9 nulles et un ticket pour Londres

C’est la première fois de ma vie que je termine un tournoi en n’ayant réalisé que des parties nulles ! Certes, dans un tel contexte, on ne peut pas vraiment parler de mauvais résultat, et ma performance reste honnête. D’autre part, l’objectif principal de qualification pour la finale du Grand Chess Tour 2018 est atteint. Cependant, je garde un petit goût d’inachevé, car je n’ai jamais vraiment été mis en danger, alors que j’ai raté deux ou trois bonnes occasions.

Retour sur les quatre dernières rondes du Classique de Saint-Louis, après une journée de repos finalement largement consacrée au tennis (sur le court, pas à la télé) !

Fabi, tu fais quoi ? (Photo: GCT).
Fabi, tu fais quoi ? (Photo: GCT).

Mamedyarov-Mvl, ronde 6
J’ai été un peu surpris par la variante d’échange avec 7.Da4+ qu’il a choisie contre ma Grünfeld, mais je crois que j’ai bien réagi. J’avais étudié le type de positions qui résultait de l’échange des Dames, et j’ai évité les pièges, comme par exemple dans la position suivante après 15.Tfc1 :

Mamedyarov-Mvl
Sur le naturel 15…Cc6?, les blancs prendraient l’avantage par 16.Fa6! cxd4 17.cxd4, car si 17…Cxd4? 18.Fxd4 Fxd4 19.Tc4.
Dans une position égale, il a alors pris deux décisions pas très judicieuses, à commencer par 21.e5, qui n’était pas nécessaire, mais surtout 27.g4?, qui visait à empêcher une manœuvre …Ce7-f5 qui n’était pourtant pas vraiment au programme !

Puis, dans la position suivante, j’ai pris une décision hâtive qu’il m’est difficile d’expliquer…


Sur 30.Tbb4, j’ai rapidement joué 30…f3?, pour empêcher son Roi de s’activer via g2-f3 dans la finale. Une mauvaise impulsion, car après 31.Cf6+ Fxf6 32.exf6 Rh7 33.Rh2 Rg6 34.Rg3, les blancs ont facilement annulé la finale. Pourtant, avec 30…a5!, j’avais la possibilité de forcer une version bien plus favorable de la finale de Tours, après 31.Txb6 Txd4 32.Txd4 Txd4 33.Cf6+ Fxf6 34.exf6 et le pion f6 est condamné.

Mvl-Nakamura, ronde 7
Dans une ligne assez récente de la Giuco Piano avec …d5, Nakamura a délibérément opté pour une série d’échanges menant à une position simplifiée et symétrique, mais dans laquelle les blancs conservaient la paire de Fous. Il a bien défendu, et il n’était guère évident pour moi d’amplifier la pression. J’ai peut-être voulu ouvrir un peu vite à l’aile-Roi par 29.g5, alors que l’échange de mon Fou de cases blanches contre son Cd5 était une option.


Et dans cette position, j’ai renoncé à jouer 32.Fg4 à cause de 32…Cb6! 33.Tb4 (33.axb6 Txd2 ; 33.Fxd7 Cxa4 34.b4 Cb2!) et maintenant, la jolie ressource 33…f5! 34.Fxf5 Txd2 35.Txb6 (35.axb6 Fd6! et …Fc5) 35…Fa7 36.Txb7 Txf2+ 37.Re1 Txf5 38.Txb7 Txa5 et la finale de Tours est sans doute nulle.
Du coup, j’ai préféré 32.h5 dans la position du diagramme, mais après l’excellent 32…f5!, les noirs contrent toute tentative d’ouvrir le jeu pour le Fou de cases noires (33.h6 g6!).

Mvl-Aronian, ronde 8
J’ai accepté de faire face une nouvelle fois au Mur de Berlin, mais j’avoue que ce ne fut guère une réussite dans cette partie.


Dans cette position typique, Lev a joué le très précis 19…Rd8!. Ce coup permet à son Roi de venir en b7 en cas de a3-b4, tout en liant les Tours ; en parallèle, aucune position issue de l’échange g3 Fe7 / Cxe7 n’est favorable aux blancs. Les noirs menaçant même de prendre l’avantage, j’ai longuement réfléchi pour jouer la suite 20.g3 Fe7 21.a3! suivi de 21.b4, qui maintient l’équilibre. Lev a empêché ce plan par 21…Fc2 22.Td2 Fb3, mais j’ai rapidement pu sacrifier un pion par 25.e6! afin de forcer une liquidation menant à une finale de Fous de couleurs opposées nulle.

Ces deux-là se retrouveront en demi-finale du Grand Chess Tour à Londres ! (Photo: GCT).
Ces deux-là se retrouveront en demi-finale du Grand Chess Tour à Londres ! (Photo: GCT).

Karjakin-Mvl, ronde 9
Dans une ligne classique de la variante d’échange de la Grünfeld, Sergeï a choisi d’échanger son pion central en d4 contre f7, menant à une position de milieu de jeu dynamique qu’il a bien traitée jusqu’au 20e coup.


Ici, normal était 21.Td3, avec l’idée 22.Tbd1, continuant à essayer d’exploiter le clouage du Fd7 ; la partie serait alors restée complexe à souhait. A la place, Sergeï a commis l’erreur manifeste 21.Da3?, puisqu’après 21…e6, 22.Dxa7? est interdit à cause de 22…Fb5. Du coup, il s’est contenté de 22.Td2, et j’aurais pu prendre un net avantage par 22…Ff8!, mais j’ai malheureusement préféré le plus faible 22…Fe8, qui laisse trop de contre-jeu.

Mais une nouvelle fois, Sergeï n’a pas profité de l’opportunité que je lui laissais, et au lieu de 27.De7 Db5 28.Fe3! avec beaucoup de complications, il a opté pour 27.Dxa7?, qui me laisse la possibilité de transposer dans une finale très supérieure, quoique extrêmement complexe à jouer. Au contrôle de temps, j’avais une position avec pion de plus consolidée, mais il restait encore beaucoup de pièces et des pions sur la même aile, rendant la réalisation technique ardue. Difficile de rentrer dans les méandres de cette longue finale, mais je ne crois pas avoir raté de gain absolument clair, même si, au début de la finale de Tours, il est très probable qu’il existe un gain noir « mathématique ».


Ici, il fallait encore « travailler » la position, mais j’ai fait le mauvais choix pratique, certes avec peu de temps à la pendule. J’ai été chercher le pion g3 avec ma Tour, abandonnant h5 au passage. Il se trouve que malgré les deux pions de plus, la position spécifique des pièces fait que cette finale est nulle !

La défense blanche reste délicate, mais grâce à une technique impeccable, Sergeï a sauvé le demi-point…
La défense blanche reste délicate, mais grâce à une technique impeccable, Sergeï a sauvé le demi-point…

Je termine donc 4-6e de cette Sinquefield Cup, et 3e au classement général du Grand Chess Tour 2018, derrière Nakamura et Aronian, mais devant Caruana. Nous nous retrouverons pour une finale à quatre, du 11 au 17 décembre à Londres, dans une formule à élimination directe, chaque match comprenant deux parties classiques, deux parties rapides, et quatre blitz. Les demi-finales opposeront Nakamura-Caruana et Aronian-Mvl.

Tie-breakSituation insolite à la fin de la Sinquefield Cup, avec une égalité parfaite entre trois joueurs à la première place, Caruana, Carlsen et Aronian. Aucun des départages prévus par le règlement ne permet de dégager les deux joueurs qui doivent disputer le play off. C’est alors un tirage au sort qui est prévu ! Mais en coulisses, les joueurs s’activent, car outre le fait que cette solution ne fait pas l’unanimité, il se trouve que Caruana doit déjà jouer un autre tie-break, contre So, pour déterminer le quatrième participant à la finale du Grand Chess Tour !

Pour Maxime, il est dommage de priver les spectateurs d’un tie-break, comme il est dommage de ne pas déterminer un vainqueur sur l’échiquier. Il considère également que tout système éliminant d’office un joueur ex-aequo dans une égalité à plusieurs, n’est pas juste. Bref, il est clair que les règles doivent désormais être clarifiées…

Les parties de Maxime (ronde 6 à 9) :

Site officiel : https://grandchesstour.org/2018-grand-chess-tour/2018-sinquefield-cup