Retour sur l’échiquier

Pour moi, cette rentrée de septembre aura été marquée par une succession de trois tournois. Le premier et le troisième n’auront pas dérogé à ce qui est devenue la nouvelle norme depuis maintenant un semestre, et se sont évidemment déroulés en ligne.

SAINT-LOUIS SHOWDOWN

Le Saint-Louis Showdown, du 11 au 13 septembre, présentait la particularité d’être disputé en Chess960, un format qui offre l’avantage de ne nécessiter aucune travail sur les ouvertures. Je me suis donc préparé très simplement, en jouant quelques parties d’entraînement contre Stockfish, dont je tairai le résultat pour ne pas entamer mon estime de soi 🙂 .

10 joueurs, un format toutes rondes sur trois jours, la présence du champion du monde Magnus Carlsen, du champion du monde 960 Wesley So, de la légende Garry Kasparov et de l’étoile montante Alireza Firouzja – voilà qui rendait la compétition très attractive ! Malgré cela, il m’aura fallu une traversée du désert de 5 parties avant de régler mon jeu. J’ai notamment perdu les trois premières, contre Carlsen, Caruana et Nakamura. Celle contre Caruana m’a fait très mal…

Caruana-Mvl, Ronde 2.

Ici, un coup normal comme 28…Td8 laissait les noirs avec une position plus agréable. Malheureusement, j’avais anticipé la suite et j’ai (trop) rapidement joué 28…Dxg2?? qui perd en force après 29.b4! car le Fou est surchargé et ne peut en même temps empêcher Tb6 et Te7, avec mat en b7 (1-0, 38 cps).

Avec 0.5/5 et une lanterne rouge méritée, j’ai pu bénéficier d’un cadeau de Svidler qui a refusé un perpétuel pour s’auto-détruire, puis de Dominguez qui a commis une faute décisive perdant un pion dès le 3e coup !

Mvl-Dominguez, Ronde 7.

Dans cette position, le néo-Américain a joué 3…0-0? (oui, n’oubliez pas que c’est possible en 960 🙂 ). Mais après 4.Ff4 Dc5 5.Dc3! Dxc3 6.Cbxc3 Ce6 (6…c6 était moche, mais sans doute un moindre mal) 7.Cd5!, la menace de mat en e7 change tout ! (1-0, 73 cps).

J’ai enchaîné avec ma seule partie propre face à Aronian, avant une ultime nulle combative contre Kasparov.

Classement final du Saint-Louis Showdown (Image www.saintlouischessclub.org).

Avec un score final de 4/9 et une 6e place, j’ai à peu près sauvé les meubles, mais il est clair que la manière n’y était pas…

BANTER BLITZ CHESS 24

Les 23 et 24 septembre, j’ai participé à la phase finale du Banter Blitz organisé sur Chess24. 16 joueurs dans le tableau, matches à élimination directe au meilleur des 10 parties (cadence 3/2).

L’idée de cette formule est de rendre la diffusion attirante parce que les matches sont commentés en direct par les joueurs eux-mêmes. C’est plutôt sympa de partager un peu ses émotions, ce à quoi je réfléchis pendant une partie. Mais ce n’est jamais facile de jouer et de parler en même temps, et je dois dire que j’ai le sentiment d’avoir particulièrement joué le jeu – et sans doute trop parlé 🙂 . C’est sûr que c’est épuisant, mais heureusement, ça ne dure pas si longtemps.

Tableau final de la Banter Series de Chess24 (Image www.chess24.com).

Au niveau des résultats, je ne suis pas mécontent de ce que j’ai fait dans l’ensemble, même si, quand je joue en ligne, il m’arrive toujours d’avoir des relâchements, sortes de trous d’air qui se payent cher. En 1/8e de finale contre Oparin, mon coéquipier à Asnières, j’ai pu maîtriser la situation (5.5-1.5), mais ce n’est pas passé contre Wesley So en ¼. Je menais en effet 4-2 – certes contre le cours du jeu car j’avais été sous pression dans la plupart des parties – avant de m’écrouler et de perdre 4-6.

Je pense que le tournant du match a eu lieu dans la 9e partie, quand le score était de 4-4 :

Mvl-So, 9e partie.

Dans cette position légèrement supérieure, je n’ai vraiment pas eu de chance car j’ai joué 31.d5?, réalisant immédiatement que c’était une gaffe à cause de la ressource tactique venue de nulle part 31…cxd5, et si 32.cxd5 Cg5! et je perds du matériel. Mais visiblement Wesley ne l’avait pas vue si l’on en croit son stream, et j’aurais peut-être dû bluffer et reprendre rapidement en d5. Dans la partie, j’ai simplement eu un pion de moins après 32.Cd2 Cg5 (0-1, 45 cps).

Je suis bien évidemment un peu déçu d’avoir perdu ce match, surtout après avoir été largement devant, mais là encore j’ai eu un trou d’air trop long de 4 parties, ce qui n’est pas gérable…

BUNDESLIGA

Entre ces deux tournois en ligne, j’ai eu le plaisir de passer une semaine en Allemagne afin d’y renouer avec le jeu d’échecs classique, face à face. En effet, la Bundesliga avait décidé d’organiser un championnat 2020 à 8 équipes, en attendant de reprendre au printemps prochain le championnat 2019/2020 qui avait été interrompu après 8 rondes à cause de la pandémie.

Vue aérienne du Parc des Expositions de Karlsrühe.

Une bonne soixantaine de joueurs se sont donc retrouvés le 16 septembre au Parc des Expositions de Karlsrühe, à quelques kilomètres à peine de la frontière française. Mention bien aux organisateurs qui, en dépit des circonstances, ont su créer un environnement et une atmosphère de jeu tout à fait agréables. Mon entraîneur Etienne Bacrot m’accompagnait dans cette mini-compétition, mais en tant que joueur puisque lui aussi est membre du club de Baden-Baden. L’Allemagne exigeant de nous un test Covid négatif de moins de 48h pour pénétrer sur son territoire sans quarantaine forcée, il a fallu que nous fassions preuve d’une grande ingéniosité pour nous le procurer en banlieue parisienne la veille du départ 🙂 .

J’ai commencé la compétition au 2e échiquier – derrière Caruana – face au GMI allemand Heimann :

MVL – HEIMANN (2617) 1-0

Je dois dire que je me suis habitué relativement facilement aux nouvelles contraintes du jeu d’échecs « physique » ; le plexiglas qui coupe l’échiquier en deux ne représente pas vraiment une gêne, et il permet de ne pas porter le masque. L’obligation n’est activée qu’à partir du moment où on se lève de son siège. Pour ma part, je porte le masque en général, mais je m’autorise quelques « pauses »…

Mvl-Heimann, Ronde 1.

Mon dernier coup 21.Te1!? tendait un joli piège dans lequel mon adversaire n’est pas tombé ; en effet, sur 21…hxg5?, il fallait comprendre que le piège ne résidait pas en 22.Dxe5 Dxe5 23.Txe5 Tf7 24.Fxg5 Ta7 25.Fxe7?! Taxe7 26.Txe7 Txe7 27.Cxf5 avec une finale sensiblement équilibrée, mais plutôt en 25.Cxf5! Cxf5 (25…Txf5 26.Txe7 Txe7 27.Fxe7 et les 2 Fous devraient dominer la Tour) 26.Te8+ Rh7 27.Fc2 g6 28.Te6! avec des idées de g4 ou h4-h5, et il me semblait que la compensation pour la qualité était pleine et entière.

Après 21.Te1!?, Heiman a répliqué correctement par 21…e4 22.Dh5 Fg6 23.Dh3 Cf5 24.Cxf5 Fxf5 avec une position très incertaine qu’il a mal jouée par la suite (1-0, 39 cps).

HUSCHENBETH (2612) – MVL 0-1

Même profil d’adversaire que la veille, GMI allemand de 28 ans avec un classement un peu au-dessus de 2600… J’ai joué une position de type Hérisson qui a bien tourné pour moi, dans un match qui nous a vu scorer un de nos trois 7-1 de la compétition (0-1, 51 cps).

MVL – TARI (2630) 1-0

Le dauphin norvégien de Magnus a choisi une ligne de la Semi-Tarrasch que je savais être dangereuse pour les noirs, depuis une douloureuse défaite contre Grischuk.

Mvl-Tari, Ronde 4.

J’ai obtenu cette position gagnante, la solution la plus triviale pour conclure étant sans doute 29.Txe7 Dxe7 30.Fxe4. Mais j’ai opté pour le plus esthétique – et peut-être aussi plus rapide – 29.Dg6!? Dxg6 30.Fxg6 Fxg6 31.Txe7 Fxh5 32.Txg7. A cause de la découverte sur la grande diagonale noire, les noirs sont en réalité totalement impuissants : la partie s’est terminée par 32…Td1+ 33.Rh2 Fe2 34.f4 h5 35.Rg3 Tf1 36.Rh4 Txf4+? 37.Tg4+! 1-0.

Mc SHANE (2680) – MVL ½

La seule partie où j’ai souffert, après une bonne préparation de l’Anglais réputé être « le plus fort amateur du monde ». (1/2, 45 cps).

Mvl contre Malakhov lors de la dernière ronde décisive, avec masque et vitre en plexiglas (Image www.chess24.com).

MALAKHOV (2669) – MVL ½

Le match décisif de la dernière ronde, contre les co-leaders de Viernheim. Je doublais les noirs contre le très solide GMI russe Malakhov, et une petite curiosité est survenue dans l’ouverture :

Malakhov-Mvl, Ronde 7.

J’avais déjà obtenu cette position contre Xiong au tournoi de l’Ile de Man 2018. Sauf que par le jeu des ordres de coups et des interversions, mon pion était déjà en h6 au lieu de h7 ! Une différence toutefois minime, qui ne doit pas modifier le jugement de la position. Du coup, je me souvenais de ce que j’avais écrit ici même à l’époque, à savoir que mon coup …Rd7?! n’était pas fameux et que mieux valait 18…Cd7, avec l’idée …g6 et …f5.

Après 18…Cd7, mon adversaire a anticipé ce plan et a fait le bon choix 19.Cf5! Fxf5 20.exf5 Cf6 21.Fe3 Tc4 22.Tc1 suivi de 23.b3 puis Cd5 avec une nulle rapide (1/2, 26 cps).

En remportant de justesse ce dernier match, Baden-Baden a ajouté un titre supplémentaire à une liste déjà longue…

Classement final de la Bundesliga 2020 (Image www.schachbundesliga.de).

Ce mois de septembre est tout juste terminé et maintenant, c’est cap sur les Candidats 🙂 , avec quelques jours de vacances puis reprise de la préparation spécifique. La première ronde du tournoi est toujours programmée pour le 1er novembre à Ekaterinburg, même si, au moment où j’écris ces lignes, je n’ai aucun détail supplémentaire, et toujours aucune nouvelle du protocole sanitaire…

Les parties de Maxime au Showdown :

Les parties de Maxime en Bundesliga :

Les parties de Maxime au Banter Blitz :

C’est en 2009, alors qu’il se trouvait à Wijk aan zee pour le traditionnel Festival de janvier, que l’artiste tchèque Peter Herel Raabenstein décida de mettre en œuvre un projet qui lui tenait à cœur : réunir les peintures ayant trait au jeu d’échecs à travers l’histoire. Pendant dix ans, ce n’est donc pas dans les arcanes de la Défense Sicilienne ou des finales de Tours qu’il se plongea, mais dans une recherche méthodique des peintures à thématique échiquéenne, au gré de ses voyages à travers le monde et de ses rencontres. C’est ainsi qu’est né « Art in Chess 1100-1900 », le premier opus de ce travail de titan, qui compile plusieurs centaines de peintures de la période. Plus d’infos sur le livre : https://chessinart.com.