svidler-Mvl, ronde 6 ; 20.e5?! est un peu trop ambitieux.

Après le simple 20.Re2 suivi par exemple de 21.Thc1, la position est sensiblement égale et devrait s’orienter vers la nulle. Le coup de Svidler, 20.e5?!, change radicalement le caractère de la position, mais pas vraiment en faveur des blancs. Après 20…fxe5 21.Te1 f6 22.f4 Tf8!, ce sont les noirs qui ont plus d’options.

Avec 3/6, Maxime est parvenu à rétablir un tournoi initialement compromis. Après une journée de repos du samedi au cours de laquelle les organisateurs ont prévu un petit boat trip agrémenté d’un déjeuner sur le Lac de Bienne, Maxime repartira au combat pour la ronde 7, avec les noirs contre le champion du monde Magnus Carlsen.

Champions du Monde !C’est chez lui à Paris, entouré de ses amis, que Maxime a vécu la finale de la Coupe du monde de football entre la France et la Croatie. La victoire de la France méritait le selfie ci-dessous, publié par Maxime sur Twitter. En espérant que cela puisse donner des idées à l’Equipe de France d’Echecs qui, emmenée par Maxime, disputera bientôt son Mondial à elle, à l’occasion des Olympiades 2018, organisées en Georgie fin septembre.

Site officiel : www.bielchessfestival.ch

Les parties de Maxime (rondes 1 à 6) :