Tout est bien qui finit… mal !

Premier tournoi de l’année, Gibraltar est désormais une destination habituelle pour moi. J’aime l’ambiance qui y règne, la vie avec les autres joueurs français, qui étaient une bonne dizaine cette année, ainsi que les activités annexes ; blitz par équipes, tarot, mini ping-pong, “Bataille des Sexes” sur échiquier géant etc…

Malgré la perte de mon passeport, je suis arrivé sur le Roc 48 heures avant le début du tournoi, bien décidé à apprécier mon séjour, mais aussi à commencer l’année sportive sur une note positive, dans le contexte jamais facile d’un très fort Open.

Ronde 1 : Kiik (2410) – Mvl 0-1

J’ai entamé le tournoi contre un MI estonien expérimenté avec les noirs. J’ai pris l’ascendant assez rapidement mais je me suis largement compliqué la vie avant le contrôle de temps. La position est certainement gagnante, mais reste compliquée sur le plan technique. Cependant, je ne l’ai pas traitée au mieux, et 17 coups plus tard, nous sommes parvenus à la position critique :

Kiik-Mvl, ronde 1 ; un avantage pas facile du tout à convertir.

S’il s’était contenté d’attendre, j’aurais sans doute dû en passer par le plan …g5-g4 pour progresser, ce qui aurait forcément laissé du contre-jeu. Mais ici, Kiik a choisi le très mauvais 58.g3?, qui crée un affaiblissement fatal de la position ; 58…Dc5 59.Rg2 Dc1, et les blancs ont abrégé leurs souffrances par 60.Db4? De3! 0-1.

Tout sourire avec l’organisateur en chef, Brian Callaghan (Photo John Saunders).

Ronde 2 : Mvl – Puranik (2536) 1/2

Mvl-Puranik, ronde 2 ; une jolie ressource pour les noirs.

Ici, j’avais l’intention de jouer le naturel 19.Fe3 Dd3 20.Da2! (mais pas 20.De1? Cxb3! 21.Txb3 Dxc4), et la menace 21.Ff1 semble donner l’avantage car la Dame noire est enfermée. Mais j’ai réalisé que les noirs pouvaient alors sacrifier la Dame par 20…Fxc3 21.Td1 Dxe3!, et bien qu’ils n’aient que Fou et Cavalier en compensation, le manque de points d’accès à la position noire m’aurait empêché de créer quoi que ce soit. Du coup, j’ai opté pour la finale un peu supérieure après 19.Cd5 Fxd5 20.exd5 Dd3 21.Ff1 Dxe2 22.Fxe2, puis j’ai gagné un pion, mais au prix d’une transposition en finale de Tours + Fous de couleurs opposées quasiment impossible à gagner :

Mvl-Puranik, ronde 2.

Ici, malgré quinze minutes de réflexion, j’ai vraiment pété un câble avec 42.Tf1?. J’ai simplement oublié qu’après 42…Txb3, si 43.Fe6, les noirs ont 43…Tc3! qui gagne (mais pas 43…Fd4? 44.Tf7+ Rg6 45.Txe7 Te3+ 46.Rf4). Du coup, j’ai rapidement éliminé la possibilité 42…Txb3 et je me suis focalisé sur les autres possibilités, 42…Tf8 44.Fh3 ou 42…Fg3. Une fois le coup 42…Txb3 effectué, j’ai donc dû faire machine arrière et défendre la position avec un pion de moins par 43.Fd7 Fc3 44.Fb5 Th3 45.Rf5 Txh4 46.Re6!. Après la prise du pion e7 et le transfert du Roi en b6, j’ai quand même pu sauver le demi-point, au terme d’une partie pas trop rassurante dans l’ensemble.

Ronde 3 : Mvl – Onabogun (2189) 1-0

Une partie pas si simple, loin de là, contre un joueur nigérian inconnu, mais qui venait tout de même de battre deux GMI lors des deux premières rondes ! Il a d’ailleurs joué l’ouverture très correctement et m’a littéralement bluffé dans la position suivante, en jouant 16…Cc2 a tempo !

Mvl-Onabogun, ronde 3 ; 16…Cc2, un incroyable culot !

J’avais tellement de possibilités tactiques, que j’étais presque sûr qu’il y aurait un gain quand j’ai commencé à calculer. Certes, 17.Fh6? gxh6 18.Cxe7+ Txe7 19.Dxf6 Te6 ne marche pas. 17.Fe3 Dxb2 ne semble pas suffire non plus. 17.Fg5 était intéressant aussi, mais je me suis concentré sur 17.e5, qui avait l’air très tentant ! Après 17…Cxa1 18.Cxe7+ (mais pas 18.Cxg7? Rxg7 19.exf6+ Fxf6 20.Fh6+ Rg6!, ni 18.Fg5 à cause de la jolie défense 18…Cd7!) 18…Txe7 19.exf6 Te6!, les noirs semblent tenir. Je ne sais pas si mon adversaire a eu conscience de l’avalanche de possibilités tactiques que son coup 16…Cc2 a fait émerger, mais ce qui est sûr, c’est que j’ai dû finalement me résoudre à jouer le tout bête 17.Tb1, et après 17…Cd4, les noirs ont égalisé ! De l’art de traverser un champ de mines en sifflotant !

On peut manger et en même temps suivre la partie de Maxime après le coup égalisateur 17…Cd4 ! (Photo David Llada).

Heureusement pour moi, après 18.Cxd4 Dxd4 19.Td1 De5 (19…Tad8 était possible) 20.Ff4, il n’a pas intercalé 20…dxe4, et j’ai pris l’avantage après 20…De6?! 21.exd5!, forçant une finale favorable, transformée en une finale de Fous pure après le 40e coup.

Mvl-Onabogun, ronde 3.

Ici, le gain s’obtenait facilement par 41.Re2! g4 42.hxg4 hxg4 43.Rd2 suivi de 44.Rc2 puis b3 et reprise en b3 avec le Roi, pour garder un pion a éloigné. A la place, j’ai joué 41.b3? axb3 42.axb3 g4+ 43.hxg4 hxg4+ 44.Re2.

Mvl-Onabogun, ronde 3.

On voit bien qu’un pion a serait innarêtable ici, tandis que c’est loin d’être le cas avec un pion b. S’il avait été vigilant et qu’il avait joué ici 44…Rf7! 45.b4 (45.f4 Ff6!) 45…Re6, mon adversaire aurait été clairement favori pour la nulle ! Mais il a oublié qu’après le naturel 44…Rf6?, les blancs avaient 45.f4!, forçant la prise en passant pour ne pas perdre d4. Et après 45…gxf3+ 46.Rxf3 Re6 47.b4 Rd5 48.b5, ce n’est plus du tout la même histoire, car les blancs forceront le passage du Roi en f4 par un chantage à l’échange des Fous ! Et c’est ainsi que la partie s’est conclue : 48…Fb8 49.Fd8 Fd6 50.b6 Rc6 51.Fc7! 1-0. Ouf !

Tournoi de blitz par équipes (Photo Niki Riga).

Ronde 4 : Vocaturo (2626) – Mvl 1/2

Contre ma Najdorf, le GMI Italien a joué une sous-variante de la ligne 6.Fc4 que je n’ai pas vraiment comprise ; 6…e6 7.Fb3 Cbd7 8.0-0 Cc5 9.De1!?. Il m’a expliqué après la partie cette idée, qui reste quand même assez tarabiscotée à mes yeux. J’ai obtenu une position de milieu de jeu plaisante à jouer, mais j’ai commis une imprécision au 16e coup :

Vocaturo-Mvl, ronde 4 ; un roque trop précipité.

Ici, j’ai roqué un peu mécaniquement, laissant faire la manoeuvre Cd1-e3. 16…Dc7! d’abord était donc plus précis. Du coup, après 16…0-0?! 17.Cd1! Ch5 18.Ce3 Cg7 19.Ff2 f5 20.c4, la position est devenue super tendue. L’ordi préfère les blancs, mais je ne me sentais pas moins bien pendant la partie ! Après une imprécision de ma part (31…Dd7?! au lieu de 31…Tc4! =), la machine montre que les blancs pouvaient prendre l’avantage en abandonnant leur pion e4 dans la position suivante, ce qui était loin d’être évident devant l’échiquier !

Vocaturo-Mvl, ronde 4 ; que c’est compliqué !

Les blancs ratent 33.Txa6!, qui interdit la prise en e4 à cause de 33…Cxe4 34.Cd4! avec l’idée 34…Cxf2? 35.Dg6+ qui tue. Et si 33…Txe4, c’est 34.Cc5! dxc5 35.Txf6 Fxf6 36.Dxe4 qui semble décisif. Nous sommes tous deux passés à côté de ce thème, et après 33.Cd2? Txb2 34.Txa6 Dc7, Vocaturo aurait dû jouer 35.Ta8, avec une égalité dynamique. Mais il a préféré 35.Tc6? Da5 36.Tc2, après quoi c’est à mon tour d’avoir raté le coche par le simple 36…Da1+ (au lieu de 36…Txc2?) 37.Rh2 Da2! 38.Txb2 Dxb2 et les blancs sont en danger.

Décidément, je sentais que je n’étais pas dans mon assiette en ce début de tournoi, que mon cerveau n’enclenchait pas !

Une partie de la « French Connection », avec Romain Edouard et Maxime Lagarde (Photo David Llada).

Ronde 5 : Mvl – Ju Wenjun (2575) 1-0

Le tournant du tournoi, face à la championne du monde en titre…

Dans la ligne de l’Anglaise 1.Cf3 d5 2.e3 Cf6 3.c4 e6 4.b3 Fe7 5.Fb2

Mvl-Ju Wenjun, ronde 5 ; « out of book » au 5e coup !

… je ne connaissais pas la sous-variante 5…dxc4. Du coup, après 6.Fxc4 c5, j’ai pris la décision d’y aller franchement avec 7.g4!?, après une réflexion de plus de 23 minutes plutôt rare chez moi. J’ai aussi pris en considération le fait qu’un plan normal avec 7.d4, voire même un d3/Cbd2, la laisserait dans sa zone de confort. J’allais donc l’en sortir de force ! Nous nous sommes ensuite un peu perdus dans les complications après 7…0-0 8.g5 Cd5 9.Cc3 a6.

Mvl-Ju Wenjun, ronde 5.

Ici, j’aurais sans doute dû choisir 10.Db1. J’ai préféré 10.Dc2 pour garder l’option Cxd5 suivi de Dc3, mais après 10…Cb4 11.De4, les noirs auraient pu mettre le feu à l’échiquier avec le courageux 11…b5!? 12.Dxa8 C8c6 (ou 12…Dc7!?). Elle a sans doute voulu être plus raisonnable avec 11…Fd7 12.Ce5 Fxg5, mais après 13.Tg1 (13.Dg2!?) 13…Ta7?! 14.Dg4!, j’ai obtenu l’avantage, malgré le caractère encore extrêmement nébuleux de la position. Je suis plutôt satisfait de la phase de conversion, notamment dans la position suivante :

Mvl-Ju Wenjun, ronde 5.

Je me doutais que 22.Ccd7 pouvait gagner tout de suite, mais 22.Txg7+ était trop tentant ! Après 22…Txg7 23.Txg7+ Rxg7 24.Cc6+ Rf8 25.Cxd8 Re7 26.Cdb7, avec un pion de plus et a5 faible, je n’avais aucun doute sur l’issue de la partie.

Ronde 6 : Artemiev (2709) – Mvl 1/2

Une nulle relativement tranquille contre le futur vainqueur du tournoi. Le plus marrant, c’est qu’il est arrivé devant l’échiquier tout surpris de me voir en face de lui. Etant seul en tête avec Navara, il n’avait pas pris soin de vérifier un appariement évident, oubliant au passage la possibilité offerte à Gibraltar de prendre des bye,ce qu’avait fait le n°1 tchèque pour cette ronde !

Partie contre le Russe Artemiev, futur vainqueur (Photo John Saunders).

Ronde 7 : Mvl – Tari (2625) 1-0

Nous avons discuté d’une variante de l’Anglaise symétrique que j’avais préparée la veille avec les noirs pour Artemiev, et lors de la ronde 2 avec les blancs pour Puranik, sans qu’elle apparaisse finalement sur l’échiquier dans les deux cas ! Une ligne qui donne un type de position probablement sans avantage pour les blancs, mais qui est dur à jouer.

Mvl-Tari, ronde 7 ; une position pas si inoffensive que ça.

Je m’attendais au coup normal 13…Fe6 (13…Fh3 est également possible), mais le champion du monde junior 2017 a joué 13…h6?!, sous-estimant les dangers de sa position après 14.Cd5 Cxd5 15.cxd5 Ce7 16.Cf2!. Sa position s’est alors transformée en une sorte de Benoni horrible, sans le contre-jeu normal à l’aile-Dame, jusqu’à la percée centrale décisive :

Mvl-Tari, ronde 7.

25.e5! Txf4 26.Txf4 Txf4 27.exd6 Dxd6 28.Cc4 Txc4 29.bxc4 Cf5 30.Fh3! donne une finale techniquement gagnante.

Ronde 8 : Le Quang Liem (2714) – Mvl 1/2

Le GMI Vietnamien a choisi une vielle ligne de la Grünfeld, que j’ai souvent jouée avec les deux couleurs.

Le Quang-Mvl, ronde 8 ; un effort de mémoire est requis.

Ici, j’ai failli jouer rapidement 16…Fc8, comme Caruana l’avait fait contre moi en 2013, lors de notre match de 1/4 de finale de Coupe du Monde, mais après 50 minutes de réflexion ! Je me suis quand même souvenu à temps que 16…Fd7 est meilleur, et après 17.dxc5 bxc5 18.Dxc5 Dxc5 19.Fxc5, je pouvais faire nulle immédiatement par 19…Fxc3! 20.Ta3 (20.Txa7 Txa7 21.Fxa7 Cc6 =) 20…Fg7 (20…Ff6? 21.e5) 21.Fxe7 Te8 22.Fd6 Txe4! (le coup que j’ai oublié). J’ai donc choisi 19…Fc6, et je me suis retrouvé un petit peu moins bien après 20.Txa7 Txa7 21.Fxa7 Cd7 22.Fd3!. Heureusement, mon activité pour le pion s’est quand même avérée suffisante.

Sur le grill d’une session de Questions-Réponses, avec Nigel Short (Photo John Saunders).

Ronde 9 : Mvl – Alekseenko (2637) 1-0

La partie typique d’une préparation qui se déroule merveilleusement bien !

Mon entraîneur Etienne Bacrot avait découvert l’idée nouvelle 19.dxc6 Cxc6 20.c4 pour une préparation ciblée contre Aronian. Nos analyses couvraient notamment la suite effective de la partie jusqu’à 25.Dg4.

Mvl-Alekseenko, ronde 9 ; toujours dans la prépa !

Ici, mon adversaire, qui avait déjà dépensé presque 1h simplement pour répondre à ma nouveauté, n’a pas trouvé le seul coup critique, 25…Cc2!. Je savais que 25.Cxf7 Cxe1 (25…Rxf7? 26.De6+) 26.De6 menait à la nulle, à condition de trouver le seul coup 26…Db8!, et je n’ai pas mieux que le perpétuel. J’aurais donc choisi 25.Tc1!?, et même s’il n’y a pas d’avantage objectif après 25…Db2, j’aurais quand même eu matière à continuer la partie par 26.Df5, voire 26.Cxf7, surtout contre un adversaire n’ayant plus que 15 minutes à la pendule !

Dans la partie, Alekseenko a sombré après 25…Ta7?! 26.h4 Cc6? 27.Fh6 Ff8 28.Cd7! et les blancs sont gagnants.

Ronde 10 : Karthikeyan (2570) – Mvl 1-0

Evidemment, je ne peux pas cacher le fait que mon tournoi s’est terminé en eau de boudin, avec cette défaite de dernière ronde contre un adversaire beaucoup moins bien classé que moi. Pourtant, tout avait commencé au mieux dans cette partie décisive pour le gain du tournoi…

Après mon choix de contrer la Najdorf 6.Fe3 avec 6…Cg4 et pas 6…e5, le jeune indien s’est mis à beaucoup réfléchir. Pourtant, j’ai joué à de nombreuses reprises l’un et l’autre coup ! Après la partie, il a pourtant admis n’avoir préparé que 6…e5. Du coup, il n’était clairement pas à son aise dans l’ouverture, a opté pour une ligne obscure objectivement pas terrible (12.Cf3?!), et j’ai très rapidement pris l’ascendant avec les noirs, après une série de coups de développement normaux.

Karthikeyan-Mvl, ronde 10 ; excès de précipitation.

Ici, le simple 16…Fxc3 maintenait un avantage clair. Mais j’avais déjà prévu de jouer 16…Tg8?, ce que j’ai fait très rapidement, avant de me rendre compte que je laissais les blancs résoudre tous leurs problèmes après 17.Cd5! Dxd2 18.Txd2. Pour ne pas rester sans aucune autre ambition que la nulle après le “normal” 18…Fxd5 19.exd5, j’ai décidé de compliquer le jeu par 18…Fh6 19.Tdd1 f6, mais ça s’est retourné contre moi. Surtout que quand on prend une aussi mauvaise décision que 16…Tg8?, on entre dans une spirale négative, une erreur en appelant souvent d’autres. Par la suite, j’ai eu beau tendre de jolis pièges tactiques, mon adversaire a très bien navigué dans les complications, et ne m’a guère laissé de chances.

Dernière ronde, après 10…h5 ; jusqu’ici, tout va bien… (Photo David Llada)

Une partie à oublier d’urgence, et sans doute quelques enseignements à en tirer pour la suite…

En parlant de la suite, je sais maintenant que je ne disputerai aucune compétition officielle avant fin avril ou début mai, après quoi les tournois s’enchaîneront en revanche très vite tout au long de l’année.

J’ai donc trois mois devant moi pour effectuer tous les réglages nécessaires !

Site officiel : https://www.gibchess.com/

Peu après son retour de Gibraltar, Maxime a participé au tournoi mensuel de blitz sur www.chess.com « Titled Tuesday », qui regroupe toujours un nombre impressionnant de forts GMI. Tout en streamant ses parties en direct sur la chaine www.twitch.tv/mvlchess , il a réalisé le score honorable de 8/10. Insuffisant toutefois pour espérer titiller un Grischuk en feu, qui l’a emporté avec 9 victoires consécutives et une nulle rapide pour finir !