Retour vers le futur

Grand Chess tour

Ce mois de juin 2021 a signé le grand retour des compétitions, avec notamment le début du Grand Chess Tour 2021, après l’annulation pure et simple de l’édition 2020. Raccourci, le circuit professionnel compte cette année deux tournois classiques (Bucarest et la Sinquefield Cup), et trois rapides (Paris, Zagreb et Saint-Louis). 9 joueurs disputent ce circuit, avec ajout de wild cards sur chaque tournoi. En l’absence prévisible des protagonistes du prochain championnat du monde (Carlsen et Nepo), ces 9 joueurs sont Caruana, Aronian, Giri, Grischuk, So, Mamedyarov, Radjabov, Rapport et moi-même. Chacun d’entre nous disputera les deux tournois classiques, et deux des trois rapides.

Je suis arrivé évidemment très motivé à Bucarest, désireux de reprendre le cours de ma carrière en mains. Malheureusement, les choses se sont mal passées dès le début. A ma décharge, je dois préciser que j’ai été malade pendant le tournoi et plus particulièrement dans la première moitié.

Dès ma partie de la deuxième ronde contre Deac, j’ai commis une gaffe incompréhensible dans un milieu de jeu prometteur.

Mvl-Deac, Bucarest Ronde 2.
Mvl-Deac, Bucarest Ronde 2.

Ici, j’ai réfléchi près de 13 minutes pour jouer 30.Dd3?, sans imaginer une seule seconde qu’il allait répliquer par 30…Tf5 gagnant le pion g5 ! Directement mis en grande difficulté, je n’ai pas su me remobiliser. C’était une défaite très cruelle…

Marche sur la scène entre deux coups (photo: Lennart Ootes).

Après une erreur pareille et ne me sentant pas au mieux physiquement, j’ai eu beaucoup de mal à trouver l’énergie requise dans les moments décisifs, notamment pour annuler la finale suivante contre Giri :

Giri-Mvl, Bucarest Ronde 7.
Giri-Mvl, Bucarest Ronde 7.

C’était d’ailleurs une partie bizarre parce que l’on peut croire ici que j’ai réglé tous mes problèmes, alors que ce n’est pas tout à fait le cas en pratique ; en réalité, j’avais toujours des petites questions à résoudre.

Dans la position du diagramme, 18…Fxc3 19.Txe6! fxe6 20.Fc4 ne me semblait pas si facile à tenir. C’est juste un léger avantage blanc objectivement, mais c’est désagréable. Je pensais que ce que je faisais était plus sûr, ce qui aurait sans doute été le cas après 18…Fd5 19.Tc5 e6! (au lieu de 19…Fxf3), la solution la plus clinique pour égaliser. Dans la partie, après 19…Fxf3 20.gxf3, la position s’est avérée encore un peu délicate à défendre, même si la marge de nulle restait appréciable. Mais quand on rate les solutions les plus simples, la règle veut que ça devienne de moins en moins facile 🙂 .

Giri-Mvl, Bucarest Ronde 7.
Giri-Mvl, Bucarest Ronde 7.

Ici, c’était ma dernière chance et il fallait impérativement jouer 42…f6! pour tenir. Malheureusement, j’ai préféré 42…Rf6? autorisant une jolie manoeuvre du Fou blanc pour venir se sacrifier en f7 et forcer le gain : 43.a6 Fc5 44.Fb5! Fa7 45.Fe8 Re7 46.Fxf7! Rxf7 47.Rxg5 et le Fou ne peut plus lutter contre les pions.

Classement final du GCT Bucarest (image www.grandchesstour.org).
Classement final du GCT Bucarest (image Classement final du GCT Paris (image www.grandchesstour.org).Classement final du GCT Paris (image www.grandchesstour.org).).

Concernant le bilan global de ce tournoi finalement remporté par Mamedyarov, c’est sûr qu’il est très négatif. Avec aucune victoire à mon actif et deux défaites, c’est une évidence…

Du coup, je fondais pas mal d’espoirs sur le Rapide et Blitz de Paris pour me remettre en selle, d’autant qu’il faisait immédiatement suite au tournoi en Roumanie. Malgré ma troisième place finale, mon jeu à Paris, sans être catastrophique comme à Bucarest, s’est avéré tout de même très erratique.

Pas facile d’ailleurs d’analyser les raisons de cette prestation en demi-teinte. J’étais quand même habitué à jouer ces tournois rapides avec une relative constance. En tout cas, pas d’offrir un tel écart de niveau dans les parties, certaines très bonnes et d’autres très mauvaises ; avec au passage quelques grosses gaffes auxquelles je ne suis pas non plus habitué. Il est vrai également que j’ai effectué certaines expérimentations, qui ne se sont pas toujours bien passées, avec notamment une Française et une Sicilienne des 4 Cavaliers. Donc, il est difficile pour moi d’en tirer des conclusions claires, si ce n’est que ma prestation d’ensemble était là encore complètement insuffisante. Certes, je n’étais plus malade comme en Roumanie, même si je n’étais pas non plus au top de ma forme.

Ce qui se voit d’ailleurs clairement dans le fait qu’il y ces écarts de niveau de jeu. Or, l’objectif de mon tournoi, ce n’était pas juste d’avoir des fulgurances, c’est clair !

Classement final du GCT Paris (image www.grandchesstour.org).
Classement final du GCT Paris (image www.grandchesstour.org).

Prochaine échéance à Zagreb le 7 juillet, pour la suite du Grand Chess Tour. La bonne chose, c’est que ce sera un très bon tournoi pour m’échauffer avant la Coupe du Monde à Sochi, qui reste mon objectif principal des mois à venir, puisqu’elle qualifiera deux joueurs pour le prochain Tournoi des Candidats. Coupe du Monde qui aura déjà démarré au moment où je quitterai Zagreb pour rallier Sochi, car il y a désormais un tour supplémentaire dont je suis exempté.

Il est clair que j’aimerais retrouver une certaine stabilité dans mon jeu, et redevenir plus constant et plus régulier. Tout le monde sait que j’ai beaucoup de similitudes avec Nepo. A une époque, il jouait vraiment comme moi en ce moment, de façon très erratique. Depuis, il a beaucoup gagné en stabilité et en confiance. C’est mon objectif que de retrouver cet état de stabilité et de confiance que j’ai quand même connu dans un passé pas si lointain 🙂 .

Les parties de Maxime à Bucarest :

Les parties de Maxime à Paris :

Au lendemain du Grand Chess Tour à Paris, Maxime s’est rendu dans les locaux du magazine SoFoot, ou il était invité à commenter sur leur chaîne Twitch le match de l’Euro France-Portugal, en compagnie notamment du streamer bien connu Sardoche, ainsi que d’un pionnier de YouTube, Mark the Ugly. Pas un hasard puisque tous deux sont de grands amateurs d’échecs et de football. Du coup, le trio animé par le présentateur de SoFoot a pu deviser devant l’écran, alternant commentaires en direct, digressions diverses sur les échecs et petits jeux autour du foot.

La vidéo est à revoir ici : https://www.twitch.tv/videos/1065312273.

Retour des tournois, arrivée des cryptomonnaies !

Crypto Cup

La Crypto Cup, sixième tournoi du circuit professionnel en ligne organisé à la fin du mois de mai et soutenu par la plateforme de trading de cryptomonnaies FTX, signait la reprise des compétitions. Une reprise promise à se dérouler à un rythme soutenu puisque vont s’intercaler dans les prochains mois les échéances des compétitions physiques – qui redémarrent en juin avec les premières étapes du Grand Chess Tour à Bucarest puis à Paris – et des tournois en ligne de l’élite.

La Crypto Cup était évidemment mon premier rendez-vous depuis les Candidats. J’étais impatient, je voulais voir un peu où j’en étais avant de reprendre les tournois. Et j’ai été assez rassuré dans l’ensemble, notamment après les 15 parties des trois jours de qualifications. Certes, il y a eu cette prestation contre Mamedyarov qui n’était vraiment pas terrible, mais ça a été ma seule défaite de ces Préliminaires.

Dans l’ensemble, je pense que j’ai mieux maîtrisé les choses que dans les tournois précédents, avec également quelques très bonnes parties, notamment contre Magnus et contre Nepo.

Voici quelques moments forts de ma Crypto Cup :

Ronde 2 : Grischuk – Mvl 0-1

Grischuk-Mvl, Ronde 2.
Grischuk-Mvl, Ronde 2.

Dans cette finale de Tours, j’ai trouvé le chemin clair vers le gain ; c’est une manoeuvre classique, mais toujours plaisante à jouer : 64…Txd4 65.Txh5 Td5 66.Re3 f5! (le vis-à-vis latéral des Tours empêche la prise en passant) 67.Rf4 Td4+ 68.Rg5 Rg7! 69.Th1 Tg4+! (il faut d’abord pousser le Roi ; 69…Te4? 70.Ta1) 70.Rh5 Te4 71.Rg5 (71.Ta1 Txe5 72.Ta7+ Rf6) 71…Txe5 72.Ta1 Te4 avec un gain trivial.

Ronde 4 : Carlsen – Mvl 0-1

1.e4 c5 2.Cc3 d6 3.f3!?. Sur le coup, j’ai vraiment cru que c’était un mouse slip. Parce que je ne savais pas qu’il avait déjà joué cette petite idée en Bullet contre Firouzja ; difficile à deviner sans avoir cette référence 🙂 .

Du coup, j’ai obtenu une position de Dragon avec le Fou en e2 au lieu de b3.

Carlsen-Mvl, Ronde 4.
Carlsen-Mvl, Ronde 4.

Ici, il fallait jouer la suite un peu contre-intuitive 16.Dxd6! bxc3 17.g5, que j’avais anticipée, mais qui me paraissait bien optimiste pour les blancs. La machine confirme toutefois que c’était le mieux, mais Magnus a joué le plus humain 16.Cd5 Cxd5 17.exd5 (peut-être avait-il prévu de reprendre avec la Dame, avant de se rendre compte que 17.Dxd5 Fe6! 18.Dxd6 Da5 était très risqué, par exemple 19.b3 Txc2!), mais après 17…e4! 18.fxe4 Te8, les noirs ont un jeu plus agréable.

Dans la finale avec un pion de plus, il fallait trouver un moyen de progresser, dans la mesure où je ne pouvais pas amener mon Roi directement.

Carlsen-Mvl, Ronde 4.

Et ici, j’ai fait le bon choix avec 35…Ff5, échangeant un important défenseur, le Fou en d3. 36.Fxf5 (si le Fou se soustrait à l’échange, la Dame noire va pouvoir attaquer c2 et h4) 36…gxf5 et le nouveau pion passé est trop dangereux.

Ronde 7 : Mvl – Svidler 1/2

Mvl-Svidler, Ronde 7.
Mvl-Svidler, Ronde 7.

Voilà le genre de partie où les blancs sont mieux, grâce à la paire de Fous, mais où la moindre imprécision peut faire perdre tout avantage. C’est ce qui s’est produit ici après le hâtif 31.Fb6? Ce4!, et grâce à la menace …Cc3, les noirs sont actifs et totalement hors de danger. Une analyse plus minutieuse de la position m’aurait permis de comprendre qu’il ne fallait pas attaquer directement le pion a5, mais commencer par excentrer le Cavalier noir par 31.Ff4!, et les blancs conservaient alors un plus évident.

En action contre Svidler (image www.chess24.fr).

Ronde 9 : Mvl – Radjabov 1/2

Encore une finale intéressante sur le thème de la paire de Fous !

Mvl-Radjabov, Ronde 9.
Mvl-Radjabov, Ronde 9.

J’ai joué ici 43.f3?!, qui n’a malheureusement posé aucun problème aux noirs après 43…Rg7 44.g4 Rf6. A la place, j’avais un essai très intéressant, commençant par le naturel 43.Rf3. En fait, c’était mon premier choix mais j’y ai renoncé parce qu’après 43…Ce6 44.Fxd6 Cd4+, je n’avais envisagé qu’un coup naturel de Roi comme 45.Re3, mais 45…Cxb5 46.Fc5 a3 47.d6 a2 48.d7 a1=D 49.d8=D+ Rh7, et le Roi blanc est trop exposé aux échecs. Cependant, on comprend par déduction qu’il faut jouer la même variante avec 45.Rg2! Cxb5 46.Fc5 a3 (46…Cc7 47.d6 Ce6 48.d7 Rg7 49.Fe7 a3 50.Fxa3 Rf6 51.Rf3 Cd8 doit faire nulle également, même si en pratique, les blancs poussent encore après 52.Rf4) 47.d6 a2 48.d7 a1=D 49.d8=D+ Rh7 (49…Rg7 50.Df8+) 50.Dd7 Db2 51.Dxf7+ Dg7 et les noirs vont devoir encore se battre pour le demi-point.

Ronde 11 : Mvl – Nepomniachtchi 1-0

Une partie vraiment très tendue, très compliquée, avec énormément de calculs.

J’ai fait coulisser mes deux Tours sur les côtés, l’une via a3, l’autre via h4, ce qui n’est pas forcément très commun 🙂 .

Mvl-Nepomniachtchi, Ronde 11.
Mvl-Nepomniachtchi, Ronde 11.

Ici, j’ai joué le coup « humain » 22.Fxh6?!, mais 22.Tf4!, que je n’ai absolument pas envisagé, était bien plus fort ; aucune ligne tactique ne permet aux noirs de protéger le pion f6 (22…Tf8? 23.Ce5! ou 22…De7? 23.Dc6+ Rf7 24.Ce5+), après quoi le Cavalier blanc arrivera sur e5. Sur 22.Fxh6?!, je pensais qu’il devait répondre par 22…0-0-0!, car après 23.Tg7 Dd6 comme après 23.Dxa5 Dc6!, la position reste vraiment à double tranchant. Mais Nepo a préféré 22…Dd6? 23.Fg7 Dxc5 24.dxc5 Tg8 (24…Txh5 25.Fxf6 Rf7 26.Fc3 et là encore, l’arrivée du Cavalier sur e5 semble terrible) 25.h6 e5 26.Tg3! Fh7 27.Fxf6 Txg3 28.fxg3 Ta6, et j’aurais dû conclure par 29.Fg7! Tg6 30.Cxe5 Txg3 31.Rf2 et les pièces blanches dominent outrageusement le paysage. J’ai cru que 29.Fxe5? était tout aussi efficace, mais j’ai sous-estimé son contre-jeu après 29…Txh6 30.Fxc7 Th1+ 31.Rd2 Tb1. La finale F+C+p c. T qui en a résulté était sans doute nulle, mais elle posait de tels problèmes pratiques que le Russe n’a pas pu la sauver.

¼ Finale : So – Mvl 2-0 (3-1 / 2-1)

Le regret, c’est évidemment ce moment-clé de la deuxième partie du match aller, dans une Grünfeld qui avait bien tourné pour moi.

So-Mvl, Match aller 2e partie.

Ici, les blancs ont terminé leur développement et connecté leurs Tours par 19.0-0?, un coup naturel mais qui se heurte à une réfutation tactique nette. J’avais vu que je récupérais mon pion par le simple 19…Fxe2? 20.Dxe2 e5 21.Fe3 Txc3 et je n’ai donc pas cherché autre chose. Pourtant, le gain n’était pas du tout compliqué, mais certainement contre-intuitif. Dans un bon jour, je pense quand même qu’il ne m’aurait pas échappé : après 19…Fxd4+ 20.Cxd4 b5!, le petit pion découvrait un double clouage et forçait le gain d’une pièce, les blancs ne pouvant pas parer les menaces 21…e5 et 21…Dxd4 en même temps.

Tableau final de la Crypto Cup (image www.championschesstour.com)
Tableau final de la Crypto Cup (image www.championschesstour.com)

Il est temps pour moi de féliciter Magnus Carlsen pour sa victoire finale dans un tournoi où, pour la première fois, une partie de la bourse de prix était distribuée en cryptomonnaie ! Et de me projeter vers la prochaine échéance à Bucarest, où les hostilités démarreront le 5 juin…

Les parties de Maxime à la Crypto cup :

Site officiel : https://championschesstour.com

Déjà invité en 2020 par le Youtubeur bien connu Absol sur sa chaîne secondaire consacrée aux échecs, Maxime est de nouveau intervenu à la fin du mois de mai, mais sur la chaîne principale cette fois. Assez improbable, le format-fleuve de cette longue interview (3h16 et 75 questions !) peut paraître rebutant. Pourtant, nombreux sont les commentaires à s’étonner de la facilité avec laquelle on se prend au jeu de cette vidéo, d’autant que Maxime discute avec Absol tout en disputant deux parties à l’aveugle contre Dicomaniaque, un autre streamer amateur d’échecs posté en arrière-plan avec son échiquier.

Candidats : à la prochaine !

Tournoi des candidats

Après plus d’un an d’interruption, le Tournoi des Candidats a finalement repris le 19 avril, là même où il avait été interrompu, à Ekaterinburg (Russie). Retrouvez ici le compte-rendu de la première moitié.

Voici un rapide tour d’horizon des moments critiques dans chacune de mes 7 parties :

Caruana-Mvl 1-0

Caruana-Mvl, Ronde 8.
Caruana-Mvl, Ronde 8.

Le premier moment critique est évidemment arrivé après la spectaculaire nouveauté 18.Fc4! Dxc4 19.Fd6. Mon premier instinct a été pour le coup que j’ai finalement joué, 19…Cf6. J’ai quand même pris le temps de regarder les alternatives, par exemple 19…Fxd4, qui m’a semblé mille fois trop dangereux. J’ai aussi analysé le coup 19…f5, que j’ai rejeté à cause 20.Cxc5 Cxc5 (le coup d’ordinateur 20…Rf7!? ne m’a pas traversé l’esprit !) 21.Cxf5 De4 22.Cxg7+ Rf7 23.Fxc5 (23.0-0+! comme mentionné par Fabiano, est bien plus radical !) 23…Dxe3+ 24.Fxe3 e5 25.Ch5 Fg4? (les noirs peuvent sans doute mieux résister) 26.0-0+ Rg6 27.Td6+ Rxh5 28.Tff6 et les blancs gagnent.

Plus tard dans la partie, au moment où j’avais quasiment égalisé, j’ai commencé à commettre des imprécisions. D’ailleurs, je pense avoir pris six mauvaises décisions dans les quatre premières parties, ce qui coûte vraiment trop cher.

La deuxième position-clé de la partie, c’est bien sûr cette finale où je me trompe de forteresse.

Caruana-Mvl, Ronde 8.
Caruana-Mvl, Ronde 8.

Celle avec le Cavalier en h6, que j’ai choisie, aurait tenu avec le pion blanc en g3 au lieu de g2; mais le fait qu’il y ait une possibilité supplémentaire de Tg3+, brisant l’harmonie de la forteresse, change tout : une nuance vraiment pas facile à déceler ! La vraie forteresse consistait donc à positionner le Cavalier en g7, contrôlant l’accès aux cases blanches. Au final, une défaite d’entrée difficile à encaisser au vu du déroulé de la partie…

Comment marche cette satanée forteresse ? (photo : Lennart Ootes).

Ding Liren-Mvl 1/2

Je pense avoir obtenu une position très raisonnable contre son anti-Grünfeld avec 3.h4, mais j’ai commis une grave erreur à la sortie de l’ouverture, qui lui a permis de réaliser un excellent sacrifice de pièce. Pourtant, je l’avais anticipé, mais je l’avais malheureusement sous-estimé.

Ding Liren-Mvl, Ronde 9.
Ding Liren-Mvl, Ronde 9.

Le tournant, un vrai petit miracle, c’est qu’il n’ait pas joué 31.Tf3! dans la position du diagramme. J’allais répondre 31…De4 et tendre la main trois coups plus tard. Du coup, après 31.De2?, je suis toujours mal, mais encore en vie.
Pourtant après 31…e4 32.Te3 Te8 33.Tb5 De5 34.g3 Dd4 35.Tb1 Tf7 36.Td1 Df6, le simple 37.Dc2! aurait conservé un avantage considérable, mais Ding s’est précipité par 37.d6?, oubliant 37…Te6! 38.d7 Td6 me permettant d’échanger le pion e4 contre son fort pion passé.
La satisfaction, c’est d’avoir tenu les cinquante coups suivants, parce que c’était vraiment très, très difficile ; heureusement, j’ai trouvé tous les seuls coups, ce qui m’a empêché de commencer avec un 0/2 rédhibitoire.

Mvl-Giri 1/2

Mvl-Giri, Ronde 10.
Mvl-Giri, Ronde 10.

Pour moi, le moment critique de cette partie, c’est quand j’ai décidé de prendre un pion par 21.Dxb5?!, après quoi je pensais avoir un net avantage. En réalité, j’ai perdu une bonne partie de cet avantage, et rétrospectivement, je comprends bien que j’aurais dû opter pour 21.Fc2!. Le problème c’est que pendant la partie, j’ai cru que 21…b4 stabiliserait son bon Cavalier en c5, oubliant la manoeuvre 22.f3! suivi de Ff2, et je crois que les noirs vont souffrir car la position est quand même assez venimeuse. Encore une fois, j’aurais dû voir ça et faire le bon choix…

Grischuk-Mvl 1-0

Bien qu’excessivement complexe, la position a commencé à mal tourner pour moi après 19.g5.

Grischuk-Mvl, Ronde 11.
Grischuk-Mvl, Ronde 11.

Ma première idée, c’était de sacrifier en e4, mais je n’ai rien vu de tangible après 19…Cxe4 20.Cxe4 Txc2 21.De1 ; je l’aurais tenté si j’avais pu imaginer l’idée diabolique 21…Dc6!? 22.C2c3 exf4 23.Dh4 h5 24.gxh6 Dxe4!, même si les blancs restent sans doute gagnants après la série suivante de coups improbables, mais forcés : 25.Ra1! Fe5 26.Ce4 Txb2 27.h7+ Rh8 28.Cc3 Txb3 29.De7!.

Comme je n’aimais pas du tout non plus 19…Cg4 20.Tf1!, je me suis résolu à jouer 19…Ch5 20.f5 Tfd8 21.f6 Ff8 22.Cg3 d5!?, essayant de pêcher en eau trouble.

Après m’en être sorti grâce à une jolie pointe tactique, j’ai obtenu la position suivante :

Grischuk-Mvl, Ronde 11.
Grischuk-Mvl, Ronde 11.

Après quelques minutes de réflexion, j’ai décidé de jouer pour le gain avec 33…Dd5. Evidemment, ma première idée était 33…Th4 34.Txh4 Dd1+ 35.Dxd1 Txd1+ 36.Ra2 Td2. Mais sur le coup, je n’étais pas certain à 100% de faire nulle dans cette finale, et de toute façon, je préférais la position après 33…Dd5 34.Dh5 Dxh1+ 35.Dxh1 Tg4.

Objectivement, essayer de jouer pour le gain par 33…Dd5 était peut-être une erreur de jugement de ma part, mais pour moi, la situation dans le tournoi exigeait que je prenne ce risque-là. Malheureusement après 36.Fxe5, j’ai immédiatement gaffé avec le terrible 36…Txg5?? (36…b5! suffisait sans doute à conserver l’équilibre) 37.Dxb7, oubliant que le Fou est imprenable à cause du double échec en g2 puis h2 qui gagne la Tour. Evidemment, la perte du pion b7 change tout et je me suis écroulé par la suite…

Mvl-Alekseenko 1-0

Dans cette partie, le jeune Russe a mal traité l’ouverture, et j’ai vite obtenu un très gros avantage. En revanche, il s’est vraiment bien défendu par la suite, même si je n’ai sans doute pas été clinique techniquement puisqu’à mon avis, il conservait encore de bonnes chances de nulle dans la position critique suivante :

Mvl-Alekseenko, Ronde 12.
Mvl-Alekseenko, Ronde 12.

Mais sa seule chance était d’éviter l’échange des Tours par 30…Tb8!. Après, si je fixe la structure par 31.b3, il obtiendrait suffisamment de contre-jeu après 31…axb3 32.axb3 Ta8. Je dois donc prendre la colonne avec 31.Td1, mais le coffre noir sera bien difficile à percer après 31…b3 32.a3 Ff6! 33.e5 Fe7 34.Td5 Tf8!.

A la place, Alekseenko a choisi d’attendre par 30…Td7?, mais après 31.Td1 Txd1 (31…Tb7 n’est plus possible à cause de 32.Td5 b3 33.a3 Tc7 et les noirs n’ont plus le contre-jeu sur f4) 32.Rxd1, j’avais calculé la finale de Fous jusqu’à la position finale. Evidemment, il y a pas mal de subtilités à prendre en considération, mais je me suis dit que je devais croire en mes calculs et tant pis pour moi si je me trompais 🙂 . J’avais besoin de cette confiance pour la fin de tournoi !

Nepomniachtchi-Mvl 1/2

Une partie évidemment atypique puisque dans l’obligation de gagner avec les noirs, je devais créer une situation de tension, même si je sais bien qu’elles risquent de se retourner contre moi. Mais vu le classement, vu son état de nervosité flagrant, et l’évidence qu’il jouait avec le frein à main pour faire nulle, je me devais de tenter le tout pour le tout. C’est typique de l’ambiguïté de jouer pour la nulle avec les Blancs : certes, ça enlève beaucoup de possibilités à l’adversaire d’obtenir une partie de combat normale, mais par contre, on ne joue plus à 100% de ses capacités, et ça aurait d’ailleurs pu lui jouer des tours.

Après avoir traversé une phase très critique, j’ai donc obtenu la position jouable suivante :

Nepomniachtchi-Mvl, Ronde 13.
Nepomniachtchi-Mvl, Ronde 13.

Les noirs ont un pion de moins, mais des compensations raisonnables avec le contrôle des cases noires et des accès le long de la colonne b. Malheureusement, pendant la partie, je n’ai pas du tout trouvé comment améliorer la position de mes pièces et je me suis donc résolu à échanger toutes les pièces lourdes par 28…Tab8? 29.Txb8 Txb8 30.Txb8 Dxb8 31.Db2 Dxb2 32.Cxb2 avec une finale égale. Si j’avais vu cette manoeuvre, j’aurais évidemment joué 28…Cf7!, avec l’idée …d6 et …Fc8. Pas que cette suite eût procuré un avantage aux noirs, mais j’aurais juste pu continuer une lutte complexe avec beaucoup de pièces sur l’échiquier, et Dieu sait ce qui aurait pu advenir alors ?

Evidemment, c’est un petit regret, même si je ne peux de toute façon pas dire que c’est sur cette partie que je perds les Candidats.

Mvl-Wang Hao 1-0

Une ultime partie pour jouer la deuxième place des Candidats, ce n’était tout de même pas anodin, même si la perspective majeure d’un match de championnat du monde s’était évanouie.

Mvl-Wang Hao, Ronde 14.
Mvl-Wang Hao, Ronde 14.

Ici, je savais que la meilleure chance des noirs était de transposer dans la finale à quatre Tours par 20…Cxd6 21.exd6 Rd7 22.Tf3 Thf8 23.Te1 f6!. Wang Hao a préféré 20…Thd8?!, mais après 21.Te1!, les blancs ont consolidé le Cavalier en d6 supporté par le pion en e5, et ils ont l’avantage. Pour ce qui s’avèrera être sa dernière partie professionnelle, le Chinois n’a guère opposé de résistance et a rapidement lâché prise.

La grille du Tournoi des Candidats 2021 (Image Europe-Echecs).
La grille du Tournoi des Candidats 2021 (Image Europe-Echecs).

Félicitations à Ian Nepomniachtchi pour sa victoire finale, et bon vent à lui pour le match de championnat du monde contre Carlsen, qui débutera le 26 novembre à Dubaï (Émirats Arabes Unis).

De mon côté, je ne peux évidemment pas me satisfaire pleinement de cette deuxième place, quand seule la première compte. J’ai déjà commencé à debriefer en détail avec mon équipe sur ce qui a bien fonctionné et sur ce qui n’a pas été ; il est trop tôt pour en tirer des conclusions…

L’heure est maintenant à la remobilisation, avec les tournois qui reprennent, et notamment ceux du Grand Chess Tour , et le point d’orgue de la Coupe du Monde à Sotchi (Russie) en juillet, qualificative pour le prochain Tournoi des Candidats, qui pourrait bien être maintenu au printemps 2022, si l’on en croit la FIDE.

En attendant, et en guise de warm up, je disputerai le prochain tournoi du Champions Chess Tour en ligne, qui débutera le dimanche 23 mai.

Les parties de Maxime au tournoi des candidats :

Site officiel : https://en.candidates-2020.com

Contrairement à la première moitié du tournoi, Maxime n’est pas parti seul à Ekaterinburg : le Grand Maître International (et Champion du monde de tennis-échecs 🙂 ) Sébastien Mazé l’accompagnait.
Outre les échecs, Sébastien a également joué le rôle de coach sportif ! Comme ici, pendant une séance dans la salle de sport de l’hôtel…

Aux portes du paradis

Tournoi des candidats 2e partie

Plus d’un an après, le Tournoi des Candidats reprendra à partir du 19 avril, toujours à Ekaterinburg (Russie). Après une participation obtenue à la dernière minute, j’avais plutôt bien réussi la première moitié du tournoi puisque lors de l’interruption, j’étais en tête ex-aequo avec Ian Nepomniachtchi (mais devant lui au départage). Rappelons que le vainqueur de ce tournoi affrontera Magnus Carlsen pour le titre de Champion du Monde, du 26 novembre au 15 décembre à Dubaï (Emirats Arabes Unis).

En un an, le monde a changé en raison de l’épidémie de coronavirus. La pratique du jeu d’échecs a su s’adapter, avec une multiplication des tournois en ligne, au cours desquels j’ai connu des fortunes diverses 🙂 . Lors du seul tournoi en présentiel que j’ai disputé durant cette période (Tata Steel, janvier 2021), mes résultats ont été clairement mauvais. J’ai pris cette piqûre de rappel comme une incitation à mieux aborder la reprise du Tournoi des Candidats, qui est à ce jour l’échéance la plus importante de ma carrière.

Depuis des semaines, je me suis largement concentré sur ces sept parties à venir. En raison des circonstances, j’ai eu le temps de bien me préparer, tant physiquement et mentalement. Sur le plan échiquéen, j’ai passé pas mal de temps avec mon entraîneur Etienne Bacrot, qui dirige mon équipe de secondants.

Un nouveau départ

RangNom12345678Score
1Vachier-Lagrave M.1½½½½1½
2Nepomniachtchi I.0½11½1½
3Caruana F.½½½½½01
4 Giri A.½0½½½½1
5Wang Hao½0½½½1½
6Grischuk A.½½½½½½½
7Ding Liren001½0½½
8Alekseenko K.½½00½½½
Classement du tournoi des Candidats après la ronde 7

Après la 1re moitié du tournoi, j’aborde donc en tant que leader un mini-tournoi de sept parties. Avec si peu de rondes et seulement un petit point d’écart entre les six premiers, chaque demi-point sera capital, et je m’attends évidemment à des parties très disputées.

Sous le soleil avec Sébastien Mazé : footing, études d'échecs et dîner avec le consul sont au programme de la journée
Sous le soleil avec Sébastien Mazé : footing, études d’échecs et dîner avec le consul de France sont au programme de la journée du 15 avril

Je suis arrivé ce mercredi 14 avril à Ekaterinburg en compagnie du GM Sébastien Mazé, non sans avoir connu quelques péripéties administratives en raison de la difficulté à voyager en ce moment. J’ai maintenant quatre jours devant moi pour m’acclimater et m’habituer au décalage horaire (+3h par rapport à Paris). Bien sûr, ce sera aussi l’occasion de faire les ultimes mises au point.

Mon appariement du début de cette seconde moitié n’est pas des plus faciles, puisque je vais successivement affronter Fabiano Caruana et Ding Liren avec les pièces noires. Mais de toute façon, il faudra être performant à chaque partie pour espérer remporter ce tournoi.

Blancs Noirs
Caruana, FabianoVachier-Lagrave, Maxime
Wang, HaoDing, Liren
Nepomniachtchi, IanGiri, Anish
Alekseenko, KirillGrischuk, Alexander
Appariement ronde 8
Blancs Noirs
Ding, LirenVachier-Lagrave, Maxime
Giri, AnishWang, Hao
Grischuk, AlexanderNepomniachtchi, Ian
Alekseenko, KirillCaruana, Fabiano
Appariement ronde 9
Blancs Noirs
Vachier-Lagrave, MaximeGiri, Anish
Caruana, FabianoDing, Liren
Wang, HaoGrischuk, Alexander
Nepomniachtchi, IanAlekseenko, Kirill
Appariement ronde 10
Blancs Noirs
Grischuk, AlexanderVachier-Lagrave, Maxime
Giri, AnishDing, Liren
Alekseenko, KirillWang, Hao
Nepomniachtchi, IanCaruana, Fabiano
Appariement ronde 11
Blancs Noirs
Vachier-Lagrave, MaximeAlekseenko, Kirill
Ding, LirenGrischuk, Alexander
Caruana, FabianoGiri, Anish
Wang, HaoNepomniachtchi, Ian
Appariement ronde 12
Blancs Noirs
Nepomniachtchi, IanVachier-Lagrave, Maxime
Alekseenko, KirillDing, Liren
Grischuk, AlexanderGiri, Anish
Wang, HaoCaruana, Fabiano
Appariement ronde 13
Blancs Noirs
Vachier-Lagrave, MaximeWang, Hao
Ding, LirenNepomniachtchi, Ian
Giri, AnishAlekseenko, Kirill
Caruana, FabianoGrischuk, Alexander
Appariement ronde 14

Rendez-vous lundi 19 à 16h (locales) pour ma première partie contre Caruana…

Oui, le Tournoi des Candidats est une grande compétition sportive, qui avait d’ailleurs été l’une des dernières au monde à être suspendue, le 26 mars 2020. Mais dans le contexte actuel de durcissement des conditions de déplacement à l’international, il n’a sans doute été facile pour personne de préparer son voyage vers Ekaterinburg, où la compétition reprendra le 19 avril. Pour Maxime et Sébastien Mazé, l’autorisation de déplacement délivrée par le Ministère des Sports n’a pas été simple à obtenir. Le manager de Maxime, Laurent Vérat et le Président de la FFE, Yves Marek, ont dû intervenir plusieurs fois et prendre leur mal en patience avant de finalement recevoir le précieux sésame. Côté russe, les choses ont été plus simples pour le visa, grâce à l’intervention efficace de l’avocat de la FIDE auprès de l’ambassade de Russie à Paris.
En dépit d’un très long contrôle de passeport à l’escale de Moscou, Maxime et Sébastien ont pu enfin franchir le dernier obstacle, et monter dans le vol SU1414 pour Ekaterinburg…
Place au jeu !

Trou d’air…

Trou d'air

Je suis arrivé à Wijk aan zee dix jours avant le début du tournoi Tata Steel, afin de respecter la période de quarantaine avant que le tournoi ne commence. La plupart des joueurs ont préféré faire cette quarantaine pendant le tournoi, mais j’ai pensé que ce n’était pas forcément une mauvaise idée de m’acclimater à Wijk. Je n’avais pas non plus un environnement idéal à Paris, avec pas grand-chose à faire de plus que dans la petite cité balnéaire néerlandaise. Bon, j’ai sans doute sous-estimé que 25 jours sur place, avec tous les restaurants fermés et un couvre-feu très précoce, ça allait être un peu long !

J’ai surtout manqué d’activité parce que quand je pouvais sortir dehors, soit il faisait un froid de canard, soit il y avait ce vent désagréable si typique ! Mais le plus important quand même, c’est que j’étais content de rejouer un tournoi en présentiel et de retrouver quelques repères avant la reprise des Candidats.

Concernant l’analyse globale de mon tournoi, je ne vais pas tourner autour du pot, c’est clair que ça a été un échec sur toute la ligne. A l’évidence, il y a beaucoup de choses qui n’ont pas fonctionné. Cela dit, je préfère prendre ça comme un avertissement sans frais et franchement, je ne m’attends pas à montrer ce niveau de jeu abominable aux Candidats. En tout cas, je vais tout faire pour que ça ne soit pas le cas 🙂 .

Dans l’ensemble, je n’ai pas obtenu les positions que je souhaitais et même dans les rares cas où je les ai obtenues, je faisais rapidement des erreurs qui venaient tout gâcher.

En début de tournoi, la situation ne semblait pas si terrible, avec 4 nulles d’affilée certes, mais sans perdre et en ayant eu des occasions, notamment contre Anton et contre Firouzja. C’est vrai que ça aurait pu changer mon tournoi, mais de manière générale, de toute façon, mon niveau de jeu était trop faible pour qu’on puisse se dire que ça s’est joué sur des détails ; ce n’est pas du tout le cas, et la vérité est que j’ai montré trop de lacunes.

Tournoi épouvantable, mais toujours un sourire (photo: L.Ootes).

D’abord, dès le début j’ai senti que je n’avais pas les mêmes repères qu’à l’accoutumée et que clairement, il y avait quelque chose qui clochait. La longue interruption des tournois physiques, l’isolement et la quarantaine à Wijk, une préparation compliquée pour les Candidats, tout ça a joué évidemment…

Ensuite, j’ai repris de mauvais réflexes quand le tournoi a commencé à mal tourner ; envie de se refaire, prises de décision précipitées, perte de motivation… Mais quoi qu’il en soit, j’ai commis des fautes de calcul qui ne doivent pas arriver, ainsi que des erreurs de jugement qui ne doivent pas non plus arriver.

Du coup, j’ai rarement eu l’occasion d’exprimer mon jeu. Une des rares parties où j’ai eu cette occasion, c’était contre Giri et même là, je me suis retrouvé en difficulté à partir d’une position qui avait l’air tellement prometteuse !

Giri-Mvl, Ronde 9.

Ici, j’ai sacrifié pion et qualité, mais les blancs ne peuvent plus bouger une pièce ! Mais pas de chance, la position reste objectivement équilibrée et j’ai malheureusement cherché à prendre l’avantage à tout prix.

C’est la raison pour laquelle j’ai joué 34…b4?! après 15 minutes de réflexion parce que, pour parler clairement, je ne voulais pas faire nulle et qu’il n’y a pas grand-chose d’autre à entreprendre. Après 35.axb4 Dxb4, j’ai principalement regardé 36.Ta4, alors que son coup 36.d6 était plus critique. J’ai continué par 36…Tb8 (peut-être 36…Fe6!?) 37.Ta3, et ici je devais trouver le seul coup qui tient la baraque, 37…Db5!, ce qui est quand même, vu ma position trois coups avant, assez incroyable 🙂 . Je ne l’ai pas trouvé et ma position s’est vite écroulée après 37…Db7? 38.Rc1! Dd7 39.Dd5 Fxd6 40.Ta6! (1-0, 70 cps).

Au lieu de passer à -1, je me suis donc retrouvé à -3 à 4 rondes de la fin, plombant définitivement mon tournoi.

Malgré mon résultat final déplorable (5/13), c’était agréable de pouvoir retrouver tous les joueurs que je n’avais pas vu en face de moi depuis un certain temps 🙂 . Et je trouve que l’organisation a été au niveau des exigences du moment – pourtant très élevées – et ce même si la gestion par l’arbitre de la dernière partie du tournoi laissait à désirer (intervention en fin de partie Firouzja-Wojtaszek pour changer de table) ; mais à l’évidence, ça ne méritait pas le torrent de méchanceté gratuite qui s’est déversé sur les organisateurs par la suite.

Un petit mot pour Jorden Van Foreest, qui a défié tous les pronostics et s’est imposé de façon convaincante devant son public (virtuel).

En conclusion, je dirais que ce tournoi a mis en évidence le fait que j’ai encore beaucoup de choses à améliorer. Je dispose de deux bons mois de préparation en perspective pour les Candidats, puisque si l’on n’a pas à ce jour de garanties sur les dates exactes, tout indique que le tournoi reprendra dans la deuxième quinzaine d’avril en Russie.

Avec maintenant une échéance claire qui se dessine à l’horizon, je sais ce qu’il me reste à faire…

Les parties de Maxime :

Pendant le précédent tournoi du Champions Chess Tour, la qualité de l’air respiré chez eux par cinq des participants a été mesurée (Carlsen, So, Giri, Harikrishna et Mvl). Les détecteurs traquaient le Co2, la température, ainsi que les taux d’humidité, de composés organiques volatiles, et de radon.

Et sur la durée du tournoi, c’est Maxime qui a bénéficié de l’air le plus sain en moyenne. Coïncidence ou pas, Airthings remarque que c’est également celui des cinq qui a été le plus loin, terminant à la troisième place du tournoi !

L’Indien Harikrishna était le mauvais élève du lot, comme vous pouvez le constater sur les chiffres ci-dessous…

Qualité de l’air chez MVL pendant le tournoi Airthings
Qualité de l’air chez Harikrishna pendant le tournoi Airthings